GRANDS DOSSIERS

Secourisme – Le déroulement des interventions

Cet article fait partie du dossier :

Secourisme

    Précédent Suivant

L'alerte

C'est le chef d'intervention qui collationne l'alerte. Après s'être assuré que les éléments d'information sont suffisamment clairs et précis, il les transmets à l'ensemble de l'équipe.

depart d'une A.S.M. en interventionLe trajet

Arrivée sur les lieux

Est-on au bon endroit ?

Le bilan photographique.

Avec quel matériel ?

Les équipiers sont munis de gants à usage unique

aspirateur

matériel d'aspiration

bouteille

matériel de ventilation artificiel

sac d'intervention

sac d'intervention

La prise de contact

  • intervention sur la voie publiqueLieux : analyse des dangers
  • Personnes présentes (témoin)
  • Victime
  • Circonstances de l'accident

L'interrogatoire des personnes présentes -victime, famille, témoins- doit être mené avec précision et tact. Celui-ci est généralement mené par un équipier, compétent et à l'écoute de la personne. Chacune des questions doit obtenir une réponse et être posée à bon escient.

Le bilan primaire et sa transmission

C'est le rôle du CI.

Le bilan primaire est le bilan des urgences vitales de chaque victime qui va avoir deux conséquences:

  • Mise en place des gestes d'urgences et, le plus souvent,
  • Déclenchement de moyens médicalisés.

La transmission du bilan primaire doit être extrêmement rapide dans la mesure où le coordinateur médical a besoin de savoir si une victime présente ou non des atteintes vitales qui nécessitent le déplacement de moyens médicalisés.

Les gestes d'urgence

pansement sur une plaie arterielleCes gestes ne souffrent aucun délai d'exécution. Ils sont effectués par les équipiers.

Bilan complémentaire

Fait en général par l'équipier le plus expérimenté (sous la responsabilité du CI) qui selon les conventions peut être appelé RAI (réanimateur d'intervention) et avoir suivi une formation particulière.

Les gestes de secours et de soins

Gestes généralement effectués par les équipiers. Le CI doit cependant être extrêmement attentif à la technique que son équipe réalise et veiller à ce qu'ils soient effectués dans les meilleures conditions, d'une part vis-à-vis du patient et d'autre part, dans un but pédagogique.

Relevage et brancardage

malaise rue de rivoli

Transport de la victime

Vérifier l'installation confortable de la victime.

installation de la victime

L'arrivée à destination

A l'hôpital la prise en charge d'un malade se fait à deux niveaux :

  • administrativement, le transfert de responsabilité de la Croix-Rouge vers celle de l'hôpital s'opérera par l'inscription de l'identité du malade et de l'horaire d'arrivée sur le registre des urgences.   
  • sur un plan médical, l'équipe doit remettre son malade au personnel hospitalier. En règle générale, le CI peut se satisfaire de la réception par une infirmière.

arrivée à l'hopital

Mais, en tout état de cause, il doit savoir que seul un médecin est habilité à endosser la responsabilité médicale d'un patient.

Aussi, pour les victimes sérieuses et, à fortiori, pour celles qui ont fait l'objet d'un conseil médical ou du déplacement d'une équipe médicalisée, le CI doit assurer la transmission entre les mains de l'interne de médecine ou de chirurgie.

L'A.S.M. redevient opérationnelle

  • Remise en état de l'ASM
  • Indispensable après chaque intervention. Réassortiment et nettoyage des matériels utilisés.
  • Analyse de l'intervention (débriefing)   
    Elle n'est évidemment pas systématique mais souvent nécessaire.

Il ne s'agit pas là d'un exercice d'autosatisfaction de l'équipage mais d'analyser objectivement l'intervention passée dans un but pédagogique et surtout pour une remise en question globale de l'équipage visant à améliorer la qualité du service donné.

C'est le moment pour les équipiers de poser les questions qui les soucient dans la mesure où il est capital qu'après chaque intervention, tous aient bien compris l'ensemble des décisions qui ont été prises et des conséquences qui s'en sont suivi.

C'est également l'occasion, pour le CI de souligner les points techniques qui le méritent et qui n'ont pu l'être en cours d'intervention en raison des circonstances ou, tout simplement, de la présence de la victime, de sa famille, des témoins...

Retour au sommaire du dossier Secourisme

Publicité

Commentaires (0)