INFOS ET ACTUALITES

Bien réveillonner, c’est aussi #Bienrentrer !

En 2018, les accidents de la route impliquant de l’alcool ont fait près de 1 000 victimes. Et lors du Réveillon du Nouvel An, 17 personnes sont décédées sur les routes. Pour encourager la prudence et informer sur les solutions simples qui existent pour rentrer sain et sauf pendant les fêtes, les associations Prévention Routière et Assurance Prévention lancent leur campagne 2019 #Bien rentrer, avec un spot de 20’’ visible jusqu’au 1er janvier 2020.

Bien réveillonner, c’est aussi #Bienrentrer !

Une campagne de prévention qui rappelle une fois encore un vieil adage : "boire ou conduire, il faut choisir"

Selon les estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 5 % à 35 % de tous les décès sur la route sont liés à l’alcool. Conduire après avoir bu de l’alcool augmente considérablement le risque d’accident ainsi que la gravité de cet accident. Si la limitation du taux d’alcool dans le sang prévu dans la législation doit être au cœur de tous les efforts de lutte contre l’alcool au volant, une approche intégrée consiste à associer sensibilisation et contrôle de police visible. Les meilleures pratiques pour les lois relatives à la conduite en état d’ivresse consistent notamment à fixer le seuil d’alcoolémie à 0,05 g/dl pour la population générale et à 0,02 g/dl pour les conducteurs jeunes et inexpérimentés.

En France,  quel est le seuil réglementaire du taux d’alcool ?
La limite fixée est de 0,5 g d’alcool par litre de sang, soit 0,25 mg par litre d’air expiré. Pour les conducteurs titulaires d’un permis probatoire, et ceux en situation d’apprentissage, la limite fixée est de 0,2 g par litre de sang, soit 0,1 mg par litre d’air expiré.

Les principaux facteurs d’accident livrés par la sécurité routière pour l’année 2018 souligne que la vitesse excessive ou inadaptée demeure la cause première de la mortalité sur les routes de France ; elle intervient dans un accident mortel sur trois. L’abus d’alcool au volant et la conduite sous stupéfiant se maintiennent en deuxième cause des accidents mortels, suivies des refus de priorité et de l’inattention en conduisant. L’analyse des données concernant les auteurs présumés d’accidents mortels de la route en 2018 (APAM) montre que le facteur vitesse est la cause principale des accidents mortels pour 41% des auteurs présumés âgés de 18 à 24 ans, et 36%entre 25 et 34 ans. Dans cette population, les facteurs alcool et stupéfiants sont surreprésentés chez des auteurs plus âgés (respectivement 25% et 15% des 35-44 ans).

Rappelons que l’alcoolémie est le taux d’alcool présent dans le sang. Elle se mesure en grammes par litre de sang, grâce à une analyse de sang, ou en milligrammes par litres d’air expiré, par éthylotest ou éthylomètre. Le taux d’alcool limite autorisé est de 0,5 g d’alcool par litre de sang soit 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré. Quelle que soit la boisson alcoolisée, un «verre» représente à peu près la même quantité d’alcool (contenances correspondant aux doses normalisées dans les débits de boissons).

Chaque verre consommé fait monter le taux d’alcool de 0,20 g à 0,25 g en moyenne. Ce taux peut augmenter en fonction de l’état de santé, le degré de fatigue ou de stress, mais aussi le tabagisme ou simplement les caractéristiques physiques de la personne : pour les plus minces, chaque verre peut représenter un taux d’alcool de 0,30 g.

Le taux d’alcool maximal est atteint :

  • Un quart d’heure après absorption à jeun
  • Une heure après absorption au cours d’un repas.

L’alcoolémie baisse en moyenne de 0,10 g à 0,15 g d’alcool par litre de sang en 1 heure. Café salé, cuillerée d’huile… : aucun truc ne permet d’éliminer l’alcool plus rapidement.

Attention, certains médicaments sont incompatibles avec la consommation d’alcool. Lisez attentivement les notices ou demandez conseil à votre médecin en cas de doute.

Si vous sortez en famille ou entre amis, pensez à vous organiser pour bien rentrer !

La nouvelle campagne de communication #BienRentrer  permet de rappeler que des solutions simples et multiples existent afin de prévenir tout accident de la route en cas de prise de volant après une soirée bien arrosée :

Prévention routière

  • désigner un Sam -  Si vous sortez entre amis ou en famille, désignez un Sam. Il - ou elle - sera votre capitaine de soirée, restera sobre et ramènera tout le monde à bon port en fin de soirée ;
  • choisir le covoiturage - Le covoiturage est un mode de déplacement très en vogue... et une bonne solution de retour. Convivial, écologique, économique, et sûr. Car celui - ou celle - qui vous invite dans sa voiture est responsable de la sécurité de tous ;
  • rentrer avec un pro - Pour bien rentrer après une soirée arrosée, la solution la plus sûre, c’est de faire appel à un professionnel : taxi, VTC ou transport en commun. Et ce n’est pas si compliqué ;
  • dormir sur place - Si l’on n’est pas en état de conduire - trop bu, trop fumé, trop fatigué - mieux vaut dormir sur place. Y compris dans sa voiture. Et même si vous n’avez que peu de route à faire.

Un mode d’emploi à retrouver sur sur bienrentrer.fr.

Soyez prudents et prenez soin de vous… et de tous ceux à qui vous tenez !

Creative Commons License

Redaction d'infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)