AUTRES METIERS

Manipulateur en électroradiologie médicale : qui, comment, pour quoi faire ?

Connaissez-vous le métier de manipulateur en électroradiologie médicale (MER) ? Vous avez sûrement déjà rencontré ce professionnel de santé. En effet, le MER s’occupe – entre autres ! - de la réalisation des radios. Entre autres, en effet, puisque son « champ d’action » est très large. De la radiothérapie à la médecine nucléaire, en passant par la radiopédiatrie ou les examens de radiologie interventionnelle, le MER possède de nombreuses compétences.

Pour une radiographie ou un scanner, le MER s’occupe du début à la fin de son patient, de son accueil à la sortie du service, en passant par la réalisation et le traitement « technique » des images.

Le code de la santé en donne la définition suivante : est considérée comme exerçant la profession de manipulateur d'électroradiologie médicale (MER) toute personne, non médecin, qui exécute, sur prescription médicale et sous la responsabilité d'un médecin, des actes professionnels d'électroradiologie médicale.

Le cas échéant, le manipulateur d'électroradiologie médicale intervient sous l'autorité technique d'un physicien médical pour les activités de physique médicale mises en œuvre au cours de la préparation ou de la réalisation des actes exposant aux rayonnements ionisants. Un décret en Conseil d'Etat, pris après avis de l'Académie nationale de médecine, définit les actes ou les activités réalisés par les manipulateurs d'électroradiologie médicale ainsi que les conditions dans lesquelles ils sont effectués.

Le manipulateur d'électroradiologie médicale peut également, dans le cadre prévu à l'article L. 5126-3 et sous l'autorité technique d'un pharmacien, aider à réaliser les actes définis par décret en Conseil d'Etat, pris après avis de l'Académie nationale de pharmacie.  (L4351-1 du CSP).

Un décret paru en décembre 2016 définit les activités qui rentrent dans le champ de compétence de ce professionnel de santé :

  1. Des examens nécessaires à l'établissement d'un diagnostic mettant en œuvre des rayonnements ionisants ou d'autres agents physiques ; 
  2.  Des traitements mettant en œuvre des rayonnements ionisants ou d'autres agents physiques. « Il intervient dans les domaines de l'imagerie médicale, de la médecine nucléaire, de la radiothérapie et des explorations fonctionnelles, sur prescription médicale et sous la responsabilité d'un médecin de la spécialité concernée. »

Compétences

Le manipulateur d'électroradiologie médicale

Différentes tâches sont déléguées au manipulateur. En fait, tout dépend de la nature de l’examen. Pour une radiographie ou un scanner, le MER s’occupe du début à la fin de son patient, de son accueil à la sortie du service, en passant par la réalisation et le traitement « technique » des images.

Lors d’examens radiologiques plus invasifs comme en radiologie interventionnelle notamment, le rôle du MER consistera en la préparation du patient, du matériel utilisé, l’assistance au médecin ainsi que la réalisation des images. En revanche, le MER n’est pas médecin radiologue, l’interprétation des images et la « révélation » du diagnostic au patient ne sont donc pas de son ressort. 

Accompagnant la réforme de la formation initiale en 2012, un référentiel liste tout ce qui est attendu de la part de ce professionnel en termes de compétences. Ces dernières sont au nombre de 10 (Annexe II de l’Arrêté du 14 juin 2012 relatif au DE de MER) :

1- Analyser la situation clinique de la personne et déterminer les modalités des soins à réaliser.

2 - Mettre en œuvre les soins à visées diagnostique et thérapeutique en imagerie médicale, médecine nucléaire, radiothérapie et explorations fonctionnelles, en assurant la continuité des soins.

3 - Gérer les informations liées à la réalisation des soins à visée diagnostique et thérapeutique.

4 - Mettre en œuvre les règles et les pratiques de radioprotection des personnes soignées, des personnels et du public.

5 - Mettre en œuvre les normes et principes de qualité, d'hygiène et de sécurité pour assurer la qualité des soins.

6 - Conduire une relation avec la personne soignée.

7 - Evaluer et améliorer ses pratiques professionnelles.

8 - Organiser son activité et collaborer avec les autres professionnels de santé.

9 - Informer et former.

10 - Rechercher, traiter et exploiter les données scientifiques et professionnelles.

Plusieurs « casquettes »

Cet ensemble de compétences vaut pour tous les examens et traitements et montre la richesse du métier de MER. De la gestion des stocks à la prise en charge du patient pour une réalisation optimale de l’examen ou du traitement médical en limitant les risques, en passant par les transmissions (écrite ou orale) de son déroulement à l’ensemble de l’équipe soignante (infirmières, internes…), le MER occupe plusieurs fonctions et doit savoir s’adapter.

En tant que professionnel de santé responsable, réflexif et doué d’une certaine autonomie, le MER doit être en mesure d’ajuster la prise en charge en fonction de la prescription médicale et du contexte clinique et psychologique de chaque patient.

Son rôle est toutefois clairement défini de façon réglementaire. La traduction de la loi a abouti à une segmentation en trois niveaux de proximité médicale pour les différentes activités réalisées, toujours sous la responsabilité du médecin. Ainsi nous avons des actes et activités réalisables:

  • En autonomie, sans la présence obligatoire d’un médecin
  • Avec un médecin en mesure d’intervenir à tout moment
  • En présence effective d’un médecin

« Art. R. 4351-2. Dans le cadre des actes et activités prévus aux articles R. 4351-2-1 à R. 4351-2-3 qu'il réalise, le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité à accomplir, sous la responsabilité du médecin mentionné à l'article R. 4351-1, les activités suivantes : 

  • « 1° Accueil et information du patient sur le déroulement de l'examen ou du traitement, y compris en phase pré-thérapeutique ; 
  • « 2° Recueil auprès du patient puis analyse des informations et données nécessaires à la sécurité et à la réalisation de l'examen ou du traitement ; 
  • « 3° Identification des besoins du patient en rapport avec les techniques utilisées et selon la situation clinique ; 
  • « 4° Installation et positionnement du patient, conformément aux exigences de la technique utilisée, en tenant compte de son état clinique ; 
  • « 5° Surveillance clinique du patient et continuité des soins durant les examens et traitements;
  • « 6° Paramétrage et déclenchement de l'appareillage ; 
  • « 7° Recueil, analyse qualitative, traitement et transfert du signal ou de l'image, à l'exclusion des actes mentionnés au b du 1° de l'article R. 4351-2-2 ;
  • « 8° Préparation du matériel de ponction, de cathétérisme, d'injection, d'exploration et médicochirurgical ; 
  • « 9° Reconstitution et mise sous forme appropriée à leur administration des médicaments nécessaires à la réalisation de l'examen ou du traitement, en dehors des situations prévues à l'article R. 4351-2-4 ; 
  • « 10° Réalisation ou recueil des prélèvements de sang veineux et capillaire, ainsi que des prélèvements d'excrétions ou de sécrétions ; 
  • « 11° Réalisation, en cas d'urgence, des actes conservatoires nécessaires jusqu'à l'intervention du médecin ; 
  • « 12° Evaluation de la douleur et mise en œuvre des techniques de prévention, de soulagement et de traitement de la douleur ; 
  • « 13° Transmission écrite et orale aux professionnels de santé de toutes les informations relatives au déroulement des examens et traitements ; 
  • « 14° Traçabilité de la réalisation de l'examen ou du traitement ; 
  • « 15° Mise en œuvre des règles relatives à la gestion des stocks et des déchets, y compris radioactifs ; 
  • « 16° Vérification du fonctionnement conforme et entretien courant du matériel confié ; 
  • « 17° Mise en œuvre des règles d'hygiène, de sécurité et de vigilances conformes aux bonnes pratiques; 
  • « 18° Mise en œuvre des règles de radioprotection pour les patients, le personnel, le public, l'environnement et lui-même ; 
  • « 19° Contribution à l'élaboration des programmes d'assurance de la qualité et à l'application des protocoles de contrôle de qualité ;»

 Après l'article R. 4351-2, sont insérés les articles suivants :

« Art. R. 4351-2-1.-Le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité à réaliser, sous la responsabilité du médecin mentionné à l'article R. 4351-1, en application soit d'une prescription médicale individuelle, soit d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par ce médecin, les actes et activités suivants : 

- « 1° Dans le domaine de l'imagerie médicale :  « Réalisation des actes d'exploration ne nécessitant pas l'administration concomitante de médicaments, à l'exclusion des échographies ; 

- « 2° Dans le domaine de la médecine nucléaire : 

  • « a) Mesure et vérification de l'activité des composés radioactifs ; 
  • « b) Mesure et vérification de l'activité prescrite par le médecin mentionné à l'article R. 4351-1; 
  • « c) Réalisation des actes d'exploration ne nécessitant pas l'administration concomitante de médicaments ; 

- « 3° Dans le domaine de la radiothérapie : 

  • « a) Confection des moyens de contention et des caches personnalisés ; 
  • « b) Mise à jour des éléments de traçabilité du traitement ; 

- « 4° Dans le domaine des explorations fonctionnelles :  « Réalisation des explorations d'électrophysiologie et magnétophysiologie ne nécessitant pas de stimulation.

« Art. R. 4351-2-2.-Le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité à pratiquer, sous la responsabilité du médecin mentionné à l'article R. 4351-1, en application soit d'une prescription médicale individuelle, soit d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par ce médecin, les actes et activités suivants, à condition qu'un médecin et, le cas échéant, un physicien médical, dans le champ qui le concerne, puissent intervenir à tout moment :

- « 1° Dans les domaines de l'imagerie médicale et de la médecine nucléaire : 

  • « a) Réalisation des explorations nécessitant l'administration de médicaments, y compris radiopharmaceutiques ; 
  • « b) Recueil du signal et des images en échographie, sous réserve de l'obtention d'un titre ou d'un diplôme dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé de la santé ; 
  • « c) Sur prescription médicale, administration de médicaments requise par l'état du patient bénéficiant de l'examen ou du traitement ; 

- « 2° Dans le domaine de la radiothérapie : 

  • « a) Contribution aux procédures relatives à la préparation des traitements ; 
  • « b) Mise en œuvre des séances de traitement, pouvant comporter l'imagerie de positionnement ou de repositionnement du patient, qui ne relèvent pas des actes et activités mentionnés au c du 3° de l'article R. 4351-2-3 ; 
  • « c) Réalisation des contrôles par dosimétrie ; 

- « 3° Dans le domaine des explorations fonctionnelles :  « Réalisation des explorations nécessitant la mise en place de systèmes de détection à caractère invasif.

« Art. R. 4351-2-3.-Le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité à participer, sous la responsabilité et en présence du médecin mentionné à l'article R. 4351-1, et, le cas échéant, d'un physicien médical, dans le champ qui le concerne, en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par ce médecin, à la réalisation des actes et activités suivants : 

- « 1° Dans le domaine de l'imagerie médicale :  « Acte d'imagerie interventionnelle, en milieu radiologique et au bloc opératoire ; 

- « 2° Dans le domaine de la médecine nucléaire : 

  • « a) Epreuves d'effort ; 
  • « b) Administration de médicaments radiopharmaceutiques à visée thérapeutique ; 

- « 3° Dans le domaine de la radiothérapie : 

  • « a) Pose du matériel vecteur et application de sources radioactives ; 
  • « b) Installation et vérification du positionnement des patients lors de la mise en œuvre des séances d'irradiation corporelle totale ; 
  • « c) Installation et vérification du positionnement des patients lors de la mise en œuvre de traitements hypofractionnés délivrés avec une dose par fraction supérieure à un seuil fixé par arrêté du ministre chargé de la santé ; 

- « 4° Dans le domaine des explorations fonctionnelles :  « Réalisation d'explorations électrophysiologiques et magnétophysiologiques permettant de guider un geste médical.

« Art. R. 4351-2-4.-Lorsqu'il exerce dans le cadre d'une pharmacie à usage intérieur, le manipulateur d'électroradiologie médicale est habilité, sous l'autorité technique d'un pharmacien, à aider à réaliser : 

- « 1° Les activités définies au 5° de l'article R. 5126-9 ; (= la préparation des médicaments radiopharmaceutiques: Ndlr)

- « 2° La reconstitution des médicaments radiopharmaceutiques ; 

- « 3° La mise sous forme appropriée à leur utilisation des médicaments radiopharmaceutiques prêts à l'emploi. » ;

Qualités nécessaires

fiche metier manipulateur radiographie medicale

Les compétences du manipulateur d’électroradiologie médicale reposent à la fois sur des qualités relationnelles avec les patients et sur la maîtrise des techniques d’imagerie médicale, de traitements utilisant des ondes et des rayonnements, ionisants ou non, mettant en œuvre des matériels de plus en plus sophistiqués. Il doit apprendre à se protéger pour lui-même, mais également pour ses patients, en appliquant les mesures de radioprotection et de magnétoprotection optimales.

Le MER doit être en mesure d’ajuster les protocoles en fonction de la prescription médicale et du contexte clinique et psychologique de chaque patient. Maillon incontournable dans la chaîne de soin, il s’insère pleinement au sein d’une équipe pluriprofessionnelle. Le manipulateur est en relation permanente avec le médecin responsable des activités (diagnostiques ou thérapeutiques). Il peut être amené à travailler avec des infirmiers, des aides-soignants, des médecins d’autres spécialités (chirurgien etc.), des physiciens médicaux ainsi que des pharmaciens.

Formation

Deux diplômes préparés en trois ans permettent d’exercer la profession :

  • Diplôme d’État (DE) de manipulateur d’électroradiologie médicale délivré par le ministère de la Santé ;
  • Diplôme de technicien supérieur (DTS) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique délivré par le ministère de l’Éducation nationale.

Entrée en vigueur à la rentrée 2012, la réforme LMD (licence-master-doctorat) a permis d’homogénéiser la formation initiale quel que soit le centre de formation (IFMEM pour le DE et Lycée pour le DTSIMRT). Elle permet la reconnaissance d’un grade de licence à l’issue des trois années de formation. Avec 180 crédits ECTS, les étudiants qui le souhaitent peuvent ainsi poursuivre leurs études en rejoignant des filières universitaires. Les professionnels ont désormais un diplôme reconnu à officiellement à « Bac+3 », traduit par la catégorisation statutaire en A pour les agents de la fonction publique hospitalière.

Emploi

On dénombre près de 34 500 manipulateurs d’électroradiologie médicale en France (données 2016). La demande croissante en examens et traitements, le développement des équipements et des techniques, offrent des perspectives d'emploi intéressantes à ce jour, notamment dans certaines régions comme en Ile-de-France. La facilité pour trouver un emploi à la sortie de la formation varie selon des cycles qui restent difficiles à expliquer. En 2018, plus de 95% des jeunes diplômés ont trouvé un emploi dès la sortie du centre de formation.

Exercice professionnel

Le manipulateur d’électroradiologie exerce son activité exclusivement de façon salariée, dans un établissement de santé public ou privé (dans un cabinet de radiologie « de ville » par exemple, ou une clinique). Dans les établissements de santé, il doit assurer la continuité des soins avec des roulements. Il travaille donc également les week-ends et la nuit, en équipe. Les collaborations avec d’autres professionnels de santé sont régulières, selon les secteurs.

Rémunération

En moyenne, un MER en début de carrière gagne environ 1 500 € net et 2 500 € en fin de carrière (secteurs public et privé confondus). Tout dépend ensuite des évolutions (échelons ou augmentations) ainsi que le changement de statut (ex : cadre de santé, …). La participation à des gardes ainsi qu’à des astreintes, en fonction des employeurs, peut faire varier significativement cette rémunération.

Évolution de carrière

Dans la Fonction Publique Hospitalière, après quelques années de pratique, un MER peut accéder à la formation de cadre de santé (sur concours), lui permettant d’évoluer vers des fonctions d’encadrement de service ou de formateur en institut de formation. Notons que certains établissements privés permettent également aux MER d’accéder à des fonctions d’encadrement, suite à une formation spécifique ou non.

Les cadres et cadres supérieur de santé ont la possibilité d’accéder, suite à un concours et après une formation à l’École des Hautes Études en Santé Publique, au corps de Directeur des soins dans la Fonction Publique Hospitalière.

Dans le secteur privé, l’évolution de carrière est définie par les conventions collectives dont relève le salarié.

Enfin, il est fréquent que des entreprises privées, telles que des laboratoires pharmaceutiques ou des constructeurs d’appareillages, embauchent des MER expérimentés afin de promouvoir leur produits.

VAE (Validation des Acquis de l’Expérience)

Selon le Ministère de la santé, les diplômes permettant l’exercice de la profession de manipulateur d’électroradiologie médicale ne sont pas accessibles actuellement par la VAE en raison du risque de valider des acquis relevant de l’exercice illégal de la profession de manipulateur d’électroradiologie.

Cas particulier

Les ressortissants d'un État membre de la Communauté européenne, ou partie à l'accord sur l'Espace économique européen, qui sont titulaires d’un diplôme de manipulateur dans cet État et qui souhaitent exercer en France la profession de manipulateur d'électroradiologie médicale en application de l'article L. 4351- 4 doivent obtenir une autorisation délivrée par une autorité compétente représentant l’État français (DRJSCS).

Les associations

Autres sites de manipulateurs (ordre alphabétique)

Webographie

Creative Commons License

Vice-Président de l'AFPPE

Publicité

Commentaires (0)