PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Une vie de raison et une vie de passion - Interview d'un infirmier

Une vie de raison et une vie de passion

Emmanuel Travier infirmierEmmanuel Travier a au moins deux vies. Dans l’une, il est infirmier, dans l’autre, chanteur-auteur-compositeur. Il est très étonné quand on lui demande si la première inspire la seconde : comment seraient-elles étanches entre elles puisque c’est le même homme qui les mène ? Il a écrit une belle chanson « Fier », sur la mort et particulièrement sur l’euthanasie qu’un patient et sa famille demandait. Pour l’infirmier comme pour l’artiste, il arrive que l’important soit d’être en accord avec la vie telle qu’elle se présente, pleine de questions difficiles. Infirmiers.com lui a demandé comment il concilie ses deux vies.

Emmanuel Travier - La musique a toujours été ma passion. Mais je ne suis pas infirmier par défaut : j’ai choisi ce métier après avoir passé un BTS en électronique ! Je voulais donc vraiment l’exercer, ce que je fais depuis 12 ans.

Le métier d’infirmier me laisse une grande liberté pour organiser mon emploi du temps : je travaille essentiellement par intérim ou en CDD, dans des institutions très différentes les unes des autres. J’ai 7 ou 8 employeurs ! Mais je ne pratique pas la musique en amateur : je produis des albums de qualité professionnelle et je donne des concerts dans toute la France. C’est un vrai métier. Mener de front une carrière musicale et l’exercice d’une profession de santé me permet de gagner ma vie tout en ayant beaucoup de liberté pour l’organiser, par exemple, pour réserver un week-end à un concert. C’est pour cette exigence de liberté que j’ai créé avec d’autres artistes le label Lest Production: je ne veux pas que l’on me dicte ce que je chante. Le texte de « Fier » serait différent si j’avais eu un commercial me demandant d’adoucir certaines phrases pour ne pas choquer le public, ou l’idée qu’il s’en fait.

Fier est le seul texte directement inspiré par ton métier d’infirmier. Pourquoi ?E.T. - Je ne sais pas. Les chansons mettent parfois très longtemps à mûrir avant que je les écrive d’autres pas. J’ai mis dix ans à faire celle sur les Camisards. « Fier » raconte une situation que j’ai vécue il y a longtemps : un acte d’euthanasie demandé par le patient et sa famille, avec lequel toute l’équipe soignante était d’accord, y compris moi-même.D’une...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)