MODES D'EXERCICE

Sécurité des patients, climat, vaccinations : les engagements du CII pour 2018

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Le Conseil International des Infirmières (CII), qui fédère 130 associations nationales de la profession, représente et exprime la voix de plus de 20 millions de personnels infirmiers dans le monde entier. L’instance a pour ambition de peser sur les politiques sanitaires, sociales et économiques aux niveaux national, régional et mondial, en partageant des preuves scientifiques et des pratiques optimales, en engageant des partenariats pour « faire avancer la profession infirmière » et en impulsant ou en soutenant des politiques. On fait le point sur les grands chantiers actuels, qui constituent ses priorités.

Sécurité des patients, climat, vaccinations : les engagements du CII pour 2018

Le changement climatique constitue à lui seul la plus grande menace pour le développement mondial et la lutte contre ses effets fait partie des priorités du CII.

La sécurité des patients et la santé de la main-d’œuvre infirmière sont les deux faces d’une même pièce, souligne le CII par la voix d’Howard Catton, directeur des politiques des soins infirmiers et de santé au CII. Sur ce point, crucial, le CII a adopté une position claire, appelant à des investissements dans les soins infirmiers et à ce que les infirmières diplômées ne soient pas remplacées par d’autres catégories de personnel. De nombreux arguments justifient pleinement cette préoccupation du CII : les effectifs d’infirmières insuffisants ou inadéquats augmentent le risque de soins compromis, d’événements indésirables au détriment des patients, de résultats cliniques moins bons, de décès de patients hospitalisés et d’expérience négative des patients au contact des soins. Quelques chiffres à l’appui : La recherche montre que la présence d’une infirmière diplômée supplémentaire pour dix lits est associée à une baisse du nombre des décès trente jours après un AVC de 11 % à 28 %. Les données disponibles montrent aussi que les hôpitaux qui emploient une plus grande proportion d’infirmières titulaires d’un bachelor obtiennent de meilleurs résultats pour les patients et enregistrent des taux de mortalité moins élevés. Autre point qui devrait malheureusement parler aux infirmiers : le CII souligne qu’une dotation insuffisante (de professionnels) risque d’entraîner moins de satisfaction au travail, davantage de stress, l’épuisement du personnel, plus de départs et l’augmentation du taux de rotation parmi le personnel. Plusieurs études ont montré que cette situation avait des répercussions très importantes en termes de ressources, souligne le Conseil International des Infirmières, qui propose une liste de mesures à adopter, parmi lesquelles : s’abstenir de créer des rôles de remplacement pour les infirmières diplôméescréer et appliquer des systèmes de dotation en personnel infirmier basés sur des données recueillies en temps réel au sujet des patients ou encore sensibiliser le public à l’impact d’une dotation sûre en personnel infirmier sur les patients, les familles et les communautés.

La présence d’une infirmière diplômée supplémentaire pour 10 lits est associée à une baisse du nombre des décès trente jours après un AVC de 11 % à 28 %

Les effets délétères du climat…

C’est aussi l’une des préoccupations du CII et un engagement : le climat. Afin de renforcer le leadership infirmier contre les effets sanitaires du changement climatique, Le Conseil annonce sur son site avoir adopté une nouvelle prise de position intitulée infirmières, le changement climatique et la santé, par laquelle il appelle les gouvernements, les responsables des systèmes de santé, les associations nationales d’infirmières et les infirmières chefs de file à agir immédiatement pour atténuer le changement climatique et aider les individus et les communautés du monde entier à s’adapter à ses répercussions. On mesure l’enjeu à travers ces quelques lignes : le changement climatique constitue à lui seul la plus grande menace pour le développement mondial ; il risque de compromettre les gains obtenus en matière de santé publique depuis cinquante ans. Les effets indésirables résultent de l’impact sur les déterminants sociaux de la santé les plus fondamentaux : l’alimentation, l’eau, l’air et un environnement sûr qui nous protège des événements météorologiques extrêmes. Or, en matière de climat, le CII prévoit le pire : la santé est déjà affectée et on s’attend à ce que les effets s’aggravent en même temps que la variabilité et les changements dans le climat.

Pour atténuer les effets délétères du changement climatique, le CII recommande aux gouvernements, aux responsables des systèmes de santé, aux associations nationales d’infirmières et aux infirmières chefs de file de prendre les mesures : concevoir des modèles de soins réduisant les déplacements inutiles ; élaborer des programmes de santé contre les maladies émergentes et transmissibles qui tiennent compte du climat ; adopter des pratiques durables dans le secteur de santé ; renforcer la capacité de réaction de la main-d’œuvre en santé ; lancer des recherches sur la santé et le climat et participer aux ripostes intersectorielles en matière de politique et de gouvernance.

Le site internet du CII fait peau neuve

Le Conseil international des infirmières s'est doté d'un nouveau site web, a-t-il annoncé.
L’idée : permettre à tous de mieux comprendre la qualité des soins infirmiers, l’adoption de politiques de santé robustes à l’échelle mondiale, les progrès dans les connaissances infirmières, l’existence d’une profession infirmière respectée et d’une main d’œuvre infirmière compétente et satisfaite. Le nouveau site fera également le point sur son travail en matière de politique de soins infirmiers ou sur l’organisation de congrès et autres manifestations. Pour rappel, le prochain congrès du CII se tiendra à Singapour du 27 juin au 1er juillet 2019.
[Fin de l'encadré]

Les infirmières assument une responsabilité partagée de soutenir et de protéger l’environnement naturel contre l’épuisement, la pollution, la dégradation et la destruction

A l’orée de 2020

Parmi les priorités stratégiques mondiales identifiées par le CII, on trouve aussi, notamment, le vieillissement de la population auquel il va falloir faire face, l'enjeu de la couverture vaccinale, la santé mentale ou encore la résistance aux antimicrobiens. Des priorités sanitaires sur lesquelles le Conseil met l'accent, au niveau mondial, sur la période 2017-2020. Autant de dossiers prioritaires sur lesquels tout le monde devrait s’accorder mais qui ne devront pas rester de simples vœux pieux…

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)