INFOS ET ACTUALITES

Blessures par objets tranchants : un impact à ne pas négliger

Depuis que la directive du Conseil européen 2010/32/UE de mise en œuvre de l'accord-cadre sur la prévention des blessures par objets tranchants dans le secteur hospitalier et sanitaire est entrée en vigueur en 2013, les professionnels de santé ne doivent plus accepter les blessures par piqûre d'aiguille comme risque professionnel.

seringue piqure

Il ne faut pas négliger l'impact psychologique des blessures par objets tranchants.

Il existe deux types de blessure par objet tranchant : une lésion percutanée représente une rupture de la peau causée par une piqûre d'aiguille ou un objet tranchant contaminé de sang ou de liquide biologique1 tandis qu’une lésion mucocutanée se produit lorsque des liquides biologiques entrent en contact avec une peau non intacte comme dans le cas d'eczéma, de plaies ouvertes ou de muqueuses telles que la bouche ou les yeux2.

Plusieurs facteurs peuvent influencer le risque de blessure par objet tranchant. Ils incluent les types de dispositifs utilisés et les procédures appliquées, une formation insuffisante dans l'utilisation et l'élimination sûre des aiguilles et objets tranchants, ainsi qu'un manque de connaissances sur les conséquences du maintien d'une telle blessure. Bien qu'une lésion puisse paraître insignifiante, elle risque de causer une infection à partir de 30 agents pathogènes potentiellement dangereux, véhiculés par le sang, dont l'hépatite B, l'hépatite C et le VIH3. Toutes les personnes travaillant dans les professions de la santé où des objets tranchants sont utilisés sont à risque4, y compris les professionnels travaillant dans les environnements de soins à long terme et injectant des traitements par insuline aux patients diabétiques.

Les conséquences des lésions par objets tranchants ne doivent pas être sous-estimées, tout comme les « coûts cachés » éventuels, comme les coûts psychologiques de la victime de la blessure par objet tranchant, qui peuvent être importants. Le stress lié à la blessure par objet tranchant peut suffire à causer une peur pouvant entraver la carrière, une angoisse excessive, une incapacité de travail, des crises de panique ou encore une dépression5.

Même si la blessure par objet tranchant n'entraîne pas de séroconversion en agent infectieux véhiculé par le sang, l'impact psychologique peut persister pendant plusieurs mois et affecter les relations familiales, personnelles et professionnelles.  Une étude publiée indique que les blessures par objets tranchants sont susceptibles d'induire un traumatisme psychologique important6.

Toutes les personnes en contact avec des objets tranchants, y compris les personnes travaillant dans un environnement de soins à long terme, doivent se familiariser avec la directive du Conseil européen 2010/32/UE à laquelle tous les employeurs du secteur de santé doivent légalement adhérer. La directive impose aux employeurs d'utiliser des objets tranchants sûrs dans la mesure du possible, et d'informer et former les employés face aux risques des lésions par objets tranchants. Si elle est respectée, la directive contribuera à sensiblement réduire le risque d'accidents par objets tranchants.

Les employeurs sont également obligés de prendre des mesures spécifiques en cas de lésion, et l'employé est tenu de signaler à l'employeur toute blessure par objet tranchant afin de pouvoir entreprendre les actions adéquates à temps et de manière efficace.

J'invite chaque professionnel de santé blessé à demander de l'aide et à signaler la blessure sans tarder, et encourage chaque employeur à mettre en place des procédures rigoureuses et à s’assurer que le personnel ait accès à un soutien post-exposition, y compris psychologique, si nécessaire.

La directive a été intégrée à la législation française le 10 juillet 2013 : Arrêté du 10 juillet 2013 relatif à la prévention des risques biologiques auxquels sont soumis certains travailleurs susceptibles d'être en contact avec des objets perforants

Que faire en cas de blessure par objet tranchant ?

Les dispositions en cas de blessure sont stipulées par la directive du Conseil européen 2010/32/UE de mise en œuvre de l'accord-cadre sur la prévention des blessures par objets tranchants dans le secteur hospitalier et sanitaire.

En cas de blessure, l'employé doit en faire part le plus tôt possible à son employeur ou au responsable de la santé et de la sécurité désigné7. Une fois informé, l'employeur doit consigner l'incident et en examiner les circonstances et causes, et prendre les mesures nécessaires pour éviter tout incident futur8.

L'employeur doit s’assurer que la personne blessée bénéficie de conseils médicaux et du traitement tel que préconisé par un professionnel de santé agréé, y compris un traitement médicamenteux pour prévenir l'infection ou le développement d'une maladie, et doit envisager de fournir à l'employé une aide psychologique.

Bien que les modalités exactes du système de rapport varient d'une institution à l'autre, la loi impose la mise en place d'une procédure. Même si la personne ne perçoit pas la blessure comme importante, il est essentiel de ne pas différer le processus de rapport et de traitement pour que les tests et les soins puissent commencer.

Notes

  1. Haiduven DJ, Simpkins SM, Phillips ES, Stevens DA. A Survey of Percutaneous/Mucocutaneous Injury Reporting in a Public Teaching Hospital, Journal of Hospital Infection, (1999) 41, 2, 151-154.
  2. Ibid.
  3. European Biosafety Workshop; Prevention of sharps injuries in the hospital and healthcare sector;Implementation guidance for the EU Framework Agreement, council directive and associated national legislation.
  4. Health Protection Agency, Eye of the Needle Report, 2012
  5. Costigliola V, Frid A, Letondeur C, Strauss K, Needlestick Injuries in European Nurses in Diabetes. Diabetes and Metabolism. (2012) 38, Suppl 1, S9-S14.
  6. Occupational Medicine 2013;63:183–188; Psychiatric consequences of needlestick injury, B. Green and E. C. Griffiths
  7. Ibid.
  8. Ibid.
Creative Commons License

Chef du Contrôle et de la prévention des infections (Midland et East) à la NHS Trust Development Authority, R.-U. Membre du groupe de consensus européen WISE et du Forum sur la technique d'injection (FIT) 4 Sécurité.