CADRE

Former les futurs infirmiers : une expertise en danger ?

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Précédent Suivant

En France, la formation initiale qui conduit au métier infirmier a développé une qualité d’accompagnement à la professionnalisation. L’universitarisation de cette formation offre une avancée sociale pour les étudiants. Cependant, une question demeure : dans ce contexte comment l’expertise des formateurs va-t-elle garantir les compétences des futurs professionnels infirmiers ? Neuf formateurs infirmiers de l’IFSI de l’Ecole Rockefeller ont décidé de mener une réflexion sur ce sujet.

Former les futurs infirmiers : une expertise en danger ?

Les algorithmes préserveront-ils la diversité de nos promotions (parcours scolaires, reconversion, évolution professionnelle) qui fait la richesse de la formation et de la profession ?

Derrière les effets d’annonce politique des questions demeurent : par l’entrée de la formation infirmière dans l’Université, les étudiants en soins infirmiers pourront bénéficier pleinement des droits universitaires . Ils attendent un accès simplifié et unifié aux études paramédicales, une diminution des coûts de formation ainsi qu’un soutien financier et social. Ils semblent être favorables au développement de la filière Licence-Master-Doctorat (LMD) sciences infirmières, à la promotion de la pratique avancée et à la recherche infirmière au sein d’une Université en Santé repensée et refondée.

Le CEFIEC et l’Ordre Infirmier sont favorables à la réingénierie des référentiels de formation et du développement de la filière infirmière LMD dont les grandes lignes sont présentées dans le rapport Le Bouler de 2018 Universitarisation des professions paramédicales et de maïeutique. Dans ce processus d’universitarisation, le rapport Le Bouler formule des préconisations dont nous interrogeons les conséquences pédagogiques et professionnalisantes.

Les compétences des formateurs infirmiers : quelles reconnaissances ?Alors que ce rapport met en avant la plus-value de l’expertise pédagogique des formateurs d’IFSI, leurs missions dans ce dispositif ne sont cependant pas clairement définies. Le futur pédagogue universitaire est tour à tour enseignant-chercheur, mono ou bi-appartenant, opérateur de formation, membre d’un futur corps professoral. L’incapacité à nommer la fonction de cadre formateur témoigne-t-elle de la difficulté...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

jber

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Grande loterie

Quel place pour les bac pro dans l'entrée en Ifsi .
La supression du concours et surtout d'un oral est une ineptie .
Garantie de mauvais choix en terme de stratégie dommageable aux étudiants et aux futurs IDE

binoute1

Avatar de l'utilisateur

567 commentaires

#1

!!

" L’abandon de l’entretien de sélection ne permettra plus aux formateurs, par leur double identité professionnelle, infirmière et pédagogue, d’évaluer le potentiel cognitif et psychologique des candidats ainsi que leurs motivations."

Mais bien sûr....