BLOG

Pas de bras, pas de chocolat...

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Pratiquer un soin à un jeune enfant pour son bien... Oui mais à quel prix et pour quel prix ? Les peurs et les pleurs d'un enfant valent-ils un soin que l'on sait impossible ? Une problématique « cœur de métier » sur laquelle la blogueuse « C'est l'infirmière » s'est interrogée dans l'un de ses billets...

enfant chocolat

6€08 pour prélever un petit enfant appeuré... A ce prix là, mieux vaut se « taper » une tablette de chocolat !

« - Vraiment ? »

Oui, oui, vraiment. J’essayais d’expliquer tant bien que mal au père de famille que j’avais au bout du fil, que non, même à la maison avec les doudous toussa toussa, prélever un enfant de quatorze mois ce n’était pas possible. Pour être plus clair : ce n’était plus possible pour moi.

Jean-Patrick le moustiqueJ’avais bien essayé plusieurs fois de prélever des touts petits, des minitous de moins de trois ans. La plupart du temps ensommeillés et encore en turbulette, ils accueillaient avec un sourire grimaçant mes mains froides sur leurs petits avant-bras potelés, bien au chaud dans ceux de leurs parents souvent stressés. Je les faisais sourire avec mon garrot dinosaure plein de couleurs qui a un charme fou auprès de mes petites grands-mères. Tout en préparant mon matériel avec mes aiguilles...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)