AS

Vers 103 000 emplois nets aides-soignants créés à l'horizon 2022 ?

233 000 postes d'aides-soignants devraient être à pourvoir à l'horizon 2022, selon le rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications intitulé "Les Métiers en 2022". Mais les salaires continuent de stagner...

aide-soignante et patient repasÀ l'horizon 2022, les créations nettes d'emplois d'aides-soignants devraient s'élever à 103 000 et les départs de fin de carrière à 130 000, selon le rapport « Les Métiers en 2022 » remis le 28 avril 2015 par le groupe Prospective des métiers et qualifications (France Stratégie-Dares) au ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, François Rebsamen. Ces créations et départs, s'ils sont remplacés, pourraient ainsi mener à 233 000 postes aides-soignants à pourvoir sur la période 2012-2022 selon le scénario central établi dans le rapport. Au total, les aides-soignants devraient être au nombre de 682 000 en 2022.

La Dares note également les évolutions du nombre d’emplois dans les métiers médicaux et paramédicaux apparaissent peu sensibles au contexte macroéconomique, même si la contrainte budgétaire les rend plus vulnérables au cycle que par le passé.

Selon le rapport, l'âge médian des aides-soignants entre 2010 et 2012 s'élevait à 42 ans. Notons également qu'entre 2008 et 2012, la profession aide-soignante comptait 7 % de débutants ayant terminé leurs études au cours des quatre années précédent l'enquête. La Dares souligne que ce chiffre est faible car « la formation est souvent suivie par des personnes ayant déjà connu une période de chômage ou de travail salarié ».

En revanche, la réduction prévisible du nombre de médecins à l'horizon 2022 pourrait engendrer une nouvelle répartition des tâches entre professionnels de santé et, de fait, impliquer des besoins de formation accrus, initiale ou continue, afin de renforcer les compétences techniques des professionnels concernés, notamment la prise en charge des soins primaires. Cette redéfinition des tâches pourrait contribuer à enrichir et valoriser certains métiers comme celui d'aide-soignant, métier connaissant certains difficultés de recrutement qui pourraient s'accroître à l'avenir, notamment dans certains services comme la gérontologie, selon la Dares.

Des salaires en stagnation

Bien que les professionnels aides-soignants soient de plus en plus recherchés, leur salaire stagne, selon le dernier baromètre Appel médical sur les salaires de la santé. De 2013 à 2014, il est ainsi passé de 1691€ à 1702€, soit une « augmentation » de 0,65 %. Reste qu’il peine à susciter des vocations, or l’on déplore d’ores et déjà une pénurie d’aides-soignants, note l'Appel médical. La situation risque donc de s’aggraver dans les années qui viennent. Le manque d’attractivité du métier s’explique par la conjugaison d’un bas niveau de salaire et de conditions de travail de plus en plus difficiles. Dans l’aide à domicile, les horaires coupés (matin et soir) ne sont pas idéaux pour une vie de famille. En EHPAD, les patients sont moins autonomes qu’autrefois car les familles attendent plus longtemps avant de placer leurs aînés, d’où une plus grande pression sur l’aide-soignant à périmètre d’intervention égal (15 patients en moyenne).

Des départs à la retraite plus tardifs

Selon France Stratégie-Dares, sur la période récente, l'âge moyen de départ en fin de carrière était en moyenne inférieur à 58 ans chez les aides-soignants, une partie classée en catégorie active de la fonction publique ayant pu bénéficier de la possibilité de se retirer dès 55 ans. Toutefois, à l'horizon 2022, l'âge de départ en retraite devrait s'accroître fortement et atteindre 60 ans. La Dares relève aussi que les problèmes de santé représentent un quart des motifs de départs en fin de carrière chez les aides-soignants, soit près de deux fois plus que la moyenne.

À l'avenir, les perspectives d'emploi des aides-soignants devraient donc s'avérer plutôt positives. Cependant, au vu de l'importance des raisons de santé dans les causes de départ, la question des reconversions possibles (postes aménagés ou moins pénibles) se pose.

salaires grille

• Voir le rapport "Les métiers en 2022"


Journaliste
aurelie.trentesse@infirmiers.com
@ATrentesse

Publicité

Commentaires (0)