IADE

Anesthésie-réanimation : ce que les infirmiers doivent retenir en 2015

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Comme chaque année, le congrès annuel de la Société Française d’Anesthésie-Réanimation (SFAR) avec ses journées dédiées aux paramédicaux (urgences, réanimation, anesthésie) a proposé des communications sur des recherches très intéressantes pour notre pratique quotidienne paramédicale. Elles auront sans aucun doute des influences sur les futurs recommandations professionnelles. Zoom sur quelques morceaux choisis !

Etude Clean : Privilégiez la Chlorhexidine alcoolique !

réanimation patient

Des communications qui visent à faire évoluer les pratiques des infirmiers des services d'urgence et de réanimation et  la profession infirmière dans son entier !

Comme vous l’avez peut être déjà lu ici, une grande étude française publiée dans la prestigieuse revue The Lancet a démontré la supériorité de la Chlorhexidine alcoolique à 0.5% par rapport aux povidone iodées à 5% (Bétadine®) dans la prévention des infections liées aux cathéters (et particulièrement les cathéters centraux) qui tuent chaque année environ 2500 personnes (en France) avec comme sources pathogènes majeures identifiées les points d’insertion et les raccords de cathéter. Pour rappel, les recommandations de la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) ont longtemps privilégiées une antisepsie cutanée réalisée de manière stérile en 5 temps (détersion, rinçage, séchage, désinfection, séchage) avec les povidones iodées type Bétadine® alcoolique. Face aux résultats très probants de cette étude, les recommandations devraient évoluer, et d’ailleurs, vous avez peut être déjà remarqués l’apparition ou l’omniprésence de la Chlorhexidine dans vos unités (voire, déjà,  dans vos protocoles de soins !).

Mais, alors, quels sont les résultats concrets de cette étude ? Voici les trois points clés :supériorité d’efficacité de la Chlorhexidine alcoolique face aux povidones iodées alcooliques ; absence d’efficacité/utilité de la détersion (et ce, quelque soit le produit utilisé) limitant ainsi les manipulations à deux temps : désinfection et séchage ; conséquence de ces deux résultats : moins d’infections, moins de décès,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)