IADE

Quand un service ne donne pas toutes ses chances au patient

    Suivant

C’est un fait, les Services de Santé et de Secours Médical (SSSM) sont un moteur très dynamique pour faire bouger les lignes dans le domaine du secours à personnes. Souvent, ils ont su adapter leur fonctionnement aux exigences contemporaines, en particulier avec l’installation progressive des infirmiers de sapeurs-pompiers (ISP). Mais chaque département peut avoir son mode de fonctionnement, allant parfois à l’encontre du bon sens.

Mise à jour du 4 juin 2018 - Le SNIA (syndicat national des infirmiers anesthésites) se félicite du jugement du tribunal administratif de Strasbourg condamnant le SDIS 68 à annuler la sanction et à payer une amende l'infirmier anesthésiste, infirmier de sapeur-pompier volontaire - IADE ISPV - qui avait eu le malheur d’effectuer le bon geste au bon moment pour sauver une victime.

L’ISP, un véritable échelon intermédiaire

Un IADE a été sanctionné pour avoir prodigué des soins adaptés...

Les ISP interviennent à divers niveaux de la vie des services départementaux d’incendie et de secours. Leurs missions sont généralement déclinées sur quatre niveaux :le secours opérationnel. La partie la plus visible qui consiste à porter secours dans le cadre d’une activité de garde ou d’astreinte (dénommée Aide Médicale Urgente) ; le soutien sanitaire aux opérations, consistant à appuyer les sapeurs pompiers sur des opérations particulièrement longues,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (8)

Tttom

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#8

Sanctionné pour avoir bien fait.

On marche sur la tête.

Je vais pas arrêter de le faire si la vie du patient en dépend. Médecin ou pas. J'explique quoi à la famille? J'aurai pu mais le docteur il voulait pas!

Parce que lui dans son bureau il a peur que je le fasse mal!
Et qu'on lui pique son boulot.
C'est dommage pour votre parent.

Pour info un iade à sa sortie d'école c'est entre 1000 et 1500 intubations avec tout ce qui va autour. Les urgentistes c'est combien?
Au vu de mon expérience : pas assez!

Mais bon c'est bien connu les iades sont comme les flics ils font chier tout le monde SAUF quand on en a besoin!

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#7

Au fait...

Sinon et pour la petite histoire, lorsque les patients ont un coeur battant, mais un cerveau en coma dépassé, il sauvent aussi des vies...

Mais pas lorsque leurs poumons ont été inhondés avec le contenu gastrique.

Dop@mine

Avatar de l'utilisateur

61 commentaires

#6

5 Points

Il semble que mackoye n'ait pas lu l'article, puisque toutes les réponses aux questions qu'il se pose se trouvent dans le texte.

1. Effectivement un IAD seul n'a jamais sauvé un patient. pas plus qu'un médecin ou un secouriste. il s'agit d'une chaine qui a ici fonctionné parfaitement puisque ce sont d'abord les équipiers du VSAV qui ont initié les bons gestes. C'est précisé dans le texte.

2. Non, en cas d'urgence, on a pas le droit de faire ce qui semble adéquat. Il faut réunir des conditions qui sont explicitées dans le texte. Relisez. En l'occurrence, elles étaient réunies.

3. L'IOT reste le gold standard et même si on peut discuter de ses effets délétères elle est OBLIGATOIRE et non discutable dans le cadre de régurgitations. Même dans les études qui essaient de s'en passer. De plus, curiseusement les quelques maigres études qui voudraient démontrer que l'IOT peut être délétère ne parle pas de l'expérience et de la formation des opérateurs.

4. Dans les premières minutes d'un arrêt cardiaque l'arrivée d'un ISP, IADE ou pas, fait partie d'une prise en charge spécialisée. Il ne serait rien fait de plus ou de moins qu'avec un SMUR. Un particulier si c'est un IADE sur place d'ailleurs.

5. Jusqu'à preuve du contraire, les doctorants ont à peu près la même taille que les autres humains. Je ne vois pas très bien ce que cela vient faire dans la conversation.

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#5

Mini docteur

Le ton est donné .Mac coy aime bien les Iade et le fait savoir du haut de son ignorance qu'il nous expose gracieusement !

Donc ce qui sauve le patient, c'est de diminuer le no flow. Et donc masser et ventiler au masque ça augmente le no flow. Et ça fait perdre des chances au patient.

Ce qui augmente les chances du patient aussi c'est la protection des voies aériennes.

Deux raisons qui font que le gold standard dans l'arrêt cardiaque actuellement, c'est L'iot qui permet une protection des vas et de masser en asynchrone.

Geste parfaitement maîtrisé par les iade puisque c'est dans leur domaine de compétence et pas un geste appris sur un coin de table ou entre deux portes.

Quand tu sais pas Mac koy, tu demande. Y a bien un mini docteur qui consentira a t'expliquer ce que tu ignore.

andessy

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Politique

On a l'impression que l'IADE concerné est la victime de la politique du coin concernant l'éternelle guerre MAR/Urgentiste.

Mackoye, si tu lisais plus en détail l'article tu saurais que c'est pour sécuriser les voies aériennes que l'IADE a intubé le patient. Il est parfois plus facile d'intuber que de ventiler certaines personnes (et inversement) et ce d'autant plus qu'elles sont en train d'inhaler.
On ne parle pas d'un IADE fou qui intube pour intuber mais d'un type qui se fait pourrir pour avoir réalisé un acte habituel, validé par le régulateur, dans une situation qui le réclamait.

mackoye

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#3

derives et hypocrisie

Certes on peut arguer que l'IADE ait agit en vertu du l'article encadrant l'urgence.... mais dans ce cas a partir du moment ou l'on sait se servir d'un matériel ou d'un médicament, en cas d'urgence, on aurait le droit de faire ce qu'il nous semble adéquat?!
Et si le patient décède, désolé j'ai fait ce que j'ai cru bon...

Il me semble avoir entendu (de la part de médecin et d'IADE) que l'intubation n'a jamais sauvé personne et que bien ventiler (une technique que maitrise normalement particulièrement bien les IADE) et masser suffisent (si tant est qu'il y ait qqch à faire).
Un SMUR ou un ISP n'a jamais récupéré un ACR (avec des délais de 10- 15 voir 20 minutes)...Un témoin immédiat (qui ne sait pas intuber soit dit en passant) sauve beaucoup plus de personne et les secours spécialisés prennent le relais...

enfin à moins que les mini docteurs n'aient des textes qui disent autre chose...

bruno huet

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#2

Risque légal

Bonjour
Consternant que de sanctionner un infirmier qui n'a fait que son devoir, juste pour ne pas décrédibiliser un personnel médical de son institution.


On voit bien que l’argumentaire fourni démontre une méconnaissance du métier d'IADE.
L'intubation est un acte médical. Tout comme la pose d'une perfusion qui est un acte médical pouvant être transféré vers un professionnel autorisé. L'intubation est autorisée aux IADE sur prescription sauf cadre de l’extrême urgence.

L'article 4311-12 est un article correspondant à un décret de mission.
Tout comme les aides-soignantes et il en est de même pour les IADE, il faut regarder l'arrêté de formation pour connaitre les possibilités et capacités techniques des infirmiers anesthésistes.

La circulaire SUAP du 5 juin 2015 dispose que lors de la mise en place d'un PISU, le médecin régulateur du SAMU prescrit ensuite directement à l’ISP la poursuite, l’arrêt ou l’adaptation du PISU.[...]

Ce même PISU demande à ce que le régulateur soit rapidement contacté et à l’issue du contact " l’application des consignes du médecin régulateur"
Tous ces éléments ont été appliqués par l'IADE sanctionné.
La note de service n'autorisant pas les IADE à intuber est antérieur aux textes de 2015 et 2016 ce qui devrait de fait la rendre caduc.

Le syndicat des infirmiers anesthésistes avait déjà exprimé par une lecture juridique ce problème ( http://www.snia.net/actualiteacutes/un-iade-sapeur-pompier-peut-il-intuber-un-acr-sans-medecin )
J'invite l'IADE sanctionné à faire appel de cette décision devant la juridiction administrative qui ne devrait pas normalement confirmer la sanction.
Cordialement

waffi

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#1

hypocrisie d un systeme

Iade et isp, j ai intube une victime d acr hier pourtant sur protocole pré établi, avec récupération cardiaque. Le regulateur a estime que j aurai du lui demander son accord avant.
Malheureusement, certains médecins pèsent de tout leur poids afin de conserver le corps infirmier à leur botte. Nous sommes peu de chose par rapport à certain lobby qui a peur de voir sa place diminuer au profit d autre avec un intérêt vers les victimes largement secondaire