PARAMEDICAL

Les « Ni bonnes » se mobilisent pour les aides-soignants

A l'occasion de la journée internationale de l'aide-soignant du 26 novembre 2013, le collectif des « Ni bonnes, ni bonnes, ni pigeonnes » avait appelé à un rassemblement sur le parvis de La Défense pour dénoncer une fois encore la dégradation des conditions de travail, de la sécurité et de la qualité des soins.

mobilisation du collectif ni bonnes, ni nonnes ni pigeonnes

Journée de l'aide-soignant : mobilisation des Ni bonnes

A l'appel du collectif « Ni bonnes, ni nonnes, ni pigeonnes », une trentaine de personnes se sont réunies à La Défense lors de la journée internationale de l'aide-soignant le 26 novembre 2013. Vêtus de sacs de déchets d'activité de soins à risque infectieux (DASRI), les membres du collectif se sont mobilisés pour dénoncer l'altération des conditions de travail des aides-soignants. Il y a trop de faisant fonction AS alors que nous avons des compétences propres, déplore Pauline Puybareau, aide-soignante.

Publicité

Commentaires (3)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#3

Re - Pas mieux

Même si je n'aurais peut être pas été aussi incisif, je me retrouve dans ces propos.

qu'est ce qu'il faut pas entendre ...

Obligé de faire de l'exercice illégal ... Personne n'oblige personne mais peut être que c'est quelque part valorisant de se penser compétant pour une chose qui légalement ne relève pas de son resort... Il faudrait peut être remettre de l'ordre.

Pour le bien du malade... Ben non c'est tous le contraire car les règles sont la pour garantir la sécurité du patient et pour se faire chacun doit rester à sa place et faire en sorte que chacun prenne la place qui lui revient!!!
Pour le bien du patient.

Les choses peuvent évoluer bien sur mais dans le calme et la réflexion en passant par le législateur avec de vrai argument.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

Pas mieux !

30 personnes… ?

Cela montre le peu d’intérêt des professionnels de santé pour leur profession et les patients pris en charge en acceptant les glissements de tâches. Voire à les rvendiquer…

Cela montre le peu d’intérêt des professionnels de santé pour les NBNNNP.

Cela montre le peu d’intérêt des NBNNNP pour la profession d’IDE puisque propose de détricoter notre décret d’actes dit de compétences.

Cela montre la frustration des AS et leur avidité à obtenir un statut qu’ils/elles confondent avec le Saint Graal pour la satisfaction de leurs petits besoins personnels.

loulic

Avatar de l'utilisateur

278 commentaires

#1

Quelle hypocrisie !

Clairement ce que revendiquent ici ces AS c'est de pouvoir partager le gateau supposé juteux du libéral. Sans d'ailleurs jamais se poser la question de la faisabilité ou de l'intérêt pour le patient ou la société.

En légalisant les glissements de tache pour ce faire.

Et avec de sympathiques arguments de pleureuses : "on est obligées de faire ces glissements" "c'est pour le bien du patient".

Et ils s'en trouvent pour soutenir ce nivellement par le bas, cette déqualification des soins, et cette dégradation de la sécurité !

Bravo, finalement c'est tout ce dont nous avions besoin, un groupe de soignants qui milite pour du soin low cost.