PUERICULTRICE

Bébé secoué : « toutes les familles peuvent être touchées »

Les professionnels de santé ont un rôle fondamental à jouer dans la lutte contre les violences infantiles. Ce sont eux qui, au contact des parents et de leurs enfants, peuvent détecter des comportements à risque et les signaler si nécessaire. Et pourtant, le syndrome dit du « bébé secoué » (SBS) reste « un phénomène méconnu des professionnels de santé », souligne la Haute Autorité de Santé (HAS). Afin de les sensibiliser et de poursuivre la mobilisation contre les maltraitances infantiles, celle-ci a d’actualisé, le 29 septembre, ses recommandations sur le sujet.

Nourrisson bébé en pleurs

Le SBS, et de façon plus générale, la maltraitance infantile, sont toujours sous-évalués. On parle de centaines d’enfants concernés, auxquels s’ajoutent tous ceux qui ne sont pas diagnostiqués… 

Exaspération, épuisement face à des pleurs : chaque année, des centaines de nouveau-nés sont victimes du Syndrome du Bébé secoué, un choc traumatique lié à de violentes secousses, entraînant des séquelles irréversibles, voire la mort. Pour informer parents et professionnels de santé, la Haute Autorité de Santé (HAS) avait publié, en 2011, une série de recommandations à ce sujet. Elle vient de les actualiser afin de permettre à chacun de réagir en cas de maltraitance infantile.

Le SBS en quelques chiffres alarmants

Ce sont les pleurs excessifs des bébés, qui amènent le plus souvent les parents, ou toute autre personne qui s'en occupe, à les secouer. Supportant difficilement de ne pas savoir comment les calmer, les parents perdent patience et en arrivent à les maltraiter. Chaque année, au moins 200 enfants sont victimes du syndrome du bébé secoué, un chiffre fortement sous-estimé, selon la HAS. Parmi les enfants concernés par le SBS, 10 à 40% en meurent, les autres conservent des séquelles à vie, qui se...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)