IDEL

Le Paerpa jugé peu convaincant par les libéraux

Un sondage réalisé auprès de professionnels de santé libéraux par l'Union nationale des professionnels de santé(UNPS) pointe des difficultés du dispositif Paerpa (Parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d'autonomie), rapporte un communiqué de l'UNPS diffusé le 8 mars 2017.

infirmière libérale soins sénior habillement

Les raisons invoquées par les professionnels de santé libéraux pour l'abandon du Paerpa sont relatives à la lourdeur du dispositif, son inutilité et à ses modalités irréalistes.

L'UNPS s'est retirée du comité national de pilotage du dispositif Paerpa en février 2016, rappelle-t-on. Les expérimentations Paerpa, menées dans neuf régions choisies en 2013, encouragent la coordination entre les acteurs d'un même territoire autour de la prise en charge de personnes de plus de 75 ans. Le "pacte territoire santé 2" contre la désertification médicale, présenté en novembre 2015, prévoit leur généralisation dans chaque région.

Dans son communiqué, l'UNPS explique avoir lancé, lors de l'été 2016, un sondage sur les expérimentations Paerpa auprès des professionnels de santé libéraux afin de connaître leur implication dans leur dispositif et recueillir leur avis. Elle rapporte que 1444 professionnels ont répondu à ce sondage (234 médecins généralistes, 482 infirmières, 18 pharmaciens, 156 masseurs-kinésithérapeutes, 519 orthophonistes, 19 médecins spécialistes, 12 pédicures-podologues et 4 biologistes). Elle note que 127 de ces professionnels de santé exercent sur un territoire Paerpa et 72 affirment avoir participé au dispositif (29 médecins généralistes, 19 infirmières, 14 pharmaciens et 10 masseurs-kinésithérapeutes).

Parmi ces professionnels de santé, ont abandonné le dispositif 13 médecins généralistes, trois infirmières, un pharmacien et trois masseurs-kinésithérapeutes, indique-t-elle. Les raisons invoquées sont relatives à la lourdeur du dispositif, son inutilité et à ses modalités irréalistes, résume-t-elle, sans donner de chiffres. De nombreux professionnels de santé mentionnent par ailleurs des patients "captés" par des structures sanitaires et médico-sociales (Ssiad, HAD,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)