PUERICULTRICE

L’ANPDE souhaite accroître « le rayonnement des infirmières puéricultrices »

Sébastien Colson1, président de l’Association nationale des puéricultrices diplômées et des étudiantes (ANPDE), quelques semaines après les Journées nationales d’Etudes de l’association à La Rochelle, fait le point sur l’actualité et les attentes de cette spécialité infirmière qui compte aujourd’hui quelque 15 500 professionnels.

Sébastien Colson, président de l'ANPDEInfirmiers.com - L'ANPDE a organisé ses Journées nationales d’Etudes du 13 au 15 juin 2012 à La Rochelle, fêtant ainsi son 63e anniversaire. Comment s’est passé ce grand rendez-vous annuel ?

Sébastien Colson - Ces 37èmes Journées Nationales d'Etudes ont réuni plus de 700 participants sur les trois jours de congrès, une véritable réussite puisque les années précédentes ne comptaient que 350 participants en moyenne. De grands thèmes ont été abordés et parmi eux, les liens d'attachement, les soins palliatifs en maternité, les sorties de maternité, le portage, l'éducation thérapeutique, la bientraitance des professionnels de l'enfance au travail et la réingénierie du diplôme d'Etat de puéricultrice. Cette année, nous avons innové avec la mise en place d'ateliers, complets très rapidement lors des inscriptions, sur des thématiques variées : la vaccination, l'allaitement maternel ou artificiel, la responsabilité juridique, l'écriture dans les revues professionnelles, l'enfant dans les violences conjugales, le co-développement...

Infirmiers.com - Vous n'avez cessé depuis les élections présidentielles de mai dernier d’interpeller les tutelles (Président de la République, ministre de la santé, de l'éducation nationale) au sujet du diplôme d’infirmière puéricultrice, toujours en attente d’une requalification en master. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Sébastien Colson - Avant les élections présidentielles, nous attendions en effet la décision du gouvernement Fillon au sujet du cadrage sur le niveau de sortie des puéricultrices dans la formation réingéniérée à un grade Master, à l'instar de nos collègues infirmiers anesthésistes. Nous sommes restés hélas sans réponse officielle. Dès l'annonce du nouveau gouvernement, nous avons donc interpellé le Président de la République, le Premier Ministre, et les...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)