IDEL

IDEL - « 60 idées pour améliorer la qualité des soins »

La Fédération nationale des infirmiers (FNI) a diffusé, à l'issue de son 60ème congrès, un document tiré de propositions de ses adhérents, intitulé "60 idées pour améliorer la qualité des soins", a-t-elle fait savoir le 9 décembre 2013 dans un communiqué.

FNI 60 idées pour améliorer la qualité des soins

La FNI diffuse "60 idées pour améliorer la qualité des soins"

Le congrès de ce syndicat d'infirmiers libéraux a eu lieu du 3 au 5 décembre 2013 à Paris. Le document de la FNI rassemble, sur 12 pages, des "idées, innovations, propositions recueillies par questionnaire auprès des 160 participants au congrès, infirmiers libéraux en exercice, pour améliorer la qualité et la sécurité des soins", résume le communiqué. Une partie d'entre elles font écho au livre blanc de la FNI de septembre 2012, note-t-on. C'est le cas par exemple de l'inscription dans la loi d'un concept d'"infirmière de famille" ou "infirmière traitante", du développement d'un suivi protocolisé des patients sous antivitamine K (AVK) par les infirmiers libéraux, ou encore de l'extension de leur champ de prescription et de vaccination.

Les propositions sont classées en 13 rubriques :

  • simplification administrative (facturation d'actes de soins réalisés par les remplaçants en cas d'arrêt maladie des infirmiers libéraux, intégration d'une aide à la prescription de soins infirmiers dans les logiciels des médecins...) ;
  • processus de soins (généralisation de deux séances de surveillance clinique infirmière par an chez tous les patients traités pour hypertension artérielle...) ;
  • outils collaboratifs (création d'une application sur téléphone permettant aux libéraux de premier recours de géolocaliser les lieux d'exercice des autres professionnels d'un secteur défini...) ;
  • sécurité et environnement de travail (points de collecte sécurisés des déchets d'activité de soins à risque infectieux -Dasri- disponibles gratuitement, distribution de boîtiers d'alertes pour les infirmiers intervenant dans des quartiers sensibles...) ;
  • responsabilités nouvelles (confier la mesure de l'indice de pression systolique -IPS- aux infirmiers libéraux, leur permettre de prescrire des lits médicalisés...) ;
  • dispositifs médicaux (possibilité dans certains cas de réaliser des associations de pansements remboursées, distribution d'un kit 'lavage de mains' aux patients...) ;
  • fluidité des parcours, simplification des liens hôpital-ville (rémunérer une visite de l'infirmier libéral à l'hôpital pour préparer la sortie du patient, mise en place dans les hôpitaux d'une cellule pour les relations avec les professionnels de ville...) ;
  • déplacement à domicile (code-barres identifiant le professionnel de santé libéral sur son pare-brise, incitation à l'achat de voitures électriques...) ;
  • installation (mise en place d'une obligation de validation d'un module de formation à l'exercice libéral, réduction d'impôts pour les infirmiers accueillant des stagiaires...) ;
  • régulation-accès aux soins (créer une "consultation infirmière d'urgence en ville" et associer les infirmiers libéraux à la permanence des soins...) ;
  • gestion du cabinet (mise en place de centrales d'achats) ;
  • structuration de la profession (création d'une société savante pour les infirmiers libéraux...) ;
  • bonnes pratiques (travailler sur un "référentiel qualité en libéral", par exemple).

L'édition 2013 du congrès de la FNI riche en paroles et en actes...

Philippe Tisserand et Marisol Touraine - Extraits de discours

Lors de son discours d'introduction, Philippe Tisserand, président de la FNI, a souligné que le parcours de santé est le véritable pilier de la Stratégie nationale de santé. Par l’introduction d’une médecine de parcours et la généralisation des parcours de soins, le gouvernement entend répondre à deux objectifs:  préparer notre système de santé à affronter le vieillissement de la population et la montée en puissance des maladies chroniques, et maintenir un financement solidaire. Jusqu’à présent, les infirmières libérales assuraient, sans qu’ils soient formalisés, la coordination et l’accompagnement des patients dans leur parcours en évitant les ruptures de soins, en assurant un dialogue avec l’hôpital, les autres professionnels de santé et le médico-social, en repérant les situations à risque, en demandant au médecin une adaptation du traitement ou de la prise en charge… Désormais, nous allons avoir deux niveaux de coordination, la coordination clinique de proximité qui réunit les acteurs de terrain du premier recours et la coordination territoriale d’appui qui constitue le point d’entrée dans l’univers social et médico-social. La formalisation de ces différents niveaux de coordination et de votre place dans ces niveaux est aujourd’hui notre enjeu central. Encore aujourd’hui, les compétences infirmières sont mal connues, mal exploitées. Les infirmières libérales, pivot de l’accès aux soins et de la coordination, doivent trouver leur juste place au sein de ces parcours, parce que l’expression pleine et entière de leurs compétences constitue une réponse aux besoins de coordination, de fluidité et d’accompagnement.

De son côté, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui n'était pas présente au congrès mais qui était représentée par François Godineau, a tenu à rassurer les infirmiers libéraux concernant leurs craintes sur la stratégie nationale de santé. Elle a ainsi affirmé qu' il n'y aura aucune hiérarchie entre les professionnels libéraux de santé et estime que même si souvent, ce sont les médecins qui initient le travail en équipes, c'est aux infirmiers libéraux qu’il revient parfois de créer une dynamique dans un territoire, qui aboutit à la création d’une équipe de professionnels de soins formalisée, ou non, dans le cadre d’une maison de santé. La question de la création du métier infirmier de pratique avancée ou infirmier clinicien a également été évoquée par la ministre qui a pris connaissance des différentes propositions qui ont été faites. Toutefois, pour l'heure, rien de concret à ce sujet...

La FNI interroge la profession sur le parcours de soins

A l’occasion de son 60ème congrès, la FNI a lancé deux sondages pour comprendre la perception des infirmiers libéraux sur le parcours de soin et mesurer les enjeux de cet engagement phare de la stratégie nationale de santé présentée le 29 septembre 2013 par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Les résultats croisés de ces enquêtes, distinctes mais complémentaires, apportent des enseignements porteurs :

  • les infirmiers libéraux cherchent leur place ;
  • une perception floue de la géométrie du parcours de soins… ;
  • mais une vision intégrée de la prise en charge ;
  • l’exercice libéral, un vivier fertile.

Les enjeux du parcours de soins pour la profession infirmière, mais aussi l’interprofessionnalité… et la révolution du premier recours appelée de ses vœux par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé :

  • proposer une définition concrète de ce que recouvre le concept de parcours de soins avec la difficulté que revêt l’existence de périmètres à géométrie variable ;
  • proposer des modes de pilotage de ces parcours ;
  • diffuser et faire partager des données qui restent techniques ou administratives ;
  • relier le théorique aux pratiques quotidiennes de l’ensemble des acteurs de la chaîne de soins ;
  • évaluer les efforts de formation professionnelle et interprofessionnelle et les moyens d’information nécessaires ; imaginer les mesures incitatives rémunérées ou non, susceptibles de donner corps au concept.

• Communiqué de presse du 12 décembre 2013 - « La Fédération nationale des infirmiers interroge la profession sur le parcours de soins » ; www.fni.fr

Rédaction Infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)