IDEL

Suivi des plaies et pansements par les pharmaciens ? Les IDEL s’insurgent

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Le dernier colloque du Comité pour la Valorisation de l’Acte Officinal (CVAO) s’est tenu le 23 novembre dernier autour de la question des plaies et pansements. Lors de cet événement, le CVAO a posé la question de la place du pharmacien, présentant les plaies et pansements comme une voie de spécialisation d’avenir pour celui-ci. Une idée qui a particulièrement déplu et ce, à l'unanimité, aux syndicats d'infirmiers libéraux : le Sniil, l'Onsil, la FNI et Convergence Infirmière. Propos choisis.

pansement sur un mur

Entre pharmaciens et infirmiers libéraux, la guerre est ouverte, cette fois autour de la question des « plaies et pansements », que les infirmiers estiment être de leur seul ressort.

Après l’élargissement de leurs compétences à la vaccination contre la grippe, les pharmaciens seraient à présent amenés à s’occuper des plaies et des pansements ? C’est en tout cas une idée soulevée par le CVAO lors de la tenue de son dernier colloque, le 23 novembre dernier. En effet, le CVAO a posé la question de la place du pharmacien comme nouvel interlocuteur des infirmiers dans le domaine du traitement des plaies chroniques, tout en revendiquant les plaies et pansements comme une voie de spécialisation d’avenir pour le pharmacien, de nature à fidéliser des patients, précise le Sniil dans un communiqué diffusé le 30 novembre. Une proposition qui s’est rapidement attirée les foudres des trois syndicats d'infirmiers libéraux, le Sniil, l’Onsil et Convergence Infirmière.

Le traitement des plaies chroniques : une voie de spécialisation d’avenir pour le pharmacien, de nature à fidéliser des patients ? La question énerve, évidemment !

Face à ce qui paraît être une nouvelle offensive contre la profession infirmière libérale, le Syndicat National des Infirmières et Infirmiers Libéraux s’insurge et dit clairement NON ! a vivement réagi le Sniil à l’évocation de ce nouvel élargissement des compétences des pharmaciens.Même son de cloche du côté de l’Organisation nationale des Syndicats d’Infirmiers Libéraux (l’Onsil) qui a publié un communiqué sur sa page Facebook : Une fois...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

Polivierc

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Il y aura toujours moins cher...

C’est le jeu : à la fin, c’est toujours la cnamts qui gagne, en jouant la division des acteurs : structures (had, ssiad notamment, puisqu’on parle du domicile) contre libéraux, libéraux contre libéraux, etc. On fait aujourd’hui à domicile des choses qu’on n’imaginait pas faire il y a encore 10 ans, grâce à l’ensemble des acteurs du système de santé. On permet au patient d’en faire davantage par lui-même également. La question est davantage l’avenir de la profession de santé (les structures au sens large donc aussi les organisations, elles, garderont une raison d’etre bien plus évidente) que de savoir qui fait les plus jolis pansements