IDEL

Une lettre adressée à un député par un cabinet de libéraux

    Précédent Suivant

Cabinet Infirmier
MMES LECANSY et BOULARBI
2 places, Edmond James De ROSTCHILD
77174 Villeneuve Le Comte

Pour Information

Monsieur le député,

Nous attirons votre attention sur le danger de la future mise en application du PSI (plan de soins infirmiers).

En effet, celui-ci a été signé par la FNI (fédération nationale des infirmiers) et les représentants de la CNAM

Sans tenir compte de l'avis des principaux intéressés de par leur formation et leur expérience dans la prise en charge d'un patient à domicile.

Ce plan a pour seul but de réduire les remboursements de soins infirmiers à domicile par la suppression d'actes dits de nursing cotés en AIS. Cela va se traduire à très court terme par :

  1. La fermeture d'au moins 50% des cabinets infirmiers, compte tenu que ceux -ci assurent leur activité libérale avec 70% d'actes cotés en AIS 6 (85 f 80 ).Cette cotation correspond à 1 heure de soins minimum sur un patient partiellement ou complètement dépendant.(personnes âgées, handicapes majeurs )
  2. Par un afflux de patients dans les services d'urgences, alors que ceux-là même sont en permanence saturés et manquent cruellement de personnel.
  3. Par une augmentation des hospitalisations à cause de complications liées à l'état de ces patients (risque d'occlusion intestinale, de phlébite , d'encombrement bronchique, d'escarres, d'erreurs dans la prise de leurs traitements etc.
  4. Risque d'exclusion pour certains patients « trop dépendants » aux yeux de leur famille (contraintes énormes, épuisement familial, manque de moyens matériels  et pécuniaires
  5. Augmentation des consultations de médecins généralistes à domicile pour gérer ce qui jusque là l'était par l'infirmier(e) libérale (petits soins ponctuels et conseils préventifs non facturés d'ailleurs puisque inclus dans la prise en charge globale du malade.)

Ces soins dits de confort, alors qu'ils sont d'une importance vitale pour certains de nos patients (tétraplégiques) seront, si ce PSI est voté à l'assemblée Nationale, délégués aux familles ou aux auxiliaires de vie !!! Lesquelles, après concertation, ne sont ni motivées ni formées à ces tâches souvent humiliantes pour les personnes soignées .

Imaginez aussi et surtout l'angoisse de ces patients déjà tellement affaiblis par leur maladie ou leur handicap, d'être pris en charge par des personnes non formées.

Ce plan tel qu'il a été élaboré est une véritable catastrophe Médico-sociale et nous mesurons nos mots !!

Certains de nos patients tétraplégiques ressentent ces mesures comme une preuve de plus d'exclusion et  « d'incitation au suicide » , je cite .

Financièrement, ils ne pourront plus assurer leur quotidien et rémunérer une auxiliaire de vie, ce , malgré l'allocation pour tierce personne qui leur permet tout juste de subvenir à leurs besoins. Ce sont des personnes dépendantes  physiquement à 80% au moins et qui ne peuvent envisager de reprendre une activité salariée.

Compte-tenu de ces informations, Monsieur le député, nous faisons appel à vous qui êtes plus près de vos citoyens, afin que vous déposiez un amendement pour annuler ce projet de PSI lors de sa proposition à l'Assemblée Nationale.

Ce plan va à contre courant de ce qui nous est demandé depuis quelques années : le maintien à domicile des personnes dépendantes dans des conditions de sécurité optimale, et de confort moral digne de tout être humain âgé et ou handicapé.

Veuillez croire, Monsieur le député à l'assurance de notre profond respect.

Fait à Villeneuve le Comte, le 27/11/00

Signées Mmes LECANSY & BOULARBI

Retour au sommaire du dossier Exercer en libéral

Publicité

Commentaires (1)

TOLMA

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Des mots pour le dire ?

Bjr,
Concernant le 4e paragraphe et le suivant :
"ne pas avoir peur des mots : dire clairement ce qui est humiliant. Exemple vécu par moi-même : dégager un bouchon fécal, à mains nues pour être sure de sentir la différence entre ledit bouchon et la chair de l'anus afin de ne pas occasionner de blessure ; après voir surélevé le patient de 50 ans, sclérosé en plaque à 90%... 2 infirmiers consultés ont refusé, les pompiers, l'épouse dudit patient également. Je vous passe les autres détails. Contactez-moi par email. A l'époque j'étais Aide à Domicile. IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR DES MOTS, j'insiste!