IDEL

Enquête sur le profil type de l'IDEL en PACA...

par .

L’Union Régionale des Professionnels de Santé Infirmière PACA, instance représentative des 16 000 infirmières et infirmiers libéraux de la région, a réalisé une enquête sur les conditions d’exercice des infirmiers libéraux en PACA afin de connaitre les conditions et le fonctionnement de leur exercice. A partir des informations recueillies, l’URPS s’est fixée comme objectif d’interpeller les pouvoirs publics sur la place et le rôle de l’IDEL dans le système de soins et proposer des projets aux institutions. A la lecture des résultats de cette étude, le "profil type" de l'IDEL ne manque pas de précisions.

infirmière libérale escaliers

9 heures de travail par jour en moyenne, dont 1h45 en déplacement... un bon rythme de travail pour les infirmiers libéraux...

Lucienne Claustres Bonnet, infirmière libérale, Présidente de l'URPS Infirmière PACA nous explique le pourquoi et la finalité de cette enquête réalisée de février à septembre 2017 par mailing et SMS auprès de 286 infirmiers libéraux. Nous avons reçu la demande d'Isabelle Bertaina, étudiante au CNAM d'Aix-en-Provence, en Master 2 "Gestion des Etablissements Médicaux, Sociaux et Médico-sociaux". Dans le cadre de sa recherche, elle travaillait en lien avec le "Fil Rouge Alzheimer", à Aubagne, sur la coordination des soins chez les personnes âgées dépendantes vivant à domicile. Elle souhaitait interroger les infirmiers libéraux exerçant sur le territoire d'Aubagne, La Ciotat ou les communes se trouvant à proximité. A la lecture de son questionnaire, nous n’avons pas trouvé une étude sur les conditions de travail des IDEL, d’où l’idée de modifier et de compléter sa recherche pour en faire une étude plus approfondie. Une seconde partie, concernant la prise en charge des personnes âgées dépendantes, est en cours de traitement.

La profession d’infirmière reste, même dans l’exercice libéral, encore fortement féminine (79 %). Les infirmiers répondants ont majoritairement entre 51 et 60 ans (43%) et entre 41 et 50 ans (32%)

Les caractéristiques d'un "profil type" d'IDEL

Patientèle et organisation de travail

L’infirmière "type" est de sexe féminin, travaille dans les Bouches-du-Rhône, en zone urbaine (54,5%). La zone rurale représente moins de 30 %. Elle a une file active d’une vingtaine de patients. Dans une journée de travail, les infirmiers passent en moyenne 81% du temps auprès des patients et 19% en trajet. Un patient peut représenter jusqu’à 4 visites par jour. Question rythme de travail, les IDEL travaillent par 2 (52%) ou par 3 (26%) sur une tournée de patients répartie en petite (2j)/grande semaine (5j). Le temps de travail moyen pour ce roulement est de 68h pour la semaine entière, presque exclusivement à domicile. Dans le détail : 9h par jour, dont 1h45 en déplacement... Quant aux tâches administratives, elles représentent quelques 6h par semaine. Continuité des soins oblige, l'infirmière libérale est joignable 24h/24. Les infirmiers reçoivent également des appels de patients entre 21h et 6h du matin à une fréquence de 2 à 12 fois par an (70% des répondants). Ces appels concernent principalement des perfusions, des décès ou des angoisses des patients et/ou des proches. 76% des infirmiers pensent que ces appels ne peuvent être évités. Enfin, concernant les périodes de vacances, la moitié des IDEL prend 3 et 4 semaines de congés annuels (55%) et un tiers prend seulement entre 10 et 15 jours par an (34%).

Les IDEL ont en moyenne 20 patients par jour. Un patient peut représenter jusqu'à 4 visites par jour

Travail en collaboration avec les autres professionnels

L'infirmière libérale collabore et assure la coordination avec les autres professionnels du domicile : médecin traitant et services d’aide à domicile. Elle collabore également avec le masseur kinésithérapeute, le pharmacien et le pédicure-podologue, particulièrement pour la prise en charge des personnes âgées. Les IDEL qui exercent dans les zones rurales pensent que les professionnels se connaissent bien à 67%. A l’inverse, 56% des IDEL exerçant dans les zones urbaines trouvent que les professionnels ne se connaissent pas bien entre eux. Si les IDEL collaborent avec les hôpitaux, les SSIAD et les réseaux, ainsi qu'avec les prestataires de service, ils travaillent peu avec l’HAD (Hospitalisation A Domicile) (15%) avec lesquels les relations restent quelque peu conflictuelles (détournement de patientèle, tarification imposée...). Quant aux CLIC (Centres Locaux d’Information et de Coordination), ils sont méconnus des IDEL et travaillent peu avec eux.

Les IDEL pensent ne pas bien connaître les autres professionnels de santé et considèrent que le rôle de chacun est bien défini

Quels outils pour la pratique ?

Seul moins d’1 % des infirmiers libéraux déclare ne pas utiliser de dossier de soins. Ils utilisent principalement un dossier de soins papier (94%) alors que la Stratégie Nationale de Santé 2018-2022 encourage le déploiement d’outils numériques. Ils doivent permettre aux professionnels de dégager du temps et ainsi améliorer la qualité du service au patient, la pertinence et la qualité des soins. L’utilisation de l’ordinateur est essentielle pour les infirmiers, 98% d’entre eux l’utilisent pour la gestion de leur exercice (notamment pour les télétransmissions et la gestion d’informations médicales). Question formation continue, 82% des IDEL interrogés déclarent avoir participé à un programme DPC au cours des 12 derniers mois. Les personnes n’ayant pas participé à un programme DPC au cours de l’année déclarent que les thèmes ne sont pas intéressants et/ou non adaptés aux besoins ou évoquent un manque de temps pour se former.

Globalement, les IDEL estiment que leur nombre est suffisant pour le territoire dans lequel ils interviennent (76%) et que le rôle de chacun des intervenants est bien défini (Oui à 61%). Les problèmes restent majoritairement liés à la transmission des informations : les professionnels n’ont pas
suffisamment de temps pour se coordonner (72%) et le retour d’information n’est pas bien organisé (66%). Les infirmiers interrogés jugent le dispositif "médecin traitant"  satisfaisant pour 64 % mais seuls 47% d'entre eux pensent que la coordination relève du rôle du médecin généraliste. Lorsque les IDEL effectuent la coordination des soins, ils collaborent avec le médecin traitant, les autres professionnels de santé, l’hôpital, les autres structures et le secteur médico-social. Cette coordination représente environ seulement 9% de leur temps de travail, considérant pourtant qu’elle ne relève pas du rôle du médecin traitant. Les IDEL manquent de temps pour se coordonner et ne sont pas rémunérés lorsqu’ils le font.

Les IDEL n’ont pas suffisamment de temps pour se coordonner (72%) et le retour d’information n’est pas bien organisé (66%)

Un constat... des réponses...

Lucienne Claustres Bonnet, infirmière libérale, Présidente de l'URPS Infirmière PACA, souligne qu'en tant qu’instance représentative des 16 000 IDEL de la région PACA, l’URPS entend répondre aux problématiques rencontrées au quotidien par les IDEL et notamment celle liée à la transmission des données et à la coordination. L’URPS élabore actuellement un outil de partage d’information et de coordination entre les professionnels. Cet outil permettra entre autres aux IDEL de s’intégrer pleinement au sein des Plateformes territoriales d'appui (PTA) et de faciliter les échanges entre professionnels du sanitaire et du médico-social. Concernant la permanence des soins et la disponibilité des IDEL à devoir répondre à des appels de nuit, Lucienne Claustres Bonnet explique que pour améliorer le travail des IDEL et garantir la sécurité des soins aux patients, l’URPS expérimente un projet d’astreinte de nuit. Il s’agit d’organiser des soins infirmiers de nuit à domicile afin d’apporter une réponse à des urgences. Les IDEL seront en mesure d’intervenir chez un patient la nuit et pourront agir en tout autonomie grâce aux protocoles de soins établis afin d’éviter des hospitalisations.

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (0)