LEGISLATION

Pouvons nous revendiquer un droit de mourir au nom du respect de la dignité et de l'autonomie de la volonté ?

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

Le récent décès de Vincent Humbert a relancé le débat sur l'euthanasie, dépénalisation ou répression ?

La réflexion contemporaine conduit fréquemment sur l'antagonisme entre le désir individuel de liberté admis comme légitime et les exigences de la collectivité.

Les questions de légalité ont souvent une place importante dans l'examen des problèmes ou dilemme éthique. Le principe d'autonomie entre alors parfois en conflit avec le principe de bienfaisance et le principe de légalité.

Qui n'a pas été sensibilisé par la garde à vue de la mère de Vincent ? Qui n'a pas été sensibilisé voire choqué pour certains du placement en réanimation de Vincent Humbert après l'administration d'une dose massive dans la sonde gastrique de barbituriques afin mettre un terme à sa vie comme il le demandait ?

Pour mieux comprendre cette longue semaine douloureuse pour la famille Humbert et le jeune Vincent, il convient semble t-il de faire le point mais d'un point de vue strictement juridique.Prendre la décision « d'abréger les souffrances » d'une personne entraîne ipso facto la notion de responsabilité. Mais, sous le terme de responsabilité se cache deux notions qui parfois se confrontent :La responsabilité morale : la capacité de prendre des décisions, de poser des actes et d'en répondre devant sa conscience, en se basant...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)