IBODE

La check-list au bloc opératoire adaptée à l'enfant

La Haute autorité de santé (HAS) vient de mettre en ligne sur son site internet une check-list au bloc opératoire adaptée aux spécificités de la chirurgie sur les enfants de moins de 6 ans.

ibode instrumentation bloc opératoire

Si certains événements indésirables relèvent de défaillances dans la réalisation de la check-list, beaucoup sont liés à l'absence d'items spécifiques à la chirurgie infantile.

La check-list au bloc opératoire a été adoptée en 2009 par la HAS et est devenue obligatoire pour la certification des établissements de santé en janvier 2010. Son but est d'éviter certains évènements indésirables.

Pour les interventions sur les enfants de moins de 6 ans, la vérification de certains éléments peut être source de danger, comme l'identité, l'opération prévue, le site opératoire. La HAS a donc ajouté cinq nouveaux points de vigilance dans la check-list :

  • associer les parents à la vérification de l'identité, de l'intervention et du site opératoire,
  • obtenir une autorisation d'opérer signée,
  • prévoir du matériel et des prescriptions adaptés au poids, à l'âge et à la taille de l'enfant,
  • prévenir l'hypothermie,
  • définir des seuils d'alerte en postopératoire.

Une analyse approfondie a été réalisée en octobre 2014 sur les 279 événements indésirables associés aux soins (EIAS) survenus à des chirurgiens pédiatres engagés dans la démarche d'accréditation des médecins et des équipes médicales, enregistrés dans la base de retour d'expérience de l'organisme agréé de chirurgie pédiatrique, l'OA Chirped.

Il est apparu que 157 de ces évènements étaient concernés par la mise en oeuvre de la check-list. Pour 58 d'entre eux, soit 37% des cas, la check-list s'était révélée inefficace, indique la HAS. Conformément à la littérature, la check-list a souvent manqué sa cible de sécurité pour les opérés de moins de 6 ans ou d'âge préverbal. En effet, si certains événements indésirables relèvent de défaillances dans la réalisation de la check-list, beaucoup sont liés à l'absence d'items spécifiques à la chirurgie infantile, ajoute-t-elle.

La Haute autorité rappelle que la check-list ne doit pas être remplie comme un formulaire administratif, vidé de son sens et sans la participation de tous les membres de l'équipe. Les professionnels de santé doivent se l'approprier, si nécessaire l'adapter, et la réaliser de manière concertée avant, pendant et après l'intervention chirurgicale.

Check-list sécurité du patient au bloc opératoire en chirurgie infantile

Publicité

Commentaires (0)