MODES D'EXERCICE

Le Conseil international des infirmières cherche son nouveau dirigeant

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Depuis le départ de David Benton, Pierre Théraulaz, ancien directeur des soins du centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), assure provisoirement la direction du Conseil international des infirmières (CII). Toutefois, ce dernier reste à la recherche d'un ou d'une professionnelle capable de reprendre le poste au long cours. Un processus de recrutement a été lancé et s'achèvera le 30 septembre 2015.

entretien directrice

Le Conseil international des infirmières recherche un directeur ou une directrice générale.

La plus importante et la plus influente des organisations internationales de professionnels de la santé. C'est ainsi que se définit le Conseil international des infirmières (CII). Fondé en 1899, il rassemble 134 associations nationales et représente plus de 16 millions d'infirmières à l'échelle mondiale. Pourtant, cette fédération, première à avoir été reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les années 1950, se retrouve sans directeur depuis le départ du Docteur David Benton, nommé à la tête du National Council of State Boards of Nursing aux Etats-Unis.  

Le CII œuvre pour des politiques de santé durables et un accès égalitaire aux systèmes de soins partout dans le monde.

Pierre Théraulaz, directeur par intérim

En attendant de trouver son ou sa nouvelle directrice, le Conseil international des infirmières a choisi Pierre Théraulaz pour assurer la direction. En poste depuis le 1er août dernier,  cet ancien membre du conseil d'administration du CII a cédé son siège le temps d'assurer ses nouvelles fonctions. Habitué au rôle de dirigeant, Pierre Théraulaz préside l'Association suisse des infirmières (ASI) depuis 2002. Mais en septembre, il confiera la présidence à Helena Zaugg.

Pour l'heure, l'ancien infirmier de 56 ans travaille déjà sur plusieurs dossiers. D'après 24heures.ch, le CII collabore actuellement avec l'OMS sur une étude destinée à déterminer les besoins en ressources humaines sur le plan mondial dans le domaine de la santé. Notre rapport doit être rendu pour mai 2016 et il nous revient de donner les impulsions au niveau de nos associations membres, qui elles-mêmes sont en contact avec leurs gouvernements respectifs. Dans un second temps, le CII s'associe à l'ONU afin de rééquilibrer les ressources attribuées aux systèmes de soins. Toutefois, malgré ces dossiers en cours, et pour le moins sérieux, le Conseil internationale des infirmières entend trouver une ou un dirigeant(e) pour prendre sa direction au long cours.

Il nous revient de donner les impulsions au niveau de nos associations membres, qui elles-mêmes sont en contact avec leurs gouvernements respectifs.

Un appel à candidature lancé jusqu'au 30 septembre

Géré par des infirmières pour des infirmières, le CII a pour objectif de garantir des soins infirmiers de qualité pour tous. Mais pas uniquement, puisqu'il s'efforce de valoriser la profession infirmière aux yeux des politiques et institutions. Pour Pierre Théraulaz, négliger les soins infirmiers en ayant une approche « médico-centrée », c’est tout réduire au traitement de la maladie, et ce en occultant le « savoir vivre en bonne santé » et l’aide apportée aux malades pour passer des caps souvent difficiles. Or ce travail crucial, c’est le rôle des infirmières.

Le futur dirigeant devra également gérer, en collaboration avec la présidente du CII, Judith Shamian, et le conseil administratif, la pénurie mondiale qui touche actuellement la profession infirmière. A titre d’exemple, le Niger et ses 17 millions d’habitants compte 2 500 infirmières, soit 1 pour 6 800 habitants, contre environ 90 000 pour 8 millions d’habitants en Suisse, soit 1 pour 90), illustre Pierre Théraulaz. Et d'ajouter : En Suisse, nos infirmières viennent à 50% de l’étranger, pour l’essentiel des pays voisins et un peu de Belgique et du Québec. Nos voisins doivent souvent recruter plus loin, dont en Afrique, qui perd ainsi encore des personnes compétentes. Autant de défis que devra donc relever le nouveau dirigeant du CII qui espère trouver une personne sensible aux complexités des actions à mener au niveau international. Le candidat sera également chargé de promouvoir les politiques du CII en agissant comme un chef de file international dans le domaine des soins infirmiers et des soins de santé. Pour l'heure, jusqu'au 30 septembre 2015, le Conseil international des infirmières examine les candidatures correspondant au profil recherché. A bon entendeur.

Le Niger et ses 17 millions d’habitants compte 2 500 infirmières, soit 1 pour 6 800 habitants.

Creative Commons License

Journaliste Infirmiers.comgwenaelle.hight@infirmiers.com@gwenhight

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)