PORTRAIT / TEMOIGNAGE

"La mémoire qui flanche" : bien plus qu’un simple film de famille

Eric de Chazournes, 27 ans, a filmé les dernières semaines de sa grand-mère, Annie, 96 ans, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Son documentaire, sans fard et pourtant délicat, montre une famille soudée autour de "Mamillette", à qui la mémoire fait défaut. Le film a été récompensé par le trophée d’or au festival Deauville Green Award 2019.

C’est plus qu’un simple film de famille. Car dans l’histoire de Mamillette, comme la surnomment affectueusement ses proches, chacun pourra reconnaître aisément quelqu’un.

Son petit-fils (le 12e) a posé sa caméra dans l’Ehpad où résidait sa grand-mère, à Belley, dans l'Ain, en septembre 2018 et l’a filmée pendant plusieurs semaines. Pas de commentaire, peu de musique, mais simplement des instants auxquels on assiste. Lors des visites de ses proches, pendant des ateliers, un repas ou encore une promenade, Eric de Chazournes s’attarde sur le visage de la nonagénaire, filme ses réactions, son étonnement, sa fatigue, sa gaieté soudaine ou son découragement. Elle ne parvient pas à se souvenir du nom de ses enfants.

Je suis son 12e petit fils et j’ai grandi avec la conviction qu’elle était immortelle - Eric de Chazournes

La mémoire, c’est l’identité. Quand elle nous quitte, nous sommes perdus. C’est cela que parvient à saisir Eric de Chazournes, en entrecoupant son film d’images d’archives familiales, qui montrent la Annie-d’avant, vive, enjouée et décidée, une femme qui contraste avec la grand-mère que nous voyons, fragilisée. Heureusement, Annie est particulièrement entourée et aimée. Par ses enfants et petits-enfants, mais aussi par les professionnels de santé, qu’on voit si chaleureux et dynamiques autour d’elle. Le documentaire de 43 minutes montre ainsi la dégradation due à la maladie, mais aussi l’immense importance du soutien familial et de l’accompagnement du personnel soignant en fin de vie, comme le souligne l’auteur. 

La mémoire qui flanche, titre tiré de la chanson bien sûr, mais aussi d’une jolie séquence du film entre Annie et une aide-soignante, est aussi et surtout l’hommage d’un petit-fils à sa Mamillette d’amour.

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Publicité

Commentaires (1)

Anthras

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Vérifier vos sources !

Merci de vérifier vos sources. Mme résidait dans notre EHPAD à Belley (01).