CADRE

Le CEFIEC a 70 ans et des projets d'avenir à défendre

par .

Pour ses 70 ans d’existence, le CEFIEC a mis les petits plats dans les grands pour ses 74èmes Journées d’étude. Les Trophées CEFIEC ont été d’un excellent niveau, les anciens Présidents de l’association avaient été conviés et la première journée s’est terminée de manière festive.

cefiec 2019 trophées

Les Trophées du CEFIEC : le moment fort des Journées d'étude annuelles

Le Comité d’Entente des Formations Infirmière et cadre (CEFIEC) a 70 ans. Cet événement a été célébré ce 4 juin 2019 à l’occasion des 74èmes Journées d’études de cette association. C’est avec émotion que la Présidente Martine Sommelette a ouvert ces journées, rappelant que, depuis sa création en 1949, le CEFIEC a œuvré pour la défense des instituts de formation en Santé et pour l’innovation dans les supports de formation, les pratiques et pour la reconnaissance des compétences des infirmiers et des cadres de santé. La journée a été notamment marquée par la projection d’un court métrage produit par le CEFIEC "Passion infirmière" dans lequel étaient interviewés des infirmiers, aides-soignants et cadres dans leur environnement professionnel. Ces témoignages ont mis en valeur la diversité des missions qui leur sont confiées, la passion qui les anime dans les actions menées au quotidien, sans pour cela cacher les moments de tension, de fatigue ou de doutes auxquels ils sont soumis parfois.

Des Trophées CEFIEC de haut niveau

Comme à chaque session, les trophées CEFIEC ont constitué un moment phare de ces journées d’étude. Dans la catégorie aide-soignant, c’est Arnaud Godart qui a été primé pour son travail sur la relation aide-soignant-patient. Il a traité le cas où, en face d’un patient amputé, il a, selon lui, adopté une posture inappropriée lors de sa prise en charge alors qu’il ignorait que ce malade venait d’être amputé, ce dernier ayant une attitude maussade, voire agressive.

Le Trophée infirmier est, quant à lui, revenu à Julie Aupias pour son travail visant à magnifier l’autonomie d’un patient dépendant psychique. Elle a montré comment l’action infirmière peut lui apporter les clés pour qu’il puisse recouvrer un savoir-être et des dispositions de vie autonome.

L’universitarisation consacrée pour le Trophée IFCS

Enfin, le Trophée IFCS a été attribué à Arnaud Dewaller qui a rédigé un mémoire sur l’évolution des prérogatives des cadres formateurs dans un environnement d’universitarisation. Il traite, dans ce travail, des dynamiques identitaires qui apparaissent dans ce contexte ainsi que des changements qui se font jour dans leurs pratiques professionnelles. S’il en conclut que l’universitarisation est une formidable opportunité pour leur faire connaître de nouveaux horizons, il note que cette situation devra générer en eux de l’introspection et, en même temps, qu’ils doivent se projeter, comme tous les acteurs concernés, afin de faire vivre cette universitarisation.

Pour la fin de journée, le bureau du CEFIEC avait annoncé une surprise pour marquer les 70 ans. Elle fut de taille puisque les anciens Présidents de l’association ont tous, sur site ou par personne interposée, pris la parole et évoqué des anecdotes sur l’Histoire du CEFIEC ; une Histoire qui continue et continuera de s'écrire.

Bruno Benque
Rédacteur en chef www.cadredesante.com
bruno.benque@cadredesante.com
@bbenk34

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

590 commentaires

#2

mais

pourquoi systématiquement un T à trophée ?
La majusculite ne sert à rien