MODES D'EXERCICE

Jul… une poésie imposante et qui en impose !

par .

Jul… trois lettres pour une signature et derrière elle, une personne peu commune qui cumule bien des compétences outre le fait d'être une femme et une mère de famille ! Infirmière militaire en gendarmerie, 16 ans de service, servant successivement dans plusieurs Corps, première sophro-relaxologue des armées, et aussi et surtout poétesse. Nous l'avions rencontrée en 2015 lors de la parution de « Blue Line », un recueil écrit à quatre mains avec un compagnon d'armes, Jean-Marc Collet. Aujourd'hui, Jul nous présente son nouvel opus « Le pire des Sens » ; une poésie imposante et qui en impose !

Infirmiers.com – Jul, racontez-nous d'où vous vient ce désir d'écriture ?

Jul infirmière militaire

"J'écris tout le temps nous dit Jul, au bloc, entre deux soins, au réveil, la nuit… Les mots viennent à moi suite à une idée, une image.... et les vers se mettent à chanter dans ma tête..."

Jul - Enfant j'ai été élevée à côté d'une petite sœur qui possédait un don pour le chant. Elle est d'ailleurs devenue chanteuse à l'Opéra de Paris ! De mon côté, je n'étais pas très jolie et on se moquait beaucoup de moi. Mal à l'aise pour parler de ce que je voulais ou ressentais vraiment, j'ai craint toute ma vie le regard et le jugement des autres. J'ai toujours passé beaucoup de temps à parler littérature avec mon arrière grand-mère et mes grands parents. Dans ma famille, une jeune femme accomplie maîtrise au moins un art. La littérature est devenue un échappatoire naturel. A l'âge de 10 ans j'ai lu pour la première fois Cyrano de Bergerac. J'avais déjà dévoré tout Dumas, Homère, Hugo. J'ai alors eu une révélation, un coup de tonnerre émotionnel. La rythmique de l'alexandrin chantait dans ma tête, pour moi c'était de la musique. Je me suis mise à écrire et tout est venu facilement, naturellement. J'ai lu des bibliothèques entières, car mes parents étaient anti-télévision, pour eux la culture se nourrissait du passé, elle était donc nécessairement livresque ! J'ai étudié plusieurs langues au lycée, espagnol, anglais, russe , chinois... la musique des mots était magique.

J'ai vu l'horreur dans ses yeux éteints et sans vieJ'ai vu gueuler, pleurer les tous verts comme les bleus-grisQuand leurs débris de corps s'emmêlent loin des tanièresDans ce champ où se mélangent leurs coups de tonnerre.Le Rat, p.17Infirmiers.com -La forme poétique est très exigeante, difficile, parfois absconse ? La prose pour construire un roman ou des nouvelles ne vous a jamais tentée ?Jul - J'écris tout le temps, au bloc, entre deux soins, au réveil, la nuit… Les mots viennent à moi suite à...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)