MODES D'EXERCICE

Avec les stagiaires du dispositif MORPHEE, au coeur du service de santé des armées

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

En moins de 36 heures, le dispositif MORPHEE du service de santé des armées (SSA), est en mesure de rapatrier un nombre important de blessés vers la métropole depuis n'importe quel théâtre d'opérations, à l'aide d'un avion ravitailleur transformé en clinique volante. Le Quotidien du Médecin a accompagné un groupe de stagiaires le temps d'une simulation au cours de laquelle ils se sont familiarisés avec les contraintes si particulières du transport sanitaires de blessés graves. Merci à nos confrères de partager avec la communauté infirmière ce compte-rendu d'expérience.

avion militaire morphée santé armées

Crédit Photo : CC1 E. Cherel /BCISSA/DCSSA - L'avion médicalisé est capable de parcourir plus de 7000 km.

Un mistral de 50 nœuds souffle sur la « zone de dégivrage », située à l'extrémité de la base aérienne 125 d'Istres-Le Tubé. Il en faut plus pour impressionner les 12 stagiaires venus se former à l'utilisation du dispositif MORPHÉE (Modules de réanimation pour patient à haute élongation d’évacuation).

Sous ce vent à décorner les bœufs, ils vont s'entraîner à l'installation de 12 blessés, dont 4 lourds, dans un Boeing C135*, normalement dédié au ravitaillement en vol, mais entièrement vidé et remodularisé pour l'occasion. MORPHÉE permet l'évacuation médicale stratégique de patients graves nécessitant des soins de réanimation importants, y compris à la suite d'une opération chirurgicale d'urgence, dans des conditions les plus proches possible d'un service de réanimation, résume le médecin chef des services Patrick, manager du projet MORPHÉE. Chaque module occupe un espace de 2,5 m² environ pour 3 m3 de volume. Dans les modules lourds, les patients sont installés, les pieds vers l'arrière de l'appareil, le long d'un « mur » de dispositifs de monitorages, d'une mini-réanimation volante, de pousse-seringues, des ventilateurs, de couvertures chauffantes. On doit pouvoir accès à l'ensemble du patient, affirme le médecin chef des services Patrick. Ce dernier peut souffrir de traumatismes graves, comme une double amputation, qui s'accompagne d'un conditionnement important avec des systèmes de drainages très complexes.

Sauvons les mannequinsCe matin, les stagiaires sont confrontés à un scénario catastrophe : un incident survenu sur une base militaire à l'étranger a blessé gravement 5 militaires, et plus légèrement une dizaine d'autres. Les 5 patients les plus graves sont incarnés par des mannequins dûment intubés, bandés, perfusés et monitorés, que des ingénieurs achèvent de programmer. Les blessés légers sont interprétés par des membres du SSA, à l'image du...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)