VIDEO

Regard de patient E02 - Blessé de guerre : "une confiance s'est établie avec les soignants"

Le caporal-chef Manuel, 36 ans, a perdu un bras et une jambe lors d'une OPEX au Mali en 2017. Nous l'avons rencontré à l'Hôpital d'Instruction des Armées Percy, à Clamart (92), où il a accepté de se confier. Découvrez le deuxième volet de son témoignage.

Si vous ne lisez pas cette vidéo, rendez-vous sur youtube

Vous l’aviez découvert au fil du premier volet de notre série Regard de patient consacrée au blessé de guerre. Dans ce second épisode, le caporal-chef Manuel nous raconte comment il se remet de ses multiples blessures, comment se déroule sa rééducation et son appareillage suite à sa double amputation. Il explique aussi quelle relation il entretient avec le personnel soignant. Avec lui, une relation de confiance s'est établie, confie-t-il. Je peux tout leur dire. De l'aide-soignant jusqu'au médecin, ils sont tous compétents et très professionnels. Ils respectent l’intimité du patient et ils sont toujours présents si jamais j’ai le moindre souci.

On fait un peu partie de son histoire, on est arrivés à un moment précis de cet accident", Sergent-chef Caroline, aide-soignante militaire.

Fraternité et Innovation autour des blessés de l’Armée de Terre

La 3e édition de la Journée Nationale des Blessés de l’Armée de Terre (JNBAT) s’est déroulée le 22 juin 2019 avec pour thème la fraternité et l’innovation. Cette journée mobilise toute l’armée de Terre, aussi bien en métropole, qu’outre-mer et à l’étranger. Elle s’inscrit dans la démarche globale de l’institution militaire pour ses blessés : au-delà d’un soutien moral, matériel et physique indéfectible, toute l’armée de Terre se met chaque jour au service de ses soldats marqués dans leur chair ou dans leur esprit, dans l’accomplissement de leur mission. En effet, l’institution militaire conduit en permanence un grand nombre d’actions globales, efficaces et personnalisées pour prévenir la blessure pendant la préparation opérationnelle, la prendre en compte quand elle intervient sur le terrain et accompagner le blessé dans son parcours de soins, sa reconstruction, sa réinsertion, son appui au quotidien et sa reconversion si nécessaire. Mais cet accompagnement et ce soutien ne peuvent être le seul fait de l’armée de Terre. Ainsi, une véritable chaîne est déployée autour du blessé dont les différents maillons sont l’unité d’appartenance, le service de santé des armées (SSA), la Cellule d’aide aux blessés de l’armée de Terre (CABAT) et de nombreuses associations d’entraide. Tous ces acteurs permettent au blessé de bénéficier d’un soutien individuel et collectif et mènent des actions concourantes et étroitement liées.

• En savoir plus sur defense.gouv.fr

Si vous avez des sujets à nous proposer afin d'illustrer ce format Regard de patient, n'hésitez pas à nous contacter par mail : susie.bourquin@infirmiers.com

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Publicité

Commentaires (0)