MEDICAL

Les sages-femmes hospitalières appelées à durcir le mouvement

    Suivant

Le Collectif des sages-femmes a appelé, le 4 mars 2014, devant le ministère des Affaires sociales et de la Santé, à durcir le mouvement de grève, après l'annonce de la création d'un statut médical au sein de la fonction publique hospitalière (FPH).

manifestation sages-femmes 4 mars 2014

Les sages-femmes attendent toujours leur émancipation

Le Collectif des sages-femmes regroupe l'Organisation nationale des syndicats de sages-femmes (ONSSF), le Collège national des sages-femmes de France (CNSF), la Conférence nationale des enseignants en maïeutique (Cnema), l'Association nationale des sages-femmes cadres (ANSFC), l'Association nationale des étudiants sages-femmes (Anesf), et la CFTC santé et sociaux. Une vingtaine de personnes soutenant ce collectif étaient réunies aux abords du ministère le 4 mars 2014, alors que Marisol Touraine tenait une conférence de presse afin d'annoncer ses décisions notamment sur l'évolution du statut des sages-femmes hospitalières.

Dans un communiqué le 2 mars 2014, le collectif avertissait la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine : Vous craignez la réaction d'une poignée de syndicalistes ou de médecins à l'annonce d'une sortie des sages-femmes de la FPH ? Préparez-vous à gérer une crise sans précédent dans les maternités de France si la cause des sages-femmes ne trouve pas satisfaction. Les sages-femmes sont trop dans l'attente de leur émancipation. Le collectif, à l'origine du mouvement des sages-femmes, demandait une sortie de la FPH et l'obtention du statut de praticien hospitalier (PH). La ministre a annoncé la création d'un statut médical de sage-femme des hôpitaux au sein de la FPH. Les annonces de la ministre sont une confirmation de la mise sous tutelle des sages-femmes par les médecins, a estimé Caroline Raquin, présidente de l'ONSSF, à la sortie de la conférence de presse. Elle a confirmé que le collectif allait durcir le mouvement.

Interrogée lors de la conférence de presse sur la demande et les menaces du collectif, Marisol Touraine a déclaré : Le statut de PH, je l'ai entendu comme si c'était la seule réponse possible. Or le statut de PH était le statut de médecin des hôpitaux avant son changement de nom. Il en est de même aujourd'hui avec le statut de sage-femme des hôpitaux, qui ne sont pas des médecins […] La question était oui ou non les sages-femmes doivent-elles avoir un statut médical ? La réponse est oui. C'est aujourd'hui le cas.

Les sages-femmes demandaient la reconnaissance de leur rôle et de leurs compétences. L'ensemble des mesures annoncées ce matin vont dans ce sens. Je ne doute pas qu'elles sauront l'entendre, a-t-elle déclaré. Ce qui compte ça n'est pas de savoir si on est PH alors qu'on n'est pas médecin, mais la reconnaissance pleine et entière de ses compétences et de ses responsabilités, a-t-elle insisté.

L'intersyndicale satisfaite de l'arbitrage mais sur ses gardes

Les représentants de l'Intersyndicale des sages-femmes (CGT, CFDT, FO, SUD et Unsa de la FPH), avec l'Union nationale et syndicale des sages-femmes (UNSSF), qui ont tenu un point presse devant le ministère à la sortie de la conférence de presse de Marisol Touraine, se sont dits "satisfaits" de l'arbitrage maintenant les sages-femmes dans la FPH, "avec un positionnement clair". Néanmoins les organisations sont "contrariées" quant aux mesures sur la responsabilité des sages-femmes. Lors de la dernière réunion du groupe de travail présidé par Edouard Couty, les sages-femmes "devaient" être responsables des unités physiologiques. Aujourd'hui, elles "peuvent" l'être. Cela ne nous va pas, a expliqué Annie-Claude Ottan (CGT).

Soulignant que l'intersyndicale n'est pas à l'origine du mouvement, elle a noté que c'est à partir d'aujourd'hui qu'il va falloir entrer en négociation et qu'à partir de ce moment-là, si les propositions qui nous sont faites sont scandaleuses, nous appellerons à un mouvement des sages-femmes hospitalières […] On va tirer le plus haut possible le positionnement des sages-femmes dans les hôpitaux. Nous espérons maintenant que le point de crispation [sur le statut] est passé. Nous serons très exigeants sur le rendu des négociations pour les sages-femmes, a-t-elle prévenu.

Retour au sommaire du dossier Le métier de sage-femme

Publicité

Commentaires (0)