INFOS ET ACTUALITES

Panorama de la santé : la France doit renforcer ses efforts de prévention

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) recommande à la France de renforcer ses efforts de prévention en raison de facteurs de risques plus marqués que chez les autres pays européens, à l'occasion de la publication le 23 novembre 2016 de son panorama de la santé en Europe.

personnages rassemblés but commun

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) invite la France à renforcer ses efforts en matière de prévention.

Le panorama a été lancé le 23 novembre 2016 dans les locaux de la Commission européenne. L'essentiel des données utilisées ont été établies en 2013 et 2014, note-t-on. Si la France reste dans le peloton de tête européen de l'espérance de vie à la naissance (82,9 ans en 2014, soit +1,9 an par rapport à la moyenne), l'écart entre hommes et femmes reste plus important que dans les autres pays de l'OCDE en raison de la plus grande prévalence des facteurs de risque chez les hommes. L'institution note que cette espérance de vie est bonne grâce à la bonne qualité des soins, malgré les contraintes budgétaires pesant sur le système de santé français. Dans son "Panorama de la santé 2015", l'OCDE avait jugé positivement le système de santé français par rapport aux autres pays développés, rappelle-t-on. Il était aussi souligné que le médicament représentait un cinquième des dépenses de santé.

La population adulte (plus de 15 ans) fumant quotidiennement en 2014 était de 23%, contre une moyenne européenne de 21%. Si le tabagisme chez les adolescents de 15 ans a diminué depuis 2000, la moyenne française (20% pour les filles et 18% pour les garçons) est plus élevée que la moyenne de l'Union européenne (UE, 14% pour les deux).

La proportion d'enfants qui font de l'activité physique régulièrement en France est parmi les plus faibles des pays de l'UE, notamment chez les filles. Pour les garçons, le taux de 11-15 ans exerçant une activité physique quotidienne en 2013-14 était de 25% contre 30% dans l'UE. Pour les filles, ce taux plonge à 11%, contre 20% sur l'ensemble du continent.

Un meilleur résultat est enregistré dans la consommation d'alcool. La proportion de personnes de 15 ans déclarant avoir bu trop d'alcool au moins deux fois dans leur vie est significativement plus faible en France (16% pour les filles et 17% pour les garçons) que pour l'UE (24% et 27%). Mais chez les adultes, la consommation reste plus élevée (11% contre 10% en moyenne).

La France doit accorder davantage de priorité à la prévention et la promotion de la santé, considère l'institution, jugeant la prévention comme un maillon faible dans l'Hexagone. La prévention en France ne représentait en 2014 qu'environ 2% des dépenses courantes de santé, contre 3% en moyenne dans les pays de l'UE.

De nouveaux facteurs de risque apparaissent aussi, notamment les problèmes de surpoids et d'obésité chez les jeunes et les adultes, souvent liés à une mauvaise alimentation et à un manque d'activité physique. Même si, pour l'instant, les taux d'obésité en France restent inférieurs à la plupart des autres pays de l'UE, ils sont en augmentation et le manque d'activité physique parmi les jeunes fait craindre que ces taux continuent d'augmenter à l'avenir, juge l'OCDE.

L'organisation souligne toutefois des pas dans la bonne direction, avec l'instauration du paquet neutre, l'interdiction de fumer dans les lieux publics et les hausses du prix du tabac. Comparée aux autres pays européens, la France a aussi des niveaux de taxes sur l'alcool plus faibles, en particulier pour le vin.

Par ailleurs, les statistiques mettent en évidence un taux de vaccination des enfants contre la rougeole et des personnes âgées contre la grippe bien plus faibles que dans plusieurs autres pays européens. En 2014, 11% des enfants en France n'étaient pas vaccinés contre la rougeole, contre seulement 6% en moyenne dans les pays européens. Concernant la grippe, 48,5% des personnes âgées étaient vaccinées, contre 53,3% en Europe.

Un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 lance une expérimentation permettant aux officinaux d'administrer le vaccin contre la grippe saisonnière, rappelle-t-on. L'OCDE salue cette mesure.

Les maladies chroniques font payer un lourd tribut à l'Europe

Selon le rapport conjoint de l'OCDE et de la Commission européenne, de meilleures politiques publiques de santé et de prévention et des soins de santé plus efficaces pourraient contribuer à sauver des centaines de milliers de vie et à économiser plusieurs milliards d'euros chaque année en Europe. Les institutions pointent du doigt le décès prématuré de 550 000 personnes d'âge actif des suites de maladies chronique (crises cardiaque, AVC, diabète, cancer…). Selon Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire, le rapport sur le panorama de la santé offre des infirmations utiles aux États membres pour guider leurs actions sur la santé dans tous les domaines. Il montre que, dans l'UE, un grand nombre de personnes meurent chaque année de maladies évitables liées à des facteurs de risques tels que le tabagisme et l'obésité. Il insiste également sur la nécessité de poursuivre les efforts consentis jusqu'à présent pour rendre les soins de santé plus accessibles. Ce rapport constitue l'initiative phare du partenariat entre la Commission et l'OCDE visant à créer une réserve de connaissances nationales et transnationales sur la santé et les systèmes de santé, première étape du cycle sur l'état de la santé dans l'Union européenne.