MODES D'EXERCICE

Une infirmière française en chine… Témoignage

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Bonjour, je suis infirmière DE depuis 2000, j'ai travaillée en France, en Suisse, puis j'ai suivi depuis un an mon conjoint expatrié en Chine.

Paysage chine templeApres une session de formation à l'université, je parle un chinois de base, rien d'exceptionnel. Pour le parler couramment il me faudrait effectuer 2 ans minimum à l'université, entre la nouveauté de lire des caractères (à connaitre par cœur puisqu'il n'y a pas de langage écrit ici avec des lettres "a, b, c"), de savoir les écrire, puis de pratiquer oralement, 6 mois d'université c'est vraiment peu.

Dans un mois je continue des cours mais en privé où je me concentrerais sur la lecture et la pratique orale.

Quand à travailler, en tant qu'infirmière ici, cela m'est impossible. Mon anglais est basique, mon chinois aussi, nous sommes dans une ville moyenne (quand même 5 Millions d'habitants, mais c'est la Chine, surpeuplée à souhait), et les Chinois n'embauchent que des gens sur qualifiés, parlant anglais ou chinois.

Une expérience chez le dentiste m'a remis les idées au clair, je ne comprenais absolument rien ou peu, les gens parlent ici le « patois » de ma ville, et non pas le Mandarin, la langue officielle Chinoise que j'étudie. Heureusement par signe, je me débrouille toujours.

Malheureusement pour moi, j'habite une ville où cette langue, le Mandarin, est peu pratiquée. En Chine, ils ont recensé plus de 80 langues différentes !!! Les gens sortant très peu de leur ville au cours de leur vie, les accents différents suivant les villes, et la compréhension est difficile voir impossible puisque même les Chinois entre eux ne se comprennent pas.

Si je me retrouve dans une grande ville comme Shanghai ou Pékin, j'ai l'impression enfin de comprendre correctement les habitants, mais dès que je retourne dans ma ville, aih aih aih...

N'avez vous jamais entendu les anglais critiquer le mâchage de mots des Australiens ??? (Je n'ai rien contre les Anglais ou les Australiens, je cite juste un exemple clair...).

Ici le nombre de travailleurs ne manquent pas, (peu de retraites payés et encore moins d'allocations chômage ou santé, donc les gens travaillent tard en âge), et a minimum 60 euros par mois...un ouvrier gagne 150 euro..., tandis que le niveau de vie de base augmente.

Les personnes âgées sont à la charge des enfants dont ils gardent l'enfant (1 enfant par couple depuis 1979, pour faire diminuer le nombre de chinois, 1.7 milliards), donc pas de garde d'enfants, ni de personnes âgées a domicile. Les chinois adorent la France mais apprennent en premier l'anglais, donc je ne donne que peu ou pas de cours de Français...

Alors pour l'instant j'ai mis ma profession de coté, ainsi que tout autre travail d'ailleurs et je me concentre sur l'étude des langues.

Bref, j'ai mis mon métier de coté, attendant de progresser en Chinois et peut être espérer après 2 ans en Chine, réussir à effectuer un stage dans un hôpital en tant qu'observatrice... se serait déjà pas mal...

Voila un exemple, non pas de travail, mais un parcours d'une infirmière Français en Chine.

Marina.
http://www.marinaetdamienenchine.over-blog.com/

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)