IBODE

Des IBODES gonflés à bloc !

par .

Cet article fait partie du dossier :

Salon infirmier

    Précédent Suivant

"Si je dois être opéré, pour ma sécurité, je veux un IBODE en salle d’opération". A l’occasion du Salon Infirmier, l’Union nationale des infirmiers de bloc opératoire diplômés d'Etat (UNAIBODE) interpelle à nouveau les autorités.

IBODE salon infirmier 2013 sécurité

Les infirmiers de bloc opératoire interpellent les pouvoirs publics sur la sécurité des patients

Cette année et ce depuis 1999, les infirmiers de bloc opératoires (IBODE) se mobilisent une fois de plus pour la profession, en participant au Salon Infirmier les 16, 17 et 18 octobre à Paris, Porte de Versailles. Une cinquantaine d’IBODE et d’élèves IBO venant de la France entière participent à ce rassemblement annuel pour présenter et valoriser leur métier. Une nouvelle fois, les IBODE ne manqueront pas de porter sans relâche la cause de la sécurité dans les blocs et donc des missions et de la formation des professionnels qui y exercent.

Une carte « patient » pour frapper les esprits

En France, on compte seulement 7.000 IBODE pour plus de 3.000 blocs opératoires. Ces IBODE sont des infirmiers diplômés qui ont suivi une formation supplémentaire de 18 mois (bientôt 24, si le gouvernement tient ses promesses en donnant l’équivalence d’un Master à ces formations) .

Pour pallier ce manque de personnel et à ce flou législatif, il arrive que dans un hôpital, à la place des IBODE, l’administration accepte que des IDE (infirmiers diplômés non spécialisés) voire, dans certains établissements, des aides-soignants remplacent les infirmiers spécialisés diplômés indispensables. Pour tenter d’interpeller une nouvelle fois les autorités, les IBODE distribueront sur le Salon une carte « Patient » - à l’image de la carte de donneur d’organe  - avec un message clair : « Si je dois être opéré, pour ma sécurité, je veux un IBODE en salle d’opération ». C’est de la sécurité du patient dont il s’agit ! Chaque année, on compte dix mille décès de patients indus à l’hôpital (chiffre HAS en 2009) : les blocs opératoires en ont sûrement un lourd pourcentage. La qualité des soins dans les blocs opératoires est en partie assurée grâce à la formation et à la qualification des IBODE.

  • IBODE lavage des mains
  • IBODE habillement

Un « Village Bloc » pour faire découvrir l'importance du métier d'IBODE

Les chiffres parlent d’eux-mêmes pour montrer l’implication et la volonté des IBODE à faire évoluer leur profession. En 2013, sur le Salon Infirmier, le « Village bloc » de l’UNAIBODE, c’est un stand de 350m2, environ 1500 visiteurs sur 3 jours. 1/3 d’entre eux participe à tous les ateliers et 45 à 50 personnes sont présentes,chaque jour, pour renseigner et animer les ateliers :

  • un circuit court avec de multiples ateliers : friction hydro alcoolique, atelier gantage, suture, instrumentation traditionnelle, matériel de coelio-chirurgie, atelier « homme bionique »... ;
  • un circuit long qui retrace toutes les étapes de l'entrée en bloc opératoire à l'intervention en salle : mise en tenue, lavage des mains, fricto hydro-alcoolique, gantage, habillage chirurgical, entrée en salle d'opération pour une explication par 3  IBODE des différents rôles des acteurs. Cette année, un chirurgien, un anesthésiste et deux IBIODE du CHU de Cochin (AP-HP) animeront le 17 octobre au matin une salle d'opération en réalisant une césarienne sur mannequin. 
  • IBODE salon infirmier gant
  • IBODE salon infirmier champ opératoire

Pour en savoir plus

Présidente UNAIBODE Brigitte LudwigL'Unaibode est l’association qui regroupe les associations d’infirmiers de bloc opératoire et défend la qualification des quelques 6.000 IBODE qui exercent en France dans le secteur public et le secteur privé. Sans eux, il ne peut y avoir de fonctionnement sécuritaire des blocs opératoires. La présidente de l'UNAIBODE est Brigitte Ludwig. En mai dernier, à l'issue des 30e Journées nationales d’étude et de perfectionnement de l’association, elle disait ceci : Si la voie vers la reconnaissance, l’autonomie et la promotion du métier Ibode est donc aujourd’hui bien engagée,  nous sommes déterminés et allons poursuivre le travail entamé, mais nous ne pouvons plus perdre de temps : les formations sont aujourd’hui en danger faute de lisibilité professionnelle, les infirmières hésitent à s’engager dans la formation, la qualité des soins en pâtit et la gestion des compétences se complexifie dans les blocs opératoires. Bref, autant d’arguments sur lesquels notre combativité associative devra une fois encore faire preuve de pugnacité.... Un combat toujours d'actualité ! 

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Salon infirmier

Publicité

Commentaires (2)

Chingachook628

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Flou juridique

Ce fameux flou artistique à bon dos ... Une ibode qualifiée coûte plus chère qu un ide d autant plus que dans les blocs ils font quasiment le même boulot après une période de formation " sur le tas " qui coûte rien à l établissement...
Le vrai motif est économique, on laisse ce flou législatif car il permet de faire des économies au dépend de la sécurité pour le patient. 1% de coûts de prise en charge des infections nosocomiales dans un budget revient moins cher que d augmenter la masse salariale pour qualifier son personnel
Par diluées je rejoins loulic sur le fait que la reconnaissance n'a s obtient pas en disant qu un jour on sera pas content ...

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#1

flou juridique ?

J'aime beaucoup cette expression surtout employée en France où TOUT est légiféré.


Il n'y a aucun flou juridique dans les blocs opératoires, juste des gens qui ne se battent pas pour leur profession.

N'importe quel IDE peut exercer le métier d'IBO dans n'importe quel bloc sans formation complémentaire, la législation est très claire sur ce point.


Maintenant j'aime bien les revendications molles et fluctuantes de l'UNAIBODE qui veut UN infirmier de bloc opératoire diplomé d'état en salle d'opération.

Mais qui il y a quelques mois encore reclamait une extension des compétences, sans reconnaissance salariale et qui ne reclame toujours pas l'exclusivité d'exercice.