AS

Elsa, gagnante du Championnat de France des aides-soignants

par .

    Précédent Suivant

En mai 2013, Appel Médical organisait le premier Championnat de France des aides-soignant(e)s. Elsa Mornay, la gagnante de cette première édition, nous livre ses impressions.

Elsa, aide-soignante, concours

"Je pense que nous n'avons pas besoin de championnat pour valoriser ce métier. Les bons soins et la conscience professionnelle le font déjà !"

Elsa Mornay, aide-soignante âgée de 27 ans, a remporté le premier Championnat de France des aides-soignant(e)s organisé en mai 2013 à l'initiative d'Appel Médical. Diplômée depuis 2007, ce n'était pourtant pas le métier qu'elle envisageait d'exercer en premier lieu. A la suite d'un stage en maison de retraite, une véritable vocation est née. J'ai senti que j'avais trouvé ma voie. J'ai donc poursuivi mes études afin de devenir aide-soignante. Le contact humain, le fait d'apporter aux personnes dans le besoin les soins nécessaires à un meilleur quotidien mais également l'échange entre soignants et soignés... Tout cela fait que je n'ai pas hésité une seconde !, explique-t-elle.

Le championnat, un moyen de se tester

Étant diplômée depuis plus de six ans, je voulais savoir si mes connaissances théoriques et acquises grâce à mes expériences professionnelles étaient toujours présentes, raconte Elsa. J'ai donc saisi l'opportunité de le prouver, en premier lieu pour moi-même, mais aussi pour l'un de mes excellents professeurs qui m'a transmis l'amour du métier.

Comme l'explique Elsa, le championnat s'est déroulé en deux temps. Habitant en région parisienne, je me suis inscrite à Versailles. Deux épreuves ont été organisées pour nous départager. La première était théorique : nous devions répondre à un questionnaire à choix multiples. La seconde se présentait sous la forme d'une démarche de soins par rapport à un cas pratique. Mes expériences professionnelles m'ont beaucoup aidée pour le dernier test.

C'est avec une certaine fierté que j'ai reçu l'appel qui m'annonçait que j'étais la gagnante du championnat, avoue-telle. Toutefois, je ne me considère pas comme la meilleure aide-soignante de France car il existe de très très bons soignants. En outre, le côté théorique ne remplacera jamais la pratique de notre métier. Au fond, je pense que nous n'avons pas besoin de championnat pour valoriser ce métier. Les bons soins et la conscience professionnelle le font déjà.

Aurélie TRENTESSERédactrice aide-soignant.comaurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Intérim

Publicité

Commentaires (0)