GRANDS DOSSIERS

Médecins urgentistes et infirmiers pompiers : une mésentente ?

    Suivant

L’AMUF dénonce une « dérive grave » : le remplacement des SMUR par des infirmiers. L’un d’eux lui répond.

L’association des médecins urgentistes de France (AMUF), présidée par le Dr Patrick Pelloux, a diffusé le communiqué suivant le 21 janvier.

L’AMUF alerte la population française sur une dérive grave de la prise en charge des urgences  extra– hospitalières, avec à la clé une perte de chances pour les victimes : des véhicules rapides armés par des infirmiers travaillant sur protocole vont remplacer les SMUR, véhicules de réanimation avec médecins spécialisés.

Les Véhicules Légers Infirmiers (V.L.I.) du service de santé et de secours des pompiers se multiplient sur le territoire et les lignes de gardes de médecins d’intervention SMUR ou de régulation sont fermées jour après jour. Le système français des SAMU, Centres 15 et SMUR que la moitié des pays développés ont mis en œuvre, est devenu trop cher pour nos décideurs, qui tentent depuis 5 ans d’explorer les modèles américain, suédois, israélien qui fonctionnent avec des « Paramedics » : Super ambulanciers ou infirmiers.

Les V.L.I. sont ainsi déployés par les pompiers sur des territoires surmédicalisés, basées au plus près des SMUR, comme  sur la Côte d’Azur, laboratoire d’expériences à grande échelle à l’insu des usagers.

L’AMUF dénonce l’hypocrisie des autorités de santé  et du comité d’experts  qui valide  les protocoles  de ces V.L.I., en cachant la vérité aux médecins urgentistes et aux usagers.
Parmi ces experts, outre les représentants des pompiers, nous retrouvons les organisateurs du Congrès Urgences qui tiennent à leur public un tout autre discours.

L’AMUF a donc pris la décision de ne valider aucun protocole infirmier, jusqu’à ce que :

  • un moratoire concerté sur l’arrêt des fermetures des SMUR et des lignes de gardes de régulation médicale dans les Centres 15 soit validé,
  • le référentiel commun redevienne la règle des modalités d’implantation des VLI sur les territoires (zones où le maillage SMUR existant est insuffisant pour assurer la prise en charge dans un délai acceptable d’une détresse vitale)

James, rédacteur d’Infirmiers.com et auteur d’un article sur les « paramedics » (N’est pas Paramedic-al qui veut …), ne partage pas ce point de vue :

Comme il est difficile de s'en prendre à ses pairs ou à sa tutelle, l'Association des médecins urgentistes de France n'a pas trouvé mieux que de tenter de sauver sa peau en essayant de raser son environnement.
Alors que médecins et infirmiers sont proches tous les jours dans les services hospitaliers, pour l’Association, ils seraient rivaux dans l'urgence préhospitalière !
Les infirmiers sapeurs pompiers seraient la source de tous les maux : ainsi, ayant les bras suffisamment longs pour aller jusqu'à guider les ARS dans leurs choix de fermer les SAMU, ils s’en prendraient à leurs collègues médecins.

L’AMUF a une façon bien particulière de se mettre en avant, de faire parler d’elle, alors que tous les jours, partout en France, infirmiers et médecins travaillent de concert, en bonne intelligence et complémentarité. Il faut d’ailleurs rappeler que les services de santé d’urgence sont encadrés par des médecins : tout ce qui est fait est validé par ceux du corps des sapeurs pompiers et souvent par ceux du SAMU. Personne n’imagine que des infirmiers (de 3,5 à 4, 5 ans d’études) fasse le même travail qu’un médecin (11 ans d’études) ; ça ne les empêche pas de travailler ensemble !

Mais pour l’AMUF, c’est aussi une bonne façon de tacler les confrères, la déontologie empêchant souvent de les critiquer ouvertement. Sans compter qu’il est plus facile à une association d’exprimer des critiques virulentes qu’à une organisation publique devant légitimement justifier ses prises de position, prises au nom de la population qu’elle représente. Quant aux ARS, décideurs de l'avenir des SAMU en France, ils sont de manière « politiquement correcte » épargnés.

La population Française, comme les infirmiers de Sapeurs Pompiers, a besoin de ses SAMU et SMUR. Quelle chance de vivre dans un pays où de jour comme de nuit, 365 jours par an, on peut compter sur un médecin disponible, par téléphone ou à nos côtés.  
J'espère qu'ils seront là le jour de mon infarctus ! L’Académie de médecine l’a souligné dans un rapport récent sur le secourisme, où elle se prononçait contre les positions avancées aujourd’hui par l’AMUF. Et on peut être certain que les communes de France sont sensibles à cette problématique (voir l’article publié dans la Gazette des communes)

Les infirmiers (sapeurs pompiers) ne peuvent être tenus responsables de la fermeture des SMUR, de la baisse du nombre de médecin en France, de la désertification médicale de certaines régions, de l’explosion du corporatisme exacerbé de certains, de la méconnaissance du métier de l’autre et du manque de communications entre les services.

Depuis la parution de ce communiqué, les infirmiers sapeurs pompiers ont reçu de nombreux soutiens de leurs collègues médecins urgentistes arguant de nombreuses expériences communes et complémentaires dans un esprit toujours identique : celui de la meilleure prise en charge du patient. Soutenue par les principaux syndicats pompiers, l'ANISP (Association nationale des infirmiers de sapeurs pompiers), l'association la plus active dans le domaine, a répondu à l'AMUF dans un courrier très argumenté.

Alors que tous savent que la solution est dans la complémentarité (comme les salles communes de réception de gestion de l'alerte le montrent bien), quelle leçon de maturité donne l’AMUF en préférant agresser gratuitement plutôt que de discuter ? À moins qu’il soit inutile de discuter avec des infirmiers si puissants que même les ARS doivent les écouter… Et pourtant, les infirmiers pompiers au travers de leur fédération, de leurs directions départementales ou de leur association nationale seraient ravis de présenter leurs missions et leur intégration au sein de l’organisation départementale de l’aide médicale urgente à tous les médias, les médecins, urgentistes ou non, les partenaires et usagers qui le souhaitent. Sans attaque et en toute complémentarité, en raison du fait qu’ils connaissent, eux, leurs places, et c’est bien ce qui importe.

Creative Commons License
Rédacteur Infirmiers.com
james.iacino@izeos.com

Retour au sommaire du dossier Sapeurs pompiers

Publicité

Commentaires (9)

jeanvion

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#9

Validation protocoles

Ca tombe plutôt bien que l'AMUF ne valide aucun protocole, car... Ils n'ont pas ce pouvoir de validation!!!lol

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#8

J'avais oublié les réactions ...

Réponses à l'Association des Médecins Urgentistes de France


Réponse de l'Association Nationale des Infirmiers de Sapeurs Pompiers :

http://bit.ly/fMzfTi

Réponse du Syndicat National des Sapeurs Pompiers Pro :

http://bit.ly/gtVEVf

Réponse d'Avenir et Secours :

http://bit.ly/eU6gLr

Réponse de la Société Européenne de Médecine de Sapeurs Pompiers :

http://bit.ly/f4CNv3

Bonne lecture

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#7

Certaine réaction font froid dans le dos ...

DIPRI,

dans ton intervention il y a beaucoup de mépris, de l'incompréhension (Sapeurs Pompiers / Infirmier de Sapeur Pompier / Médecin de Sapeurs Pompiers) mais surtout de la méconnaissance des différents acteur de l'Aide Médicale Urgente qu'il serait bon de travailler pour le bien des personnes que tu prends en charge.

Haegen,

merci de donner cet exemple que seul des infirmiers et des doc réfléchi peuvent comprendre, et oui des protocole "crise d'asthme" ne peuvent pas être appliqué par un infirmier sauf si on se prend pour un petit Doc car on ne peut pas poser une diagnostique médical.

Mais par contre si on connait ses limites, nous pouvons constater un signes clinique comme la dyspnée expiratoire aigue et la traiter en regard de conférence de consensus international

Haegen

Avatar de l'utilisateur

17 commentaires

#6

protocoles infirmiers de soins d'urgences

je suis triste de voir que certains IDE se joignent à Pelloux pour nous tirer dessus. J'espérais autant de retenu que Pelloux vis à vis de ces confrères ou de l'institution. bref....

précisions, sur les protocoles. On se moque de l'aval de l'AMUF (qui en plus ne compte aucun IDE dans ses instances) on s'assoit dessus même.
en plus, c'est renversant de voir des hospitaliers nous donnait de leçons sur la rédaction de protocole alors qu'on trouve de nombreux protocoles "crise d'asthme" inapplicables au contraire des PISU "dyspnée expiratoire aigue" employé par de nombreux ISP

Hugoo

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Attention

Je me permets de laissez un commentaire:

Dipri, comme le dis notre amis James, on parle des ISP, pas des Sapeurs Pompiers, alors je pense qu'il n'est pas nécessaire de (re)commencer une gueguerre blanc-rouge...

De toute façon, quoi que l'on fasse, les smurs vont disparaître sur le long terme, et faut le repeter, un medecin en prés hospitalier et un luxe en France, sachant qu'il en manque cruellement dans certains secteurs...
Aprés, c'est sur que c'est "mieux" peut-être pour le patient d'avoir un toubib qui sort de bac+10...

Mais bon , mais bon...

jamesiacino

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#4

libre expression

bien sur, la liberté c'est la libre expression
merci de nous en faire profiter
mais c'est infirmier de sapeurs pompiers, infirmier ...

dipri

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

pompier =cela péte

moi je dis pompier restez à votre place la santé vous n'y connaissez rien
chacun son boulot
cela fait 20 ans que je fais du smur alors la prise en charge pompier j'ai déjà vu
le masque laryngé abandonner car vous ne savez rien faire
chacun son job

jamesiacino

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#2

Merci

Merci pour tout les commentaires positifs envoyés sur les différents forums sociaux.
Vous avez raison, il n'y a aucun intérêt à promouvoir ces fausses idées de l'existence d'un quelconque conflit.
Je ne mérites aucun des remerciements reçus. Nous travaillons tous dans le même sens et dans un esprit de collaboration inter professionnelle constructive pour le patient que nous serons certainement un jour.
J'espère juste que cette évolution ira aux travers d'un accompagnement et non de défaite de qui que ce soit.

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#1

No comment ...

Les reponses de l'ANISP et des SNSPP se passent de plus de commentaires.
Tous les 6 mois l'AMUF s'en prend aux ISP... Pour nous, on commence a etre habitué.