IDEL

Mlle Peggy en visite chez les « fous »...

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Mlle Peggy, infirmière libérale, partage régulièrement ses chroniques avec la communauté d'Infirmiers.com. Dans son billet du jour, elle relate l'histoire d'une famille pas comme les autres...

maison abandonnée

Leur maison semblait abandonnée...

Février 2010

Cela fait déjà trois mois que j’ai accepté de prendre en charge un couple peu ordinaire puisqu'il s’agit de la mère et de la fille. Évidemment, lorsque la famille m’a contactée à la fin de l’année dernière, elle a volontairement omis de préciser quelques détails concernant ces deux patientes. Je vais donc vous expliquer la situation...

Un matin la fille aînée de Mme Amsterdam me téléphone et me demande s’il est possible que je prenne en charge sa mère et sa sœur vivant ensemble pour gérer la bonne observance de leurs traitements respectifs et réaliser des pansements. Cette dame est plutôt volubile et me présente sa famille. Mme Amsterdam est Hollandaise et vit en France depuis 1950. Elle a épousé un Français en 1955 et le couple a eu trois enfants. Elle est âgée de 85 ans et vit dans un petit appartement avec sa plus jeune fille, Ernestine. La famille a vécu confortablement au gré des mutations de M. Amsterdam, un diplomate très occupé par ses fonctions professionnelles. Les enfants ont grandi, les deux aînés ont quitté la maison familiale depuis bien longtemps et Ernestine est restée près de ses parents car elle ne pouvait pas s’éloigner d’eux. Je n’en saurai pas plus pour le moment, je fixe donc un premier rendez-vous quelques jours plus tard. La fille aînée me précise qu’elle vit en province et qu’elle ne sera pas là pour me rencontrer. En revanche, elle m’assure qu’elle prévient sa mère et sa sœur qui seront là sans faute, c’est promis !.

J’arrive donc comme convenu le samedi matin devant une maison bourgeoise de la fin du XIXe siècle qui semble abandonnée. Les herbes sauvages ont envahi le jardin, les murs sont fissurés par endroits, les volets sont dépareillés, la grille du jardin est difficile à ouvrir et émet un grincement strident qui ferait fuir n’importe quelle personne mal intentionnée. Une petite cloche est fixée sur le mur de l’entrée au-dessus de la boite aux lettres qui déborde de courriers… J'entre dans le jardin et un pressentiment particulier me pousse à ralentir le pas.

Me voilà devant la porte, je frappe timidement. Pas de réponse. Je tape un peu plus fort et là j’entends une voix de femme hurler :

- Tirez-vous j’vous dis, les flics sont là, tirez-vous !!!

Je me fige sur place et je déglutis avec difficulté.

Je décide d'entrer, advienne que pourra… Je pousse la porte entrouverte et là je découvre un intérieur sombre et poussiéreux. Je suis surtout saisie par une forte odeur de renfermé.

J’avance doucement et j’aperçois une double porte devant moi qui dessert certainement un salon. Je frappe.

- Qui est là ?

La voix n’est pas la même que tout à l’heure. C’est une voix de dame âgée.

- C’est l’infirmière !

- L’infirmière ? Veuillez entrer madame.

Je tourne la poignée de la porte et j’entre dans une grande pièce beaucoup trop meublée et très enfumée. Je me mets à tousser, l’atmosphère est irrespirable, mes yeux se mettent à larmoyer, je commence à sentir une irritation au niveau de ma gorge... Je décide d’ouvrir une fenêtre. J’avance donc vers le côté droit de la pièce et je déverrouille une baie vitrée. Je respire l’air frais qui s’engouffre dans la pièce avec soulagement. Je me retourne et là, j’aperçois devant moi deux femmes assises dans des fauteuils type Napoléon qui me scrutent du regard. Elles semblent grandes et fortes, les yeux très clairs, la plus jeune ressemble à s’y méprendre à Simone Signoret. Elle me fixe sans ciller. Je m’éclaircis la voix et je me présente :

- Bonjour, je m’appelle Peggy, je suis l’infirmière et nous avons rendez-vous ce matin pour faire connaissance !

Silence.

Même en étant à côté de la fenêtre ouverte, la fumée de cigarettes est vraiment insupportable, j’essaye d’inspirer discrètement un peu d’air frais. Des dizaines de paquets de cigarettes vides jonchent le sol. Ernestine ne semble pas les voir. Deux grands bols remplis de mégots froids se trouvent sur une table basse devant elle. Ses doigts sont jaunis par la nicotine, elle tient une cigarette qui se consume lentement dans sa main droite, la cendre ne va pas tarder à tomber sur elle.

Ses cheveux gris sont très longs et retombent en bataille sur ses épaules. Elle porte une vieille chemise de nuit sale et déchirée. Ernestine me regarde toujours fixement.

- Maria va aller en taule !

- Maria ?

- Ouais, Maria. Vous travaillez avec elle ?

- Non. Qui est Maria ?

- C’est celle qui vient le matin, elle a piqué les clefs de la baraque, j’ai porté plainte.

- Ah, vous êtes allée au commissariat ?

- Non je les ai appelés.

- Mais, on ne peut pas porter plainte par téléphone…

Ernestine éclate de rire en secouant la tête de gauche à droite.

Sa mère sourit. Qu’est-ce que c’est que cette maison de dingues… ?

- Ils sont là.

- Là ? Où donc ?

- Mais là devant vous, vous les voyez bien bordel !

A ce moment précis elle me désigne deux chaises posées devant elle…..vides !

Et bien voilà, bienvenue chez les fous !!!!

Cette chronique intitulée "Bienvenue chez les fous" a été publiée sur le blog de Mlle Peggy le 13 mai 2014.

http://mllepeggy.blogspot.frSuivez Mlle Peggy sur sa page facebook

Retour au sommaire du dossier Blogs infirmiers

Publicité

Commentaires (4)

jiaime

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#4

Pas de réponses d'Execho...

En fait après avoir bien réfléchi, et oui les libéraux réfléchissent aussi, je constate que vous ne voyez même pas que ce n'est pas un roman, et que de surcroît vous ne voyez pas le sujet...Ouh! là, là, Il reste une solution: " Prendre rapidement R.V. avec un ophtalmologiste et qu'il vous prescrive une paire de lunettes"...

jiaime

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#3

Mais oui, la vie des gens est passionnante

J'irai même jusqu'à dire que vous n'avez rien compris à la démarche originale de cette Infirmière.

jiaime

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#2

Pas d'accord avec execho

Lisant entre les lignes ce n'est certes pas un roman. D'ailleurs Peggy le dit elle-même "mes histoires sont parfois romancées ".
Elle n'écrit pas que c'est un roman, elle écrit "parfois"...
J'ai moi-même écris un livre qui va sortir ces jours-ci "Aventures et més...aventures d'un infirmier à domicile ". Il me semble sentir que vous n'avez jamais écrit de livre. Car votre ton employé est tout sauf un encouragement. Pour finir, "la vie des gens" comme vous l'écrivez intéresse beaucoup le lectorat; suffit-il de prendre quelques précautions. Car exercer en libéral est une mine de situations extraordinaires, qui plaisent beaucoup. Allumez votre poste et le tube cathodique ne comprend presque sur toutes les chaînes que des "Réality-Shows". Enfin je ne peux que vous encourager à employer une sémantique adaptée, et surtout apprendre à savoir raison garder. Bravo à Peggy car elle a la fibre de l'écrit, et "Les petites histoires de Peggy" ont du volume et de la sensibilité. Ce qui n'est pas donné à tout le monde.

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#1

chuuut!

soit c'est un roman et je ne vois pas le sujet,soit c'est réel et c'est quoi ces manières de raconter la vie des gens ?