IDEL

Prélèvements en cabinets infirmiers : un entretien avec le président du Syndicat des biologistes

Pour François Blanchecotte, les prélèvements peuvent tout-à-fait être réalisés dans les cabinets infirmiers, mais devraient être encadrés par une accréditation garantissant la qualité de l’interprétation des résultats par le biologiste.

La Fédération nationale des infirmiers a lancé le 11 avril une grève des prélèvements pour protester contre l’obligation éventuelle des infirmières de se soumettre à une accréditation par le COFRAC.

Soutenu par le ministre de la santé, Xavier Bertrand, le Parlement a écarté cette disposition en abrogeant l’ordonnance du 13 janvier 2010 qui en prévoyait les modalités. Cette décision doit cependant être validée par le Sénat, puis en seconde lecture par l’Assemblée.

Cela fait, il est possible qu’elle soit invalidée du fait de son caractère de « cavalier législatif » : elle prend place dans le projet de loi sur la bioéthique, qui la concerne d’assez loin

Le SNIIL (Syndicat national des infirmiers et infirmières libérales) s’était félicité de la décision parlementaire et à l’occasion, avait dénoncé le silence des autres syndicats. C’est aujourd’hui la FNI qui reprend l’initiative, ce qui étonne François Blanchecotte, président du Syndicat des biologistes, pour qui les jeux sont quasiment faits.

Ce qu’il regrette : pour lui, l’accréditation ne remet pas en cause la qualité du travail des infirmières, mais permet de mettre en place des procédures garantissant la qualité des résultats biologiques communiqués aux patients et à leurs médecins.

Le président de la FNI, Philippe Tisserand, répond à François Blanchecotte.

 

 

Creative Commons License
Rédacteur en chef IZEOS
serge.cannasse@izeos.com

Publicité

Commentaires (2)

Houblon

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Convention signée...

J'en ai discuté avec le patron d'un des labos avec qui je travaille. Il est personnellement engagé dans des groupes d'accreditation COFRAC. Il "suffit" de signer une convention avec le labo, de respecter les conditions de prélèvements du guide fournit et d'accepter d'être contrôlé par la cofrac si le labo l'est et si les experts le souhaite. Mais cela d'après lui ne remet pas en cause nos prélèvements si on ne bosse pas n'importe comment... Pour ma part le lendemain j'avais signé avec son labo, pas de nouvelles des autres.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

Prélèvements en cabinet infirmier

Merci.
"C'est qui qui qu'avait raison ?". Je plaisante, hein !!
Alors elle veut prouver quoi la FNI ? A qui et pourquoi ?