MODES D'EXERCICE

Flo & Yo - Maëva, infirmière "globe-flotteuse"

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Fidèles à leur promesse de partager leur aventure « Care Conception Through the World » avec la communauté d'Infirmiers.com, Flo et Yo nous proposent de rencontrer Maëva, une autre « nurse-trotteuse » ou plutot une « globe-flotteuse » au travers d'une interview.

« Aujourd’hui, nous partons à la découverte du monde avec Maëva. Elle se qualifie joliment d’infirmière « globe-flotteuse ». Elle a accepté de répondre à nos questions et de partager avec nous sa vision des choses et ses expériences et nous invite au voyage et à la découverte des cultures qui nous entourent…

Maëva, une autre « nurse-trotteuse » au travers d'une interview. Flo & Yo - Salut Maëva, peux-tu te présenter ?

Maëva - Salut, je m’appelle Maëva, j’ai 30 ans, infirmière depuis 5 ans et maman célibataire d’une petite fille de 4 ans.

Flo & Yo - Quel est ton parcours ?

Maëva - Après avoir obtenu un Bac S, je m’oriente (ou plutôt je m’égare) dans une fac de bio pendant deux ans sans idée précise, mais toujours chatouillée par une envie de voyager. Je profite de ces années d’errance pour faire des petits boulots notamment au sein de l’infirmerie du campus universitaire pour une campagne de prévention contre la mal bouffe. Je découvre alors le milieu médical et cela me plaît. Je tiens enfin le métier qui pourra me permettre de voyager.

Durant mes études d’infirmière à la Croix Rouge de Nice, j’allie mon goût de l’ailleurs avec ce métier en faisant un stage à l’étranger, et j’affine mon orientation professionnelle. En effet, je découvre un réel intérêt à étudier la psychiatrie.

Mon diplôme en poche, j’ai donc intégré une équipe soignante dans un service de psychiatrie de l’adolescent. J’ai vraiment aimé travaillé dans ce service. Mais au bout de deux ans, les restrictions de personnels et les conditions de travail ne permettaient plus d’effectuer des prises en charges de qualité. Certaines décisions médico-administratives ne correspondaient plus à mon éthique professionnelle. Je suis donc partie pour travailler dans un CSAPA (centre de soin, d’accompagnement et de prévention en addictologie) où  j’ai travaillé avec une équipe géniale.

Malheureusement, les systèmes sanitaire et social (comme beaucoup d’autres) en France sont régis par les restrictions budgétaires, et chaque initiative s’en trouve désapprouvée, amputée ou avortée. Me sentant un peu à l’étroit dans mon boulot, je renoue avec le projet de voyager.

Nous partons, ma fille, son père et moi, vivre sur un bateau, dans le but d’aller où bon nous semble afin de… vivre autre chose. Mission accomplie !

Maëva, infirmière "globe-flotteuse"

Flo & Yo - Il me semble que tu as fait un stage au Vietnam pendant tes études, peux-tu nous en parler ?

Maëva - Je n’avais pour ainsi dire jamais quitté l’Europe, ce fut une expérience fantastique !
D’abord, il y a eu toute l’excitation autour de la préparation de ce stage d’un mois. L’IFSI, plutôt farouche en premier lieu, s’est montré assez enthousiaste une fois les formalités administratives bouclées. En effet cela relève du parcours du combattant et en a découragé plus d’un, j’ai d’ailleurs été la seule de ma promotion à mener ce projet jusqu’au bout.

Je suis partie avec une association rattachée à la Croix Rouge (ce qui à facilité les démarches), j’étais hébergée dans un orphelinat avec d’autres stagiaires. Nous nous rendions tous les matins à l’hôpital accompagnés par deux interprètes de choc (oui parce qu’il faut le savoir: il faut à peu près quatre vies pour apprendre le vietnamien). L’après-midi, nous retournions à l’orphelinat et avions du temps pour nous, chacun vaquait à ses occupations. Pour ma part, j’ai eu un plaisir immense à passer du temps avec les enfants, à apprendre d’eux, leur vie, leur culture, leurs jeux… Et j’ai découvert un grand intérêt pour la photo.

Ce rythme a duré 3 semaines, la dernière semaine étant consacré à… du tourisme pur ! (je peux le dire, il y a prescription maintenant non ?)


Flo & Yo - Quelle était ta mission/rôle ? Qu’as-tu appris là bas ?

Maëva - A l’hôpital, on arpentait les services (médecine, urgences, maternité, médecine traditionnelle…) comme observateur d’abord, mais très vite on faisait partie du personnel soignant. La difficulté était de ne pas pouvoir prendre le patient dans sa globalité, nous n’avions pas accès aux dossiers (problème de la langue) et devions faire entièrement confiance aux soignants présents et aux interprètes. En fait notre pratique se résumait à effectuer des actes… et des actes… et des actes. Et bien souvent, il fallait faire vite, très vite pour répondre à l’affluence. Il fallait faire avec des protocoles que nous ne comprenions pas toujours. Remettre en question nos apprentissages, accepter de désapprendre et réapprendre différemment. Il était finalement bien plus facile de réaliser des soins dans un service totalement inconnu comme la « médecine traditionnelle », acupuncture, digitopuncture, phytothérapie…

Nous observions les gestes et nous reproduisions. C’était bien plus délicat lorsqu’il s’agissait de maternité, notamment en injectant une antibiothérapie systématique à chaque nouveau né, sans savoir ce qu’il y avait dans la seringue, ni qui l’avait préparée…Ou bien en médecine lorsqu’il y avait des patients qui auraient nécessité (en France) de soins dans la plus grande asepsie, soignés sur du papier journal…

« Il fallait faire avec des protocoles que nous ne comprenions pas toujours. Remettre en question nos apprentissages, accepter de désapprendre et réapprendre différemment. »J’ai appris une chose primordiale lorsqu’on veut soigner à l’étranger, c’est qu’il existe deux réalités du soin: le soin selon le principe de précaution qui tend à limiter les risques potentiels par des techniques de pointes, une grande rigueur sur l’asepsie, une rigueur administrative, un...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)