IDEL

Patient, où es-tu ?

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Dans son nouveau billet, Clématite, infirmière libérale, se demande où sont passés les patients marseillais...

A Marseille les patients ont disparu...

A Marseille, les patients ont disparu...

En ce beau samedi ensoleillé, sur fond de campagne électorale sanglante, cinglante et sans pitié et d'un énième meurtre dans la cité phocéenne, j'ai envie de faire un  « retour vers le futur »  et de me retrouver en pleines fêtes Pascales de mon enfance lorsque je cherchais des œufs de Pâques... sauf que les œufs sont ici les patients marseillais…

En effet, au vu de ma propre expérience et de mes échanges avec mes collègues libéraux de Marseille, je peux affirmer que nous sommes en très forte diminution de patientèle. Il fut un temps pas si éloigné où je "refusais" du travail. J'avais en moyenne deux appels par jours, je programmais mes tournées en fonction des nouveaux patients et je me questionnais sur la possibilité d'accepter telle ou telle prise en charge selon l'heure et le lieu...

Aujourd'hui ??? Rien, niente, nada, queutz, degun, nothing, Ù„ا شيء, τίποτα , æ²¡ä»€ä¹ˆ... Mon téléphone est aussi muet que celui du tour-opérateur du "circuit de rêve à Damas". Alors la question supra métaphysique du jour : où sont les patients ????On nous abreuve de maladies chroniques, de vieillissement de la population, de sorties anticipées, de maintien au domicile, de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

superman13

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Tout à fait d'accord!!!

Je pense qu'il ne reste plus mes chèr(e)s consoeurs/confrères qu'à nous expatrier à la campagne!