IDEL

Les infirmiers libéraux mobilisés dans le programme Icope de l’OMS

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Prévenir la dépendance par le maintien des capacités intrinsèques et aptitudes fonctionnelles, tel est le principe du récent programme Icope (Integrated Care for Older People) conçu par l’OMS. Initié dès ce printemps en Occitanie sous le nom d’Inspire Icope-Care, il devrait permettre, via l’appli Icope Monitor désormais disponible, de suivre 200 000 personnes âgées d’ici cinq ans sur ce territoire régional expérimentateur. Parmi les soignants exerçant dans les soins primaires, les infirmiers libéraux sont mobilisés dans les différentes étapes du programme, en particulier dans le dépistage, le suivi et l’évaluation gériatrique.

personnes âgées

Le principe d’Icope, c’est de vieillir en bonne santé, soit garder ses fonctions pour continuer à faire ce qui est important pour un senior, pour chacun d’entre nous.

Maintenir les capacités fonctionnelles1 et donc diminuer d’ici 2025 de 15 millions le nombre de personnes dépendantes dans le monde – près de 150 000 en France –, telle est l’ambition du programme Icope élaboré par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), rendu public fin 2019 et présenté lors de la session éponyme qui s’est déroulée à Toulouse le 10 mars dernier dans le cadre du 8e congrès francophone sur la fragilité du sujet âgé.

Le principe d’un vieillissement en santé

Le principe d’Icope, c’est de vieillir en bonne santé, soit garder ses fonctions pour continuer à faire ce qui est important pour un senior, pour chacun d’entre nous, a expliqué le Pr Bruno Vellas, coordonnateur du Gérontopôle à Toulouse et chef du département de médecine interne et de gériatrie au CHU de Toulouse. Et d’ajouter : L’idée est de commencer chez les seniors encore robustes pour plus d’efficacité et d'agir ainsi en amont, soit dès 60 ans. À noter toutefois : les infirmiers libéraux qui participent à l’expérimentation du programme Icope démarré fin mars en Occitanie ne seront rémunérés2 que pour le dépistage/suivi des capacités fonctionnelles et/ou l'évaluation gériatrique de patients âgés de 70 ans et plus, voire 60 ans s’ils souffrent d’une pathologie chronique.

Un programme en 5 étapes

En pratique, le programme Icope se décline en cinq étapes (steps). L’étape 1, soit le dépistage et monitoring, concerne six domaines principaux de la capacité intrinsèque (cognition, mobilité, nutrition, vision, audition et psychologie) et s’adresse à toutes les personnes robustes, pré-fragiles et fragiles, à partir de 60 ans. Elle peut être réalisée tous les 4 à 6 mois dans les soins primaires par des professionnels de santé (IDE, médecins, pharmaciens…) ou autres (aides à domicile, facteurs, aidants…) formés (pour l’heure par le Gérontopôle du CHU de Toulouse/cf. encadré) ainsi que par les premiers concernés, soit les personnes âgées elles-mêmes en s’appuyant sur les nouvelles technologies, entre autres sur l’appli Icope Monitor (cf. encadré) pour une surveillance à distance et à grande échelle. Si le dépistage se révèle normal (pas de domaine altéré), des conseils généraux sont prodigués pour bien vieillir ; un apprentissage de l’appli en autoévaluation est aussi proposé. S’il existe un déclin dans une capacité, une alerte est automatiquement générée par un algorithme et envoyée au centre de télésuivi Icope du Gérontopôle – et bientôt sur d’autres structures –. Une infirmière de l’Équipe régionale vieillissement et prévention de la dépendance (ERVPD) rappelle alors le patient pour confirmer ou infirmer la perte de fonction. Si tel est le cas, celle-ci contacte alors le médecin traitant du patient pour qu’il lui propose une évaluation gériatrique effectuée par ce dernier ou un Idel formé (step 2). Un plan de soins personnalisé est ensuite élaboré (step 3) en équipe pluridisciplinaire, avec des objectifs centrés sur la personne. Ce plan fait alors l’objet d’un suivi pour les cas simples, sinon d’un fléchage du parcours de soin pour les cas complexes en lien avec les spécialités de gériatrie (step 4). Enfin, la collectivité doit être impliquée chaque fois que possible, avec également un soutien des aidants (step 5).

L’appli Icope Monitor désormais disponible

Développée par le Gérontopôle du CHU de Toulouse, centre collaborateur de l’OMS sur la fragilité, en collaboration avec l’ARS Occitanie, l’appli mobile Icope Monitor vise à mesurer en quelques minutes seulement les capacités nécessaires à la prévention de la dépendance.  L’enjeu est de permettre au professionnel d’évaluer et de suivre l’évolution des fonctions, et de former le senior à s’autoévaluer dans le cadre de son suivi. Toutes les données saisies dans l’appli sont directement collectées dans une base de données sécurisée. Compte tenu du risque accru de déclin fonctionnel durant la période de confinement due à la crise sanitaire liée au Covid-19, le déploiement d’Icope Monitor a été accéléré et étendu au plan national. Ainsi, l’appli est depuis le 23 avril téléchargeable gratuitement (Google Play et Apple Store) pour les professionnels de santé sur smartphone ou tablette. Et elle sera aussi disponible en autoévaluation pour les seniors la première semaine de juin.

Source : communiqué du CHU de Toulouse, 6 mai 2020

Médecine numérique et participative

Dans l’ère du temps, la démarche Icope s’intègre ainsi dans le contexte d’une médecine numérique et participative en mettant l’accent sur l’autoévaluation et le self-management (suivi des capacités)… Son approche est un continuum, un pas à pas, avec des objectifs partagés avec le patient. À noter : La Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) a mis le programme Icope dans ses priorités, tout comme la MSA, la Carsat et les mutuelles a encore indiqué le Pr Vellas. Les résultats issus de ce programme de dépistage de la fragilité doivent donner lieu aÌ€ des réponses concrètes comme par exemple la prescription d’activités physiques adaptées aÌ€ la perte d’autonomie3.

Au 26 mai, près de 1 300 seniors ont déjà bénéficié du step 1 précise de son côté le Dr Neda Tavassoli, praticien hospitalier au sein de l’ERVPD du Gérontopôle, indiquant par ailleurs que les domaines fonctionnels les plus touchés sont la vision suivie de la cognition.

300 soignants déjà formés

Plus de 300 professionnels de santé (IDE et pharmaciens) ont déjà été formés au dispositif Icope, sachant que les quelque 160 Idel du protocole de coopération "fragilité" font partie de la première cible*. Les formations se poursuivent actuellement en webinar (séminaire en ligne d’environ 1h30). À noter le step 1 est rémunéré 15 € (10 € lorsqu’il est pratiqué par téléphone, ce que l’ARS Occitanie a autorisé compte tenu de la difficulté pour les Idel de se rendre au domicile des personnes âgées pendant le confinement). Quant à l'évaluation, celle-ci est rémunérée à hauteur de 40 €.

*Ils ont déjà été formés à la fragilité (40 heures). Opérationnel depuis 2014, le protocole de coopération "fragilité" est en cours d'évolution et vise à être simplifié au plan administratif.

Notes

  1. Cognition, mobilité, nutrition, vision, audition, psychologie
  2. Dans le cadre d'une convention signée avec l'ARS Occitanie.
  3. Voir stratégie "Grand âge et autonomie 2020-2022", axe 2, mesure 4

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)