IBODE

Métiers du bloc : un marché contraint sous tension

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

    Précédent Suivant

Restrictions budgétaires obligent, les établissements de santé ont réduit en 2014 leurs demandes en personnels intérimaires sur les métiers du bloc notamment. Reste qu’aujourd’hui ces profils, en particulier celui d’infirmier de bloc opératoire diplômé d’État (Ibode), sont toujours très recherchés, la priorité des établissements étant avant tout d’avoir des blocs opérationnels. Via le secteur du travail temporaire, diverses options d’emploi (intérim, CDD, CDI, vacations) sont possibles partout en France pour celles sans lesquelles les blocs opératoires ne pourraient pas fonctionner en toute sécurité.

ibode masque

À la fois contraint et sous tension, avec des disparités régionales ou intra régionales plus ou moins marquées, telle est aujourd'hui la situation du marché de l’emploi intérim pour les métiers du bloc.

Le marché de l’emploi des métiers du bloc est actuellement sous tension, les établissements de soins ayant de forts besoins en recrutements/remplacements sur ces professions, mais peu de candidats disponibles. Les postes dans les blocs opératoires sont pas mal pourvus. On arrive mieux à recruter. Mais il manque des Ibode dans les blocs (seulement 35 % aujourd’hui, le restant étant des infirmières avec expérience bloc) pour les faire fonctionner correctement » constate Brigitte Ludwig, la présidente de l’Union nationale des associations d’infirmières de bloc opératoire diplômées d’État (Unaibode). Une tension qui risque fort d’ailleurs de s’accentuer avec les nouveaux actes et activités relevant désormais de leur compétence exclusive (voir encadré). Car si celles-ci n’avaient pas jusqu’alors d’exclusivité d’exercice dans les blocs – à la différence des infirmiers anesthésistes diplômés d’État (Iade) – cela n’est donc désormais plus le cas s’agissant de ces nouveaux actes et activités qu’elles seules seront donc habilitées à réaliser sur prescription du chirurgien une fois la formation complémentaire obligatoire (49 heures) validée. Cette nouvelle réglementation vient légaliser une réalité de terrain et vise à sécuriser toujours davantage la prise en soins du patient au bloc opératoire indiquent l’Unaibode et l’Association des enseignants des écoles d’infirmiers de bloc opératoire (AEEIBO) dans un communiqué commun du 29 janvier dernier. Et de poursuivre : À l’horizon 2020, ce sont 9 245 Ibode à former et quelque 1 750 nouveaux Ibode qui viendront sécuriser les blocs opératoires.

Le salaire d'une Ibode oscille en intérim autour de 21 € (net)/heure. En CDD/CDI, la fourchette est large, de 2 200 à 4 700 € brut selon le diplôme d’Ibode ou non en poche et l’expérience professionnelle.

Un marché du travail contraint…En attendant, les institutions de soins font de plus en plus appel au secteur de l’intérim pour pallier aux absences et départs de personnels infirmiers de bloc, même si un fléchissement de la demande a été constaté l’an passé, dû surtout aux restrictions budgétaires avec lesquelles les établissements de santé doivent dorénavant composer. Ainsi dans le secteur public, ces derniers ont imposé aux personnels des blocs opératoires de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)