IBODE

82% des Ibode subissent des tensions quotidiennes

Le Syndicat National des Infirmiers de Bloc Opératoire (Snibo) a dévoilé les résultats d’une enquête réalisée durant l’année 2018 auprès des Ibode. Menée sur un panel représentant 8,2% de la population Ibode, l’enquête a permis de dresser un état des lieux de la situation actuelle. Les conditions de travail, le management dans les blocs opératoires, le matériel mis à disposition ou encore la nécessité d’un recours à un service juridique figurent parmi les différents points abordés.

Les Ibode sondés sont à 82% des femmes pour 18% d’hommes. 74% d’entre eux ont d’ores et déjà bénéficié de la formation aux actes exclusifs. L’enquête révèle que 55% des infirmiers de bloc opératoire considèrent exercer dans de mauvaises conditions de travail et 58% d’entre eux sont stressés sur leur lieu d’exercice.

82% des Ibode subissent des tensions quotidiennes

Un Ibode sur deux ne dispose pas de matériel suffisant pour exercer en toute sécurité

Autres chiffres préoccupants, un Ibode sur deux ne dispose pas de matériel suffisant pour exercer en toute sécurité et 60% considèrent qu’ils travaillent en effectif insuffisant. 82% des interrogés subissent des tensions quotidiennes notamment à cause d’un problème de management dans les services (66%). L’enquête pointe aussi un manque de formation pour un Ibode sur deux et 82% des professionnels des blocs sont soumis à des cadences trop élevées.

Concernant les attentes des infirmiers de bloc opératoire, elles se caractérisent par une revalorisation salariale, la défense de leur profession avec une véritable reconnaissance du métier. L’attente est également forte pour que soit reconnue leur exclusivité de fonction. Pour 19% des professionnels des blocs opératoires, le recours à un soutien juridique aurait été sollicité dans le cadre de harcèlement, altercation, violence ou maltraitance. Enfin, 15,10 % des Ibode souhaitent changer de métier.

82% des professionnels des blocs sont soumis à des cadences trop élevées

Une nouvelle présidente à la tête du Snibo

Laurence Boulou, Ibode au CHU de Toulouse depuis 2008 a été élue présidente du Syndicat National des Infirmiers de Bloc Opératoire pour les trois années à venir. Les combats sont nombreux et la feuille de route proposée par la nouvelle présidente est ambitieuse mais à l'écoute des Ibode. Si l'objectif est de s'inscrire dans la continuité, une de ses convictions est également la volonté de porter le combat dans le respect des actes exclusifs Ibode, qui peinent à se mettre en place dans les blocs. L'objectif affiché est de faire appliquer de manière pleine et entière au sein des établissements l'exclusivité de fonction, indique le Snibo dans un communiqué. Laurence Boulou succède à Katia Barroy, première présidente de ce syndicat né en mai 2017 à la suite des grèves nationales infirmières.

Creative Commons License

Journaliste ines.kheireddine@infirmiers.com  @Ineskheireddine

Publicité

Commentaires (0)