IDEL

Nouveau "coup de pompe" annoncé pour les infirmiers libéraux !

par .

Face à la hausse des carburants, les IDEL ont à nouveau un "coup de pompe". Le syndicat d'infirmiers libéraux Convergence Infirmière rappelle par voie de communiqué que les IDEL ne bénéficient d'aucune aide spécifique en la matière alors "que faire le plein" de leur véhicule, tournée oblige, grève de plus en plus leur budget. Le syndicat fait savoir qu'il demande une réévaluation de l’indemnité forfaitaire de déplacement des IDEL, jugée "anémique".

essence, pompe

À nouveau, et après une accalmie de quelques mois, le prix du baril de pétrole flambe et les IDEL ont à nouveau "un coup de pompe !"

Le syndicat Convergence Infirmière le rappelle une fois encore ce 21 mai, à distance de sa première alerte sur le même sujet en novembre dernier. En effet, il n'a échappé à personne que le prix du baril de pétrole flambe à nouveau avec comme conséquence un prix du carburant à la pompe au plus haut. Pour tout le monde, certes… mais plus encore pour celles et ceux pour qui le véhicule est un outil de travail ; pas seulement un moyen pour se rendre du domicile à son lieu de travail. Pour le syndicat, les infirmiers libéraux (IDEL) subissent de plein fouet cette augmentation… sans compensation aucune ! Bref, c’est encore à eux d’encaisser ce déséquilibre et cette forme d’injustice. D’autant que le forfait de déplacement qui leur est alloué est déjà largement ridicule… Et de souligner que les indemnités forfaitaires de déplacement (IFD) des IDEL n’ont été revalorisées que de 0,50€ centimes… et c’était en 2009 ! Depuis ? Rien ! À 2,50€ chargé, comment peut-on payer sa voiture, les frais d’entretien, les frais d’assurance et son carburant ? Cela alors que, dans le même temps, les médecins ne se rendent quasiment plus en visite à domicile… pourtant facturé 10 € le déplacement. Se rajoute encore au tableau la problématique du stationnement et son coût, en hausse constante. Là encore, pour Convergence Infirmière il est grand temps que toutes les communes de France s’emparent du ″macaron santé″, à l’instar de ce qui est désormais en vigueur à Paris…

Si les transporteurs routiers, les agriculteurs, les pêcheurs et les chauffeurs de taxis ne subissent aucune hausse de leur charge fiscale – puisqu’il y a eu une compensation – rien n’a été prévu pour les infirmières libérales !

Le syndicat d'IDEL tient également à rappeler que le trop fameux avenant n°6, l'avenant de la discorde signé par deux syndicats d'IDEL - SNIIL et FNI - sur les trois représentatifs - Convergence Infirmière n'a pas signé -, notamment pour ce qui concerne les indemnités kilométriques (IK) plaines et montages ? Convergence Infirmière rappelle qu'il a pu, durant ces négociations, arracher un seuil à 299 kilomètres mais n'a pu obtenir qu’une fin de non-recevoir lorsqu'il a demandé, à l’instar des kinésithérapeutes, une revalorisation de l’IHK : 0,38 € pour la plaine et 0,61 € pour la montagne. Bilan : les compteurs restent donc bloqués à 0,35 € et 0,50 €. Qu'est-ce que cela suppose en pratique ? Désormais, et jusqu’à 299 km inclus, les IDEL factureront à taux plein. Elles subiront un abattement de 50% du tarif jusqu’à 399 km… et plus de remboursement des IK au-delà ! Sachant que les infirmières travaillant dans ces zones n’effectuent aucun soin durant leurs trajets, elles se voient fortement pénalisées, ces horo-kilomètres n’étant pas véritablement à la hauteur de tous les frais réels, notamment ceux liés à l’augmentation du carburant. Et elles ne sont pas moins de 5 000 IDEL à être impactées par ces mesures ! Qui plus est, ce dispositif va les contraindre à utiliser un tableur pour calculer leur kilométrage journalier…

Convergence Infirmière ne veut pas en démordre sur ce problème majeur des soins en ruralité comme en montagne. C’est pourquoi le syndicat a tenté - en vain - de faire augmenter ces indemnités horo-kilométriques.

Pour le syndicat, une chose s'impose, il faut que le Gouvernement prenne conscience que l’accès aux soins en zones rurales et zones montagneuses sera mis à mal par cette mesure, et que des "zones blanches" verront fatalement le jour, à terme. Va-t-on prendre le risque de voir apparaître des espaces délaissés par ces professionnels de santé surtaxées à outrance ? N’oublions pas que c’est bien grâce à leur implication que de nombreuses hospitalisations sont purement et simplement évitées. C’est aussi grâce aux infirmiers libéraux que de nombreux villages et quartiers de notre pays ont accès aux soins. Qu’ils sont, en quelque sorte, reliés à l’hôpital public. Car de manière plus générale, c’est bien 90% de la patientèle des IDEL qui vit à domicile.

En conséquence, Convergence Infirmière interpelle la ministre des Solidarités et de la Santé, mais aussi les ministres de l’Intérieur et de l’Économie, et leur demande de revoir leur copie, afin que les infirmiers libéraux, au même titre que les transporteurs routiers, les agriculteurs, les pêcheurs et les chauffeurs de taxis, bénéficient de mesures compensatoires. Il est impératif de revoir le calcul de notre anémique indemnité forfaitaire de déplacement. Avant qu’il ne soit trop tard ; avant que notre système de soins n’implose.

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (0)