AU COEUR DU METIER

Soin infirmier à médiation musicale

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Création de cette activité

Cette idée d’activité musicale m’est venue lors d’un stage en hôpital de jour accueillant surtout des patients psychotiques pendant ma formation. J’avais une MSP et voulais présenter une activité que j’aurais moi-même créé. Etant musicien et ayant constaté les effets bénéfiques de la pratique d’instruments, j’ai proposé le projet au service qui l’a accepté. J’ai eu trois semaines pour expérimenter le projet et l’adapter, avec des résultats encourageants. Un an et demi plus tard, j’effectuais mon stage DE dans cette même structure et repris cette activité. Entre temps ma vision de cette dernière s’était enrichie de cours et TP sur la musicothérapie, de réflexions menées avec un collègue ayant une approche complémentaire du soin musical ainsi que de mon expérience de musicien et d’animation. J’ai donc abordé ce projet de façon beaucoup plus globale, attractive mais aussi cohérente. Le travail nécessaire pour la présentation du projet a mon examen m’a de plus obligé à être rigoureux dans l’application de mes idées et a pousser à fond mon raisonnement. J’ai ici eu 5 semaines pour expérimenter avec notamment 2 patients ayant participés a l’essai précédent. La forme changea assez peu, mais c’est plus mon approche de l’activité, de ses buts et de la dynamique interne au groupe qui s’était modifiée pour plus de souplesse, de vie et de plaisir. L’adaptation et l’improvisation sont les maîtres mots de la position du soignant qui tout en représentant le cadre et le fil conducteur doit faire en sorte que la participation réelle et symbolique de tous soit optimale. Le soin ici n’est envisageable que par le patient : le soignant n’est qu’un catalyseur pour une alchimie thérapeutique commune. Les résultats et le bilan ont parus très intéressants pour l’équipe, le médecin et mon jury.

Embauché 2 mois plus tard au service St Louis (service contenant accueillant surtout des psychotiques chroniques et des caractériels), j’ai alors proposé de réactiver cette activité en tenant compte de la spécificité de la structure et de ses impératifs, mais aussi des attentes de mes collègues et des médecins.

En définitive, je pense que la forme de cette activité semble utilisable dans nombre de structures psychiatriques pour adultes ou adolescents, mais également aussi pour le domaine social et éducationnel. Mais le cœur même de cet atelier réside dans ce que le groupe fait avec et comment il le vit. Il importe donc que ce soit eux qui fassent fonctionner ce que les soignants proposeront et adapteront à la dynamique commune.

Quand ?L’activité a débuté au mois de janvier, car les possibilités du service ne permettaient pas un démarrage plus rapide. Elle a lieu une fois par semaine, sur une durée d’une heure et demi.Où ?Elle a lieu dans une petite pièce claire, agréable. Cette salle est à l’écart du service et isolée dans l’établissement. Cela permet une formalisation du soin dans un lieu précis uniquement dédié à la musique et qui permet donc une relation autre avec le...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

straogus21

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

TFE

Merci pour cet article très intéressant. Dans le cadre de mon TFE j'aurais aimé joindre l'auteur de cet article mais l'adresse email indiquée est hélas hors service. C'est dommage.