IDEL

"En trois ans, mes revenus ont été divisés par deux"

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

La colère monte, en ville et dans les hôpitaux, chez le personnel soignant. Manque de moyens et manque de personnel pressent ceux et celles qui doivent prendre soin des autres. Leurs conditions de travail se dégradent, leur santé aussi, de même que la qualité des soins qu’ils délivrent. Parmi les soignants en souffrance, et en colère : les infirmières. Anne est en libéral depuis sept ans. Elle a choisi de quitter l’hôpital en 2009 pour fuir la dégradation des conditions de travail et l’impossibilité de prendre du temps avec les patients. Mais aujourd’hui, son travail est menacé. Elle dénonce « une « ubérisation » de notre système de santé ». Témoignage.

Je m’appelle Anne1, j’ai 50 ans et dans deux ou trois ans, je n’aurai plus rien à cause des politiciens qui auront vendu, bradé, déprécié mon métier. Comme je suis infirmière en « libéral », j’aurais cotisé énormément pour ne rien avoir niveau chômage ! Oui, je suis en colère : j’ai fait trois ans d’études et je m’entends aujourd’hui dire que je ne vaux rien.

« On court partout, on n’a même pas le temps de manger »

migraine travail

Les infirmiers libéraux sont dans la tourmente...

J’avais un peu plus de 30 ans quand j’ai décidé de reprendre des études pour devenir infirmière. Je venais d’accompagner ma propre grand-mère jusqu’à sa mort, et j’ai réalisé que je voulais faire un métier qui me permette de prendre soin des autres. J’ai obtenu mon diplôme en 2002. J’étais très motivée par mon travail, vraiment heureuse de faire ce métier même si je voyais des collègues, de plus en plus nombreux, partir à cause...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

566 commentaires

#2

au scandale

Non, ici les facteurs pourront , après entretien avec les personnes, prendre contact avec l' IDE ou le généraliste pour prendre un rdv .

Et si on laissait chacun faire son travail ?
laissons les soins aux soignants
et au facteur le TEMPS de livrer courrier et colis; au lieu de leur chronométrer leurs tournées , leur faire vendre des abo de portables, relever des compteurs, et livrer des médocs.

La poste, au service du profit.

kawa2106

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Vérifier les informations !

Bonjour à tous,

Même si je soutiens les infirmières libérales dans leur exercice, et que je reconnais que les champs d'actions sont réduit dans certaine rrégion à cause de l'HAD, j'aimerai souligner des incohérence dans les propos ci dessus :

Les facteurs ne PREPARENT pas le médicaments de patient, ils les LIVRENT à domicile avec une préparation au préalable par le PHARMACIEN. Ce qui n'engendre pas du tout les mêmes conséquences en termes de suivi et de responsabilité !!

C'est quelque chose qui se fait depuis 2010 dans l'aveyron par exemple, pour palier à l'isolement et à la non observance de certaine personne isolé. Mais nous entendons parlé de ce sujet récement car cela devient un partenariat oficiel entre la poste et un site internet qui vendait déjà des médicaments aux particuliers et une start up Medissimo. Il y a un test qui s'est effectué sur bordeaux.

Alors s'il vous plait vérifiez les informations que vous mettez en ligne avant que tout le monde cri qu scandale.

Karina