MODES D'EXERCICE

Portrait d'ailleurs - La pratique du rôle élargi au sein de communautés inuites

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Les infirmières travaillant auprès des populations autochtones dans les régions éloignées du Canada, en l'occurrence ici les Inuits, ont un rôle « élargi » qui les autorise à pratiquer bien des actes... Julie Benoît est l'une d'entre elles et elle partage avec nous cette expérience, comme elle l'a déjà fait une première fois en nous présentant son travail dans la région du Nunavik situé à l'extrême nord du Québec.

julie benoit canada« Tiens, il y a eu une panne de courant vers minuit et des rafales de vent à plus de 100 km/h qui ont secouée ma maison durant de longues heures toute la nuit durant. Plus d’électricité au dispensaire, et la génératrice qui ne semble plus fonctionner…Mon Dieu, notre frigo à vaccins La température n’est pas montée à plus de 5-6 C… ». Voici un extrait de nos conversations entre collègues au dispensaire où je travaille, dans le grand nord canadien, où nous exerçons toutes et tous « en rôle élargi ». En avez-vous déjà entendu parler?

Comment et pourquoi y-a-t-il des infirmiers pratiquant le « rôle élargi »?

C’est une pratique très particulière aux régions éloignées, ici au Canada. Historiquement, ces régions ne disposaient que de très peu de ressources médicales et les infirmiers y ont eu longtemps une place prépondérante, couvrant à la fois les besoins de la population allant de la maternité, au suivi infantile en passant par les urgences se produisant dans les villages…

  • Archives Canada
  • Archives Canada

Ces premiers infirmiers ou plutôt infirmières, pionnières de la médecine de la « débrouille » dans des régions où les conditions climatiques ne permettaient parfois pas l’évacuation des patients avant plusieurs jours, ont donnés naissance au « rôle élargi », reconnu désormais par l’OIIQ (Ordre des Infirmières et Infirmiers du Québec)1.On peut citer Elsie Mc Kinnon, une infirmière partie avec son mari médecin sur l’île de Baffin, en...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

gwenn.iwenn

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#2

informations complémentaires

Pour ceux et celles intéressés par cette pratique, plusieurs précisions:
Si vous êtes français et n'avez travaillé qu'en France (jamais en mission humanitaire par exemple, ou en Amérique du Nord) je vous suggère très fortement de venir travailler en "ville" au Canada tout d'abord. Une à 2 années minimum d’expériences aux urgences principalement (mais la pédiatrie ou les soins intensifs peuvent être un atout non négligeable. Partir travailler directement dans le Nord canadien sans n'avoir jamais travaillé selon les méthodes nord-américaines, avec les appellations employées ici, en anglais,etc... Va vous exposer à une montagne de difficulté dans une milieu déjà difficile. Il vaut mieux être bien équipé avant de partir. Les recrutements pour les régions éloignées se font de Montréal et également d'autres villes au sud du Québec. Les régions éloignées existant aussi dans les autres provinces canadiennes, je ne peux pas parler de leur recrutement que je ne connais pas, mais j'imagine que les critères sont sensiblement les même.Les critères de sélection sont rigoureux. Vous serez évalué sur votre niveau d'anglais lu et parlé, vos connaissances théoriques et techniques, votre expérience de travail, votre sens de la débrouille, vos habiletés à vivre en communauté restreinte ainsi que vos habilités à vous fondre facilement dans un groupe et sympathiser avec vos collègues. Vous devez également bien gérer votre stress en situation d'urgence et aimer la santé communautaire (l'essentiel de la pratique), être à l'aise avec les nourrissons, les enfants,etc... Voilà.
Je reste disponible pour répondre à vos questions, mais je vous conseille de suivre ces quelques conseils et améliorer vos faiblesses si parmi les éléments cités ci-dessus, vous en avez avec lesquels vous n'êtes pas à l'aise...

gwenn.iwenn

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#1

correctif sur les bruits du coeur

B1 vient de la fermeture des valves auriculo-ventriculaires ( surtout la mitrale) et B2 de la fermeture des valves semi-lunaires (aortique et pulmonaire). Désolée pour l'erreur.
Julie Benoît