IDEL

IDEL : un revenu annuel de 51 150 euros en 2012

par .

Dans un récent rapport, la Cour des comptes relève que les revenus individuels des infirmiers libéraux s'élevaient à 51 150 euros nets en 2012.

infirmière libérale soin à domicile

En 2012, le revenu annuel net des infirmiers libéraux s'élevait à 51 150 euros

En 2012, les revenus individuels des infirmiers libéraux atteignaient 51 150 euros nets, selon le rapport « Les relations conventionnelles entre l’assurance maladie et les professions libérales de santé » publié par la Cour des comptes le 15 juillet 2014. En 2007, ce chiffre s'élevait à 44 635 euros et à 35 824 en 2002. Les données de la Caisse nationale de l'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) mettent en évidence un Taux de Croissance Annuel Moyen (TCAM) de 3,6 % en euros courants (1,9 % en euros constants -avec prise en compte de l'inflation-) sur dix ans. A titre de comparaison, les revenus annuels des masseurs-kinésithérapeutes ont connu une augmentation moindre et sont passés de 37 569 euros en 2002 à 42 273 euros en 2012, soit un TCAM de 1,2 % en euros courants (-0,5 % en euros constants).

Evolution du revenu net par tête des professions de santé

Ces chiffres sont toutefois à relativiser. En effet, la direction générale des finances publiques (DGFiP) a procédé à un traitement des données fiscales. Ainsi, selon la source, les informations diffèrent. La DGFiP détermine notamment que le revenu moyen des infirmiers libéraux s'élevait à 27 845 euros en 2000 pour atteindre 41 448 euros en 2011 (contre 50 270 euros selon les données de la CNAMPS).

revenu moyen des praticiens exreçant à titre individuel

Des infirmiers libéraux peu syndiqués ?

Dans son rapport, la Cour des Comptes note également que les infirmiers sont particulièrement peu syndiqués, puisque, parmi les quatre organisations représentatives, seule la fédération nationale des infirmiers (FNI) dépasse 1 % (1,09 %). De son côté, le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) souligne, dans un communiqué de presse daté du 23 juillet 2014, qu'il dépasse très largement le seuil des 1 % et compte plus de 4,2 % d'adhérents parmi la population infirmière libérale totale.

Des avancées ?

Le 23 juillet 2014, une étape sur la rémunération des professionnels de santé libéraux a été franchie. Le Sniil détaille, dans un communiqué de presse daté du 24 juillet, que ce point d’étape permet d’avancer de façon significative en reconnaissant la nécessité d’utiliser les deux outils juridiques prévus par la Loi pour mettre en oeuvre la coordination des équipes libérales : aussi bien l’ACIP (accord cadre interprofessionnel) que les ACI (accords conventionnels interprofessionnels). Par ce biais, c’est donc bien l’ensemble des professionnels de santé libéraux qui pourront voir leurs intérêts défendus au mieux.

De son côté, la Fédération nationale des infirmiers (FNI), dans un communiqué daté du 25 juillet, indique que la signature « sur un coin de table » de ce point d’étape marque en réalité la fin des négociations puisqu’il entérine avant même leur ouverture officielle le cahier des charges du ministère. Les médecins seront les donneurs d’ordre de la coordination des soins de proximité. Les auxiliaires médicaux seront ramenés à un rôle d’exécutants dévoués. L'Organisation Nationale des Syndicats d'Infirmiers Libéraux (ONSIL) fait le même constat, arguant dans son communiqué de presse que ce jeu de dupes n'a pour but que de redonner la main de manière définitive aux ARS et au Ministère qui seraient les seuls maîtres à bord pour négocier avec les professionnels de santé. Mais pas avec les syndicats nationaux : seulement avec des groupes locaux de professionnels. On imagine les pressions exercées localement. La mode étant aux MSP, les infirmières n'auront qu'une alternative : entrer dans une MSP ou déménager. Sans compter le côté excessivement dispendieux de ces structures dont le financement interdira toute revalorisation de nos actes. La place donnée aux infirmières libérales dans cette coordination n'est pas suffisamment visible pour obtenir l'aval de l'Onsil. La menace que représentent régionalement les ACI sont trop présentes pour que nous ne tirions pas le signal d'alarme.

De nouvelles séances de négociations sont d'ores et déjà programmées les 3, 10 et 17 septembre 2014. Rappelons que l'évolution des modes de rémunération des professionnels de santé libéraux travaillant en équipe s'inscrit dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé (SNS) dont l'un des objectifs est de passer d'une pratique de soins composée d'une succession d'actes ponctuels et indépendants à une prise en charge coordonnée du patient entre professionnels de santé comme l'a signalé Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE   Rédactrice Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (3)

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#3

(DES)INFORMATION(S)

Il n'y a pas de honte à bosser et à gagner sa vie. C'est le contraire qui devrait interpeler c'est à dire bosser et gagner une misère ou ne pas bosser et se faire des c......s en or !

Maintenant, on ne peut pas balancer des chiffres et au-delà des chiffres, des professionnels aux chiens...

Selon l'IGF, le revenu MEDIAN des IDEL est de 3536 € mensuel ce qui est loin de ce qui est rapporté dans cet article.

Je note aussi qu'aucun des revenus des professionnels jetés en patûre n'est donné pour un volume horaire défini...


http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/23/professions-reglementees-le-palmares-des-remunerations-record_4461594_823448.html?xtmc=profession_reglementee&xtcr=5

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

501 commentaires

#2

Et alors ?

Il y a vraiment une gêne dans notre pays quand on parle salaires, revenus, honoraires, émoluments, etc... C'est à croire qu'il est malhonnête de gagner de l'argent et surtout plus que l'autre.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

OUAH !!!!

A moins qu’il ne s’agisse d’une coquille ou d’une erreur journalistique ou d’un manque de professionnaliste dû à un défaut d’investigation et/ou une interprétation aussi rapide que légère,

Le lecteur comprendra qu’il ne s’agit ni d’un revenu brut, ni d’un revenu moyen ni d’un revenu médian mais d'un revenu NET !

TOUS les IDEL auraient donc un revenu NET annuel de 51150 € soit 4262 € mensuel c’est à dire une fois déduites toutes les charges obligatoires et facultatives mais hautement recommandées…

On peut donc comprendre la fuite des salariés vers le libéral comme la ruée des pionniers vers l’or au 19ème siècle ☺. Ainsi que tout le business qui gravite autour.

De même que certaines désillusions…