IDEL

JNIL 2014 : Quid de la pratique avancée

par .

Cet article fait partie du dossier :

DPC

    Précédent Suivant

Les premières Journées Nationales des Infirmiers Libéraux (JNIL) qui se sont déroulées les 3 et 4 avril 2014 ont été l'occasion pour les IDEL de s'interroger sur les perspectives d'avenir de leur exercice lors d'une table-ronde. Zoom en mots et en images sur quelques moments forts du débat autour de la question de la pratique avancée…

Durant les premières Journées Nationales des Infirmiers Libéraux (JNIL), la table ronde du vendredi 3 avril 2014, animée par Olivier de Lagarde, journaliste, était notamment consacrée à la pratique avancée. Annick Touba, présidente du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil), Philippe Tisserand, président de la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) et Florence Ambrosino, infirmière libérale de terrain ont débattu sur la question. Michèle Lenoir-Salfati, sous-direction des ressources humaines du système de santé, représentait le ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Un participant, dans le cours du débat, aborde la question de la pratique avancée chez les infirmier(e)s, arguant l'expertise clinique et la compétence des professionnels qui ont notamment suivi un master et leur non reconnaissance en l'état. Il s'agit de Dominique Jakovenko, président de l'Association des Infirmiers Libéraux du Bassin Alésien (AILBA). Son intervention suscite un débat sur le plateau.

A retenir

  • Michèle Lenoir-Salfati :

    Une question se pose : la reconnaissance de l'expertise

    On a mis la charrue avant les bœufs. On a conçu de la formation avant de concevoir un exercice. Dans ce sens, ça ne peut pas fonctionner

    Fondons d'abord un exercice avant de démarrer par de la formation, et c'est ce que l'on compte faire

  • Philippe Tisserand :

    On est dans une forme de misère de position

    Il faut que le ministère des Affaires sociales et de la Santé lâche un peu la profession et que le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche fasse l'effort de reconnaître enfin les sciences infirmières comme une discipline universitaire à part entière.

  • Florence Ambrosino :

    En pratique avancée, on reste sur du soin direct au patient mais on est plus dans la transversalité

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE   Rédactrice Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier DPC

Publicité

Commentaires (0)