CADRE

Journées AFDS : des discours résolument optimistes

par .

Par son discours inaugural des 14èmes Journées d’étude de l’AFDS, le Président Stéphane Michaud a survolé l’ensemble des sujets de satisfaction, ou de préoccupation, du Directeur de soins moderne. Parcours de santé, GHT, démocratie sanitaire, collaboration avec les tutelles ou risques psycho-sociaux ont été tour à tour abordés. Mais les effectifs de DS sont encore insuffisants sur le terrain et l’AFDS cherche des solutions. Quant à Marisol Touraine, elle s'est exprimée sur le rôle et l'importance des directeurs de soins alors même que la profession peine à trouver des candidats.

Marisol Touraine Stéphane Michaud

Crédit AFDS - L'entente cordiale entre Stéphane Michaud, président de l'(AFDS, et Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé ? On attendra les prolongements sur le terrain...

Les 14èmes Journées nationales d’études des Directeurs de soins ont montré montrent combien ces professionnels de Santé sont attachés à leur métier, mais aussi leur volonté de pérenniser les missions qui sont les leurs en les faisant évoluer au gré des réformes.

Une assistance fournie aux Journées d’étude 2016

Ce fut notamment un des thèmes abordés par Stéphane Michaud, Président de l’Association Française des Directeurs de Soins (AFDS), en ouverture de ces Journées au matin du 27 septembre 2016 à Joué-les-Tours. Saluant en préambule la forte assistance à cet événement, signe de mobilisation et de convictions selon lui, il a rappelé avec un brin d’émotion ses origines tourangelles et son attachement à son premier lieu d’exercice, le CHU de Tours. Il a ajouté que pour l’élaboration du programme, le Comité d’organisation avait choisi de rester dans le droit fil de l’actualité : démocratie sanitaire, confiance, valeurs, éthique managériale et réforme.

Le DS, acteur incontournable pour piloter les parcours de santé

Mais très vite, il a traité d’un sujet qui lui tient à cœur, celui relatif au Décret consacré aux Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) et à l’élaboration du Projet médical partagé, du Projet de soins partagé ou de la Commission de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques de groupement. Il a ainsi regretté d’avoir eu à se battre, avec quelques autres, pour faire revenir les DS dans la partie alors qu’à la lecture de la première proposition du projet de décret, les directeurs des soins –et donc l’ensemble des professionnels paramédicaux- étaient absents. Aujourd’hui, le Directeur des soins, coordonnateur général, Président de la CSIRMT de territoire, a une place reconnue par le législateur dans le cadre du projet de soins partagé. Et Stéphane Michaud de préciser que le DS est l’acteur incontournable pour piloter et mettre en œuvre les parcours patients. Il a ainsi martelé : Le directeur des soins de territoire doit être le directeur des soins des parcours territoriaux, président de la Commission de Soins de territoire, garant de la mise en œuvre du projet de soins partagé.

"La démocratie sanitaire n’est pas seulement les droits du patient"

Il a néanmoins appelé de ses vœux la réunion des projets médical et paramédical en co-responsabilité et la reconnaissance du triumvirat Directeur Général/Président de Commission Médicale d’Etablissement/Président de Commission des Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico Techniques comme support de a coordination de la prise en charge des patients, bien que celui-ci existe dans quelques expérimentations locales. Quant à l’usager de soins, il le place non plus au centre, mais tout à côté de l’équipe soignante, précisant que l’AFDS participe à un groupe de travail de l’Institut Pour la Démocratie Sanitaire, ce terme, pour lui, ne signifiant pas seulement le seul respect des droits des patients. Il a affirmé solennellement que l’usager sera demain, le catalyseur qui favorisera la mise en œuvre des projets de santé de territoire en qualité de co-partenaires.

Les risques psycho-sociaux : une priorité pour l’AFDS

Il est revenu ensuite sur la collaboration effective de l’AFDS avec les organismes de tutelle sur les projets de réforme, avec notamment une réunion à la DGOS sur le suivi de la mise en œuvre des GHT ou sa participation active à la Grande Conférence de Santé. Rappelant que L’AFDS représente plus de la moitié des Directeurs des Soins en activité quel que soit leur lieu d’exercice il a réaffirmé la pertinence de sa présence aux côtés des pouvoirs publics dans les contributions aux débats nationaux, auditions diverses ou participations à plusieurs groupes de réflexions pilotés par vos services Madame la Directrice Générale de la DGOS. Mais il regrette l’absence des DS exerçant au sein des instituts de formation dans l’élaboration de la convention constitutive relative aux GHT.

Stéphane Michaud s’est également exprimé, c’était la moindre des choses, sur les événements dramatiques de ces derniers mois qui ont touché de trop nombreux soignants. Ne fuyant pas ses responsabilités, ni celles de ses collègues, il a affirmé que le Directeur de Soins, responsable des professionnels paramédicaux, valide les organisations de travail et répartit des ressources en soins au niveau de l’établissement et que, tous, ils restent, au sein de – leurs - établissements, vigilants aux conditions de travail des soignants et de l’encadrement. En collaboration avec tous les acteurs, y compris les partenaires sociaux, la prise en compte des risques psycho-sociaux est une priorité.

Démographie des DS : des actions et un axe de réflexion

Il a ensuite abordé l’épineux problème de la baisse des effectifs globale des DS, tant en établissements sanitaires qu’en instituts de formation. Il a ainsi annoncé que l’année 2016 avait été marquée par la signature d’une convention de partenariat entre l’AFDS et l’EHESP, dans un souci de promotion de la fonction de Directeur des soins, qui institue notamment la représentation des élèves EHESP au sein du conseil d’administration de l’AFDS et leur participations aux Journées d’étude. Mais il a tenu à rassurer l’assistance sur la part prépondérante prise par le DS au sein de l’organisation hospitalière, par une écoute réelle quant aux problématiques, par un dialogue actif et par la définition d’une véritable politique. Il a également réaffirmé le rôle des Cadres Supérieurs de Santé (CSS), et des Cadres de Santé (CS) pour porter une stratégie au service des usagers. Reste un point laissé sous silence par le Président de l’AFDS, surement parce qu’il n’a pas été envisagé : la possibilité de promouvoir les CSS faisant fonction de DS depuis plusieurs années par VAE, comme cela est possible sur le champ de tous les autres métiers paramédicaux. Ce serait peut-être un moyen de ramener les effectifs de DS à leur juste mesure et de valoriser les solides compétences de ces professionnels méritants.

Ouverture, détermination et solidarité

Stéphane Michaud a, pour finir, réitéré son souhait de voir les grilles indiciaires des DS s’aligner sur celles des Directeurs d’hôpitaux. Même si notre association n’a pas vocation à négocier avec les pouvoirs publics, a-t-il souligné, l’existence d’une association professionnelle forte de plus de la moitié des directeurs de soins en activité, permet de rendre lisibles et visibles nos missions et contribue à participer aux débats.

Ouverture, détermination et solidarité ont résonné à la fin de son discours, le discours d’un Président confiant, mais pas naïf et vigilant afin de promouvoir notre métier à sa juste valeur. Quant à la Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, dans un discours fortement orienté « hôpital public », elle a prononcé un discours très attendu par l’assistance. Les directeurs de soins ont, semble-t-il, été rassurés par la teneur de ce discours, qui devra néanmoins être suivi d’effets concrets, alors que la gouvernance des GHT est en train de se mettre en place au niveau territorial.

Bruno Benque Rédacteur en chef www.cadredesante.com bruno.benque@cadredesante.com

Publicité

Commentaires (1)

DJAMA

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Les dernières promesses

Au revoir Madame La Ministre,cela arrive un peu tard!