CADRE

Les équipes de nuit en pyjama, repère pour les résidents ?

A l’établissement médico-social (EMS) des Jardins du Léman, à Rolle, en Suisse, Jean-Luc Tuma, le directeur des soins, n’est pas à court d’idées. Lorsqu’il s’est vu confier la responsabilité de l’établissement, une structure qui accueille 51 personnes sur deux sites, une antenne psychiatrie âge avancé et un secteur géronto-gériatrie, le comportement des résidents lui a suggéré d’essayer des choses. L’une de ses récentes idées ? Il a proposé aux équipes de nuit de revêtir des pyjamas pour recréer des repères afin que les résidents distinguent plus facilement le jour de la nuit. Entretien.

Résident EHPAD sénior

"Si l’on arrivait à indiquer aux personnes qu’il y a un temps de jour et un temps de nuit, alors les repères seraient de nouveau bien identifiables", selon Jean-Luc Tuma.

Toutes les fonctionnalités de nos résidents qui sont encore intactes doivent être transcendées. Tout ce qui n’est pas altéré est justement tout ce que l’on veut développer. C’est ce qui nous semble le plus important pour la qualité de (sur)vie de la personne. C’est ainsi que Jean-Luc Tuma résume les valeurs essentielles que porte son établissement. Et le directeur des soins n’a pas tardé à mettre ces préceptes en application. De l’observation des résidents qu'il encourage, plusieurs pistes de réflexion ont émergé, dont celle-ci : les personnes qui souffrent de démence ont besoin de repères. Il faut donc, notamment, récréer une activité de jour et une activité de nuit bien distinctes. Dans certains cas, l’horloge biologique se trouve complètement perturbée, explique Jean-Luc Tuma. Comment, à partir de là, arriver à recréer des repères bien identifiables ? C’est tout le défi. C’est alors que nous avons eu l’idée de faire porter un pyjama aux équipes de nuit. Idée saugrenue au premier abord, mais le pyjama pourrait pourtant servir de repère si les équipes de nuit acceptaient de le revêtir. Si l’on arrivait à indiquer aux personnes qu’il y a un temps de jour et un temps de nuit, alors les repères seraient de nouveau bien identifiables, assure Jean-Luc Tuma. Comment ré-enseigner cela, telle est bien la question. Si l’on vous dit : c’est l’heure d’aller vous coucher, ça ne fonctionne pas. Comment, dès lors, induire cette prise de conscience ? Avec les équipes, on a alors entamé une réflexion autour de l’uniforme, qui a quelque chose d’incitatif. Quand on roule un peu vite et qu’on voit un uniforme, on ralentit instinctivement. Quand un homme entre dans une assemblée habillé d’un costume, notre premier réflexe est de se dire qu’il s’agit certainement de quelqu’un d’important. On partage tous des repères acquis. L’uniforme représente probablement une autorité. Quant au pyjama, il renvoie au cocooning, à un instant relaxant… On a donc travaillé ce type de représentations. Il ressort de nos recherches que tout le monde sait ce qu’est un pyjama.

Un pyjama, oui, mais quel pyjama ?

L’idée en est encore au stade de la réflexion au sein de l’établissement helvète, mais elle a fait son chemin. Reste toutefois un détail à régler : quel type de pyjama serait le plus approprié ? Nos résidents, qui sont âgés, ont plutôt connu la chemise de nuit, que ce soit pour les hommes ou pour les femmes… La question est donc de trouver le meilleur compromis pour réussir à la fois à provoquer cette image de l’uniforme et donc de recréer des...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)