HUMOUR

Dans la blouse de MademoiselleAA - Il ne tournait pas qu’au sérum physiologique

Cet article fait partie du dossier :

Humour

    Précédent Suivant

Audrey-Anne s'est fait connaître sur Twitter par des posts humoristiques racontant son quotidien d'infirmière au sein de son service sous le pseudo MademoiselleAA puis au travers de son blog. Elle partage régulièrement ses chroniques avec la communauté d'Infirmiers.com et nous l'en remercions. En cette période estivale, MademoiselleAA nous raconte ses dernières vacances pour le moins mouvementées... où le soin n'est jamais très loin.

Les vacances mouvementées de MademoiselleAAEn cette période estivale, on n'a pas forcément envie de continuer à soigner pendant nos vacances.
Malheureusement, parfois on n'a pas le choix.

L’année dernière je suis partie au Liban, un peu à l’arrache d’ailleurs et par un concours de circonstances étranges je n’ai pas pu contacter ma famille là-bas. J’étais donc seule au monde.

Je partageais volontiers sur le net mes mésaventures de coupures de courant et de cafards qui s’invitaient dans ma chambre. Je ne pouvais partager ça sur place avec d’autres touristes car je n’étais pas à l’hôtel : le gérant de l’hôtel que j’avais réservé m’avait dit à mon arrivée qu’il y avait des travaux et qu’il me laissait donc le rez-de-chaussée de sa maison.

Ma nouvelle maison se trouvait perdue dans une ruelle où les bars se succédaient. Je décidais donc d’adopter une technique de sociabilisation : chaque jour en me réveillant je sortais boire mon coca glacé dans un des bars de la rue et j’entamais la conversation avec les locaux.

Puis un soir j’ai croisé Yves, un libanais qui parlait français. Je lui raconte mes mésaventures et il me propose, après une longue discussion, d’aller faire un tour dans la montagne. J’ai hésité puis je me suis dit que ça ne pouvait que me changer les idées.

Nous voilà donc en route pour la montagne dans sa vieille Jaguar, sa musique électro, ma robe bustier et mes talons hauts.

Après 30 minutes de route, nous voilà arrivés à destination : un bled paumé. Il n’y avait rien à faire à part manger un kishik (sorte de pizza au fromage frais, tomates et boulgour) dans un bouiboui digne du kébab le plus dégueulasse de Ménilmontant.

J’avalais mon dîner avec un inconnu devenu un pote, il était 3h du mat’, j’étais en robe de soirée et tout me paressait surréaliste.

Une voiture s’arrête, Yves va voir, parle en arabe puis me dit : “toi qui es infirmière, tu pourrais peut-être faire quelque chose”. Je pose tout de suite mon kishik, je vais voir et dans la voiture je trouve un conducteur en panique et un passager inconscient qui était perfusé. Ses poches de perfusion étaient accrochées à la poignée du toit avec un câble électrique, sa perfusion était bouchée.

Je demande alors un couteau au mec du kébab local et je tente de déboucher la perfusion avec ma robe bustier, mes talons, et mes compétences d’infirmière. Puis ils sont repartis. Je pense que c’était une overdose ou un coma éthylique.

Le vendeur de kishik m’aurait apparemment engueulée parce que j’avais aidé des drogués et m’a dit que je pouvais finir en taule pour ça. Heureusement, je n’ai pas connu la prison libanaise lors de ce séjour.
Finalement j’ai rencontré dans un bar quelques jours plus tard un français de Bar-Le-Duc qui avait fait l’école du cirque et qui revenait d’un séjour en camp palestinien (!). Il m’a proposé de venir vivre dans l’appartement communautaire où il était avec ses amis et des couch-surfeurs.
J’ai accepté.

J’ai vécu la fin de mon séjour avec des gens venus de tous horizons (dont le seul chinois bilingue chinois/arabe passait ses journées à parler en chinois à son ordi) et un chien. Nous dormions en mode tétris 3D (à 3 dans le canap’ avec le chien entre nous et d’autres par terre sur des matelas improvisés) si possible sous la clim. J’ai rencontré mon “local boyfriend” du moment là-bas : il était étudiant en médecine.
Ces jours là, j’ai passé énormément de temps à parler médecine en anglais.
Finalement, même en terre inconnue ou à l’autre bout du monde, la médecine n’est jamais loin. C’est mon destin...

Creative Commons License


Infirmière dans le service public
http://dansmablouse.wordpress.com/

Retour au sommaire du dossier Humour

Publicité

Commentaires (1)

Vanice

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

statut de la femme ?

Se balader au Liban en robe bustier et talon hauts....faut avoir peur de rien :(