INFOS ET ACTUALITES

Journée Mondiale de l’Asthme : que faut-il savoir ?

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

C’est aujourd’hui mardi 2 mai 2017 la Journée Mondiale de l’asthme. Organisé depuis 1998 par la Global Initiative for Asthma (GINA) , l’événement est l’occasion de faire le point sur cette maladie chronique et sur sa prise en charge.

Près d’une personne sur dix a eu ou aura de l’asthme à un moment donné de son existence, rappelle le pneumologue Antoine Magnan, également chercheur à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Malgré les progrès des traitements, cette maladie très fréquente reste un problème de santé publique majeur. Qu’est-ce que l’asthme ? Peut-on vivre normalement quand on est asthmatique ? Quelles sont les avancées dans les traitements ? A l’occasion de la Journée Mondiale de l’asthme, qui a lieu ce mardi 2 mai, voici un état des lieux de la maladie.

Près d’une personne sur dix a eu ou aura de l’asthme à un moment donné de son existence

Qu’est-ce que l’asthme ?

femme asthme

Le contrôle de la maladie repose essentiellement sur un traitement de fond quotidien combiné à un traitement des crises lorsqu’elles se présentent à l’aide de bronchodilatateurs d’action rapide.

Décrite par l’Inserm comme une inflammation chronique des bronches, entraînant leur hyperréactivité à certaines substances, l’asthme, dont les premiers signes surviennent le plus souvent pendant l’enfance, se manifeste essentiellement par des crises, qui prennent la forme de sifflements et de gênes respiratoires. Dans les cas les plus graves, ces crises peuvent nécessiter une hospitalisation. Les chercheurs constatent aussi qu’il n’existe pas « un asthme », mais plusieurs formes de la maladie ainsi que différents stades : intermittent, persistant léger, modéré et sévère. L’asthme, enfin, ne se guérit pas, mais une bonne prise en charge permet de contenir la maladie et de maintenir une bonne qualité de vie chez les personnes atteintes.

Les causes profondes de l’asthme ne sont pas complètement élucidées, mais nous connaissons du moins les facteurs déclenchants de la maladie. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le facteur de risque le plus important est l'inhalation de particules susceptibles de déclencher des crises : allergènes domestiques (acariens, pollution, poils de chats notamment...), allergènes extérieurs (pollens, moisissures), fumée du tabac, produits chimiques irritants, pollution de l’air... D’autres facteurs sont également susceptibles de déclencher des crises d’asthme tels que le froid intense, le stress, une émotion intense ou encore parfois l’exercice physique (même si le sport reste conseillé par les experts). La prise de médicaments (aspirine, autres anti-inflammatoires non stéroïdiens et bétabloquants) peut aussi déclencher des crises chez certaines personnes. Notre mode de vie dans un environnement de plus en plus toxique (pollution, tabac...) serait à l’origine de l’augmentation de cette pathologie.   

Une cause allergique est retrouvée chez 70 à 80 % des adultes asthmatiques et chez 95 % des enfants atteints.

L’asthme en quelques chiffres

D’après les estimations de l’OMS, l’asthme touche aujourd’hui 235 millions de personnes dans le monde et plus de 4 millions de personnes en France, soit 6,7% de la population. L’asthme est aussi la maladie chronique la plus courante chez l’enfant : elle touche 9% d’entre eux en France. Un chiffre en forte augmentation par rapport aux chiffres qu’on avait il y a vingt ans, souligne Anne Tsicopoulos, pneumo-allergologue interrogée sur le site de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). La maladie est à l’origine de quelque 1 000 décès par an chez les moins de 65 ans et de 60 000 hospitalisations en urgence dans l’hexagone. En 2014, près de 65% des séjours à l’hôpital concernait des enfants âgés de moins de 15 ans selon l’Institut de Veille Sanitaire (InVs). Enfin, une cause allergique est retrouvée chez 70 à 80 % des adultes asthmatiques et chez 95 % des enfants atteints, selon les chiffres publiés par l’Association Asthme & Allergies. En France, l’asthme persistant sévère, qui est le dernier stade de la maladie, touche environ 350 000 personnes, soit environ 10 % des asthmatiques.

Aujourd’hui encore, je rencontre trop d’adolescents qui n’ont jamais passé d’explorations fonctionnelles respiratoires (EFR).

La nécessité d’un traitement de fond

Mal pris en charge, ou mal traité, l’asthme peut devenir une maladie grave. Insomnies, baisse d’activité, absentéisme à l’école ou au travail, l’asthme altère parfois considérablement la qualité de vie des personnes atteintes. L’asthme ne se guérit pas. Malgré tout, on peut vivre normalement lorsqu’on est asthmatique grâce aux traitements de fond qui existent aujourd’hui. Le contrôle de la maladie repose essentiellement sur un traitement quotidien (anti-inflammatoires, corticostéroïdes inhalés ou anti-leucotriènes pouvant être associés à un bronchodilatateur de longue durée d’action) combiné à un traitement des crises lorsqu’elles se présentent (à l’aide de bronchodilatateurs d’action rapide). Les pneumologues mettent particulièrement en garde les adolescents. Aujourd’hui encore, je rencontre trop d’adolescents qui n’ont jamais passé d’explorations fonctionnelles respiratoires (EFR). Sans des examens qui permettent d’apprécier la sévérité de la maladie et ses causes précises, les professionnels sont dans l’incapacité d’aider les patients à appréhender leur maladie. Les pneumologues sont unanimes : une détection précoce est primordiale pour traiter les symptômes au plus vite, éviter les aggravations et faire que le patient, et tout particulièrement l’enfant, s’approprie sa maladie pour mieux la dominer. 

Des infirmières téléconseillères et une application utile

Environ six personnes asthmatiques sur dix ne font pas de contrôles suffisants de leur maladie, indique l’Assurance-maladie, qui a décidé d’agir en proposant un service au patients appelé « Sophia ». Sa mission ? Aider les personnes asthmatique à mieux connaître leur maladie d’une part et à adapter d’autre part leurs habitudes pour améliorer leur qualité de vie et réduire les risques de complications, précise l’organisme sur son site. Pour l’heure, le service Sophia existe seulement dans 18 départements français mais devrait être étendu à l’ensemble des départements. En pratique, l’assuré reçoit tous les deux mois par courrier ou par e-mail des informations et des conseils validés par des experts. Une équipe d'infirmiers-conseillers en santé est aussi à son écoute par téléphone. Ce service, gratuit, est destiné au 18-44 ans affiliés au régime général de l’Assurance Maladie. Renseignement sur ameli-sophia.fr ou au 0.809.400.040.

L’Assurance Maladie, en partenariat avec l’association de patients Asthme & Allergies, a aussi lancé son application au mois de mars : Asthm’Activ, pour épauler les personnes asthmatiques dans la gestion de leur maladie au quotidien. Conseils pratiques, informations ciblées, Asthm’Activ propose aussi des rappels pour ne plus oublier les rendez-vous médicaux. L'application Asthm'Activ est téléchargeable gratuitement sur l'App Store ou Google Play

Quelles avancées dans les traitements de l’asthme sévère ?

L’asthme étant principalement dû à des allergies, des équipes de l’Inserm se penchent en ce moment sur l’éventualité d’un vaccin spécifique contre l’asthme dit « aux acariens ». Deux approches sont privilégiées : l’une qui consiste à administrer l’allergène, la protéine d’acarien à l’origine de l’allergie et l’autre de vacciner avec l’ADN de cette protéine. Le procédé, expérimenté pour l’heure sur des animaux, donne des résultats encourageants selon l’équipe en charge de l’étude.
Pour les sujets à risque, des enfants dont les parents sont asthmatiques, les chercheurs espèrent mettre au point des stratégies de prévention soit à l’aide de vaccins, soit grâce à la modification  du régime alimentaire pour rééduquer le système immunitaire dans un sens qui tolèrera les allergènes de l’environnement et qui ne déclenchera pas la maladie. Il existe également un autre traitement actuellement en développement : la thermoplastie.  Cette technique consiste à brûler les muscles lisses bronchiques par radiofréquence, au rythme de trois séances à trois semaines d’intervalle. Les résultats sont déjà prometteurs chez certains patients qui souffrent de formes sévères d’asthme.

Quoiqu’il en soit, on ne dispose pas aujourd’hui d’un traitement qui soit adapté à tous les patients, explique Anne Tsicopoulos, pneumo-allergologue. Il faut donc vraiment cibler les traitements personnalisés en fonction du type d'asthme devant lequel on se trouve, qui peut être très différents d'un patient à l'autre. D’où l’intérêt d’un suivi personnalisé et d’une éducation thérapeutique pour affiner les traitements.

Pour en savoir plus

Journaliste Infirmiers.comsusie.bourquin@infirmiers.com@SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Médecin